Changer d'édition

Le permis de conduire perd de sa superbe
Luxembourg 2 min. 08.04.2021

Le permis de conduire perd de sa superbe

Le nombre d'inscrits au permis de conduire a augmenté de moins de 2% sur la dernière décennie.

Le permis de conduire perd de sa superbe

Le nombre d'inscrits au permis de conduire a augmenté de moins de 2% sur la dernière décennie.
Photo: AFP
Luxembourg 2 min. 08.04.2021

Le permis de conduire perd de sa superbe

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
Malgré la pandémie, les candidats ont pu passer leur examen dans un délai «raisonnable» en 2020. Si la SNCA attribue ce succès à une réorganisation millimétrée, le sociologue Louis Chauvel le voit plutôt comme un manque d'intérêt chez les jeunes.

Contrairement aux idées reçues, la pandémie a peu perturbé les examens du permis de conduire. Avec quelque 14.000 candidats ayant décroché le sésame plastifié en 2020, «personne n'est resté sur la touche» se félicite Manuel Ruggiu. Avec une baisse de moins de 10% par rapport à 2019, le directeur opérationnel de la société nationale de circulation automobile indique qu'une organisation «millimétrée» a permis de limiter la casse.

Mais si les quatorze inspecteurs ont pu prendre chacun en charge un candidat supplémentaire par jour pour absorber les suspensions du mois d'avril, c'est aussi parce que le nombre de candidats au permis de conduire stagne depuis 2015. S'il ne note pas de «réelle régression», Manuel Ruggiu admet toutefois que la progression des inscriptions est «plus lente que prévu» au vu de l'évolution démographique

En effet, alors que le nombre de résidents a augmenté de plus de 40% depuis 2000, celui du nombre d'inscrits au permis de conduire enregistre une hausse de moins de 2% sur la dernière décennie. Un phénomène qui traduit un changement dans la société. Si auparavant la possession de ce sésame était un gage d'une certaine autonomie et d'affirmation sociale via l'achat d'une voiture, aujourd'hui «le nec plus ultra» serait plutôt de posséder «une collection de vélos» ou de vivre dans une ville avec un maillage suffisant en «transports en commun», note le sociologue Louis Chauvel. 

Selon le professeur de l'Uni, cette stagnation est due à un désintérêt de plus en plus marqué des jeunes pour le permis de conduire. Décrocher la fameuse carte plastifiée correspond de moins en moins à une «étape fondatrice» de l'entrée dans la vie d'adulte. Le sociologue note d'ailleurs que l'achat d'un véhicule, et donc l'acquisition de la carte à point, arrive plus tardivement souvent «avec le premier enfant».

Cette «fragmentation des modèles» qui tend à promouvoir une figure «d'éternel adolescent» n'inquiète pas particulièrement le professeur de l'Uni, puisque «l'ancien modèle de vie adulte» reste majoritaire après 40 ans. Mais il prévient toutefois que la pandémie tend à engendrer une «perte d'autonomie des jeunes». 


asdf
«Cette crise accélère certaines tendances inquiétantes»
Si l'espoir de voir la fin de la pandémie approcher avec le début de la vaccination, ses effets devraient se faire sentir sur le long terme, notamment auprès des jeunes générations. Explications avec Louis Chauvel, professeur de sociologie à l'Uni.

Cette perte d'engouement pour le permis découle de besoins écologiques et d'une aspiration à une qualité de vie meilleure accélérés par la crise covid, mais qui ne s'applique qu'aux résidents des zones urbanisés. Ainsi, pour ceux vivant dans des zones plus rurales et pour les quelque 200.000 frontaliers du Luxembourg, décrocher le permis et par la suite acheter un véhicule restent indispensables pour leurs trajets quotidiens

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La drôle d'année des transports gratuits
Monter dans bus, tram ou train sans débourser le moindre euro est devenu une réalité voilà tout juste un an. Une aubaine contrariée par la crise covid. Mais ce n'est que partie remise avant l'afflux des passagers, est persuadé le ministre de la Mobilité, François Bausch.
Lokales,Neue Tramlinie Bahnhof Gare.Öffentlicher Transport,Micro Trottoir,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les voitures électriques séduisent de plus en plus
En janvier, la Société nationale de circulation automobile (SNCA) a enregistré 3.747 nouvelles immatriculations. Si les ventes d'automobiles ont donc baissé par rapport au début de l'année 2020, les voitures à moteur électrique ou hybride confirment elles leur essor, atteignant près de 30% des parts de marché le mois dernier.
Laden statt tanken: Der Markt für Elektroautos beginnt Schwung aufzunehmen.
«Cette crise accélère certaines tendances inquiétantes»
Si l'espoir de voir la fin de la pandémie approcher avec le début de la vaccination, ses effets devraient se faire sentir sur le long terme, notamment auprès des jeunes générations. Explications avec Louis Chauvel, professeur de sociologie à l'Uni.
asdf