Changer d'édition

Le phénomène des travailleurs pauvres ausculté au Luxembourg
Luxembourg 2 min. 29.10.2019 Cet article est archivé

Le phénomène des travailleurs pauvres ausculté au Luxembourg

Les très récents chiffres publiés par le Statec dans son rapport «travail et cohésion sociale» indiquent que 13,4% des salariés étaient exposés au risque de pauvreté au Luxembourg en 2018.

Le phénomène des travailleurs pauvres ausculté au Luxembourg

Les très récents chiffres publiés par le Statec dans son rapport «travail et cohésion sociale» indiquent que 13,4% des salariés étaient exposés au risque de pauvreté au Luxembourg en 2018.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 29.10.2019 Cet article est archivé

Le phénomène des travailleurs pauvres ausculté au Luxembourg

Souvent invisibles, ils sont pourtant déjà plus de 20 millions en Europe à travailler sans pouvoir s'en sortir à la fin du mois. Le Luxembourg n'échappe pas au phénomène «working poor» que son université est chargée d'étudier de très près pour trouver des solutions.

(MF avec Thomas Klein) – «La situation n'est pas encore comparable à celle des Etats-Unis, où il faut avoir deux ou trois emplois en même temps pour joindre les deux bouts», pose Luca Ratti, professeur de droit européen et de droit comparé du travail à l'Université du Luxembourg. «Mais dans toute l'Europe, la proportion de personnes qui, bien qu'elles aient un emploi, n'ont pas les moyens de se payer certaines choses comme leur propre voiture ou un appartement est en augmentation». 


Dix pour cent de la population touche moins de 979 euros par mois au Luxembourg.
Les inégalités frappent de plus en plus le Luxembourg
Avec moins de 2013 euros par mois, 105.000 personnes vivent sous le seuil de pauvreté au Luxembourg. Le nouvel état social dressé par le Statec révèle que le taux de pauvreté n'a pas augmenté l'an passé. Par contre, l'écart entre les plus riches et les plus pauvres grandit.

Une équipe de recherches de l'Université du Luxembourg formée avec sept autres universités et trois organisations sociales se verra verser 3,2 millions d'euros sur trois ans par l'Union européenne pour mener un vaste projet de recherches approfondies sur le phénomène «working yet poor»  (traduisez: «travailleurs mais pauvres»). Un problème qui devient une urgence en Europe mais aussi au Luxembourg. Selon les nouveaux chiffres publiés mi-octobre par le Statec, 13,4% des salariés étaient exposés au risque de pauvreté en 2018 parce que le revenu du ménage ne suffit pas pour couvrir toutes les dépenses mensuelles. 

Selon Luca Ratti, «l'inégalité conduit généralement à l'instabilité économique, politique et sociale. Plus nous réduirons l'écart entre les revenus, plus notre société sera cohérente».
Selon Luca Ratti, «l'inégalité conduit généralement à l'instabilité économique, politique et sociale. Plus nous réduirons l'écart entre les revenus, plus notre société sera cohérente».
Photo: Matic Zorman

Reste à comprendre pourquoi le Luxembourg est si mal loti malgré un salaire social minimum élevé. Il est fixé à 2.098 euros brut par mois depuis le 1er janvier 2019. «Il n'y a aucune garantie que les chiffres reflètent ce qui se passe réellement dans un pays. C'est l'un des défis du projet», explique Luca Ratti. Il se peut fort bien que la petite taille du pays et le nombre élevé de travailleurs au revenu élevé faussent les statistiques. «Nous devons d'abord étudier le Luxembourg en détail afin de mieux comprendre ce qui se passe réellement», déclare le chercheur.   


Lok , PK Gemeinde Luxemburg , Mendicite a Luxembourg-Ville , Bettler , Obdachlose , Armut Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
Pas un mot de Xavier Bettel sur les inégalités
Mettant en cause la «croissance qualitative» et insistant sur «les inégalités et la pauvreté qui sont en train d'augmenter énormément au Luxembourg», Robert Urbé, coordinateur de l'Almanach social chez Caritas, revient sur le discours du Premier ministre.

Selon un récent rapport du Réseau européen de politique sociale, 9,4% de tous les travailleurs de l'UE -soit plus de 20 millions de personnes- étaient exposés à un risque aigu de pauvreté en 2017. En dix ans, la proportion de personnes en situation précaire a augmenté de 1,4%. La situation varie considérablement d'un État membre à l'autre. Avec son taux de 13,4% de travailleurs exposés à la pauvreté, le Grand-Duché occupe la deuxième place en Europe. La Roumanie et son taux de 15% est tout en haut du tableau. La Finlande s'en sort le mieux avec un taux de seulement 2,1%.

Sept pays scrutés à la loupe

Comme des pays voisins présentent parfois de grandes différences dans le niveau de pauvreté des travailleurs, les chercheurs ont choisi une approche comparative de la situation en cours dans sept pays (Belgique, Allemagne, Luxembourg, Pays-Bas, Italie, Suède et Pologne). 

Ils espèrent acquérir de nouvelles connaissances sur les causes du phénomène, les facteurs moteurs dans les différents pays et proposer les bonnes mesures pour s'attaquer au problème. Les raisons de l'augmentation de la pauvreté des travailleurs sont multiples et doivent être examinées de plus près, selon Luca Ratti qui cite les effets de la crise financière en particulier dans les pays du sud de l'Europe mais aussi les effets de la digitalisation. 


Sur le même sujet

Le temps de travail diminue toujours plus
Le temps de travail hebdomadaire baisse ces dernières années dans toute l'Union européenne. Le Luxembourg n'est pas en reste, avec un nombre d'heures prestées qui frôle la barre des 40 heures.
Pauvreté au Luxembourg: 29% de la population "à risque"
Le 17 octobre marque la Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté. A cette occasion, le STATEC se penche sur la cohésion sociale au Luxembourg et montre que, contrairement aux idées reçues, une large partie des résidents ont du mal à joindre les deux bouts.
Marc Spautz: «On a l'impression que le français n'intéresse plus beaucoup de jeunes»
Membre du CSV depuis 1981, président national du parti depuis 2014, Marc Spautz n'a qu'un objectif pour le mois d'octobre prochain: le retour du parti chrétien-social. Ancien secrétaire général du LCGB, il estime que la politique sociale manque de gens de terrain. Il nous livre son point de vue sur le plurilinguisme, le chômage des frontaliers, et sa vision des législatives à venir.
Face aux députés, Interview Marc Spautz CSV, le 25 Juin 2018. Photo: Chris Karaba
Au Luxembourg selon l'UNICEF: En quatre ans, 8.000 enfants pauvres en plus
La pauvreté des enfants a augmenté dans 23 pays entre 2008 et 2012. Au Luxembourg, elle touchait auparavant un enfant sur cinq, elle touche désormais plus d'un enfant sur quatre. En quatre ans, 2,6 millions d’enfants sont tombés sous le seuil de pauvreté dans les pays riches, ainsi que l'indique le dernier rapport de l'organisation.