Changer d'édition

Le pellet subit également la hausse des prix
Luxembourg 7 min. 21.08.2022
Prix de l'énergie

Le pellet subit également la hausse des prix

Les pellets sont soumis au principe de l'offre et de la demande. C'est cette dernière qui domine actuellement.
Prix de l'énergie

Le pellet subit également la hausse des prix

Les pellets sont soumis au principe de l'offre et de la demande. C'est cette dernière qui domine actuellement.
Photo: AFP
Luxembourg 7 min. 21.08.2022
Prix de l'énergie

Le pellet subit également la hausse des prix

Uwe HENTSCHEL
Uwe HENTSCHEL
Il n'y a pas que le pétrole et le gaz dont les prix ont extrêmement augmenté. Les raisons en sont avant tout l'augmentation des besoins et les achats en masse.

Commençons par la mauvaise nouvelle : les pellets sont actuellement chers. Extrêmement chers. Les clients doivent actuellement payer environ 600 euros (TVA et forfait de livraison inclus) par tonne, selon le fournisseur et la quantité achetée. Cela correspond à près de trois fois le prix d'il y a un an. 


Seit Beginn der Gaskrise ist die Nachfrage nach Holzöfen und Brennmaterial wie Holzhackschnitzel enorm gestiegen.
Le bois de chauffage devient rare et cher au Luxembourg
La demande en combustibles a énormément augmenté au cours des derniers mois en raison de la guerre en Ukraine.

Le constat est amer. «Nous n'avons jamais connu une situation comme celle que nous connaissons actuellement», déclare Jean Think, directeur de Maison E. Schroeder, l'un des principaux distributeurs de mazout, de lubrifiants et de pellets au Luxembourg. Tout comme ses collègues, il a lui aussi du mal à répondre à la demande. Les fournisseurs qui, à l'époque où l'offre de pellets était excédentaire, servaient aussi des clients de l'autre côté de la frontière, se concentrent désormais sur la desserte du marché national, autant que faire se peut. 

«Les prix baisseront»

Et ceux qui commandent maintenant doivent non seulement attendre longtemps la livraison, mais aussi, en règle générale, payer le prix en vigueur à ce moment-là. Et personne ne peut le prédire actuellement. D'où la bonne nouvelle : les prix vont à nouveau baisser. Martin Bentele en est convaincu. Le directeur de l'Institut allemand des pellets (Depi) ne peut pas dire quand cet effet se produira. Mais contrairement à d'autres sources d'énergie comme le pétrole ou le gaz, les pellets ne sont pas soumis à des spéculations, mais avant tout au principe de l'offre et de la demande, explique-t-il. Et la demande est actuellement très élevée. 

En conséquence, ceux qui produisent des pellets peuvent exiger des prix nettement plus élevés pour leur marchandise. C'est ce qui se passe actuellement et qui, selon les estimations de Bentele, conduira à une augmentation des capacités de production et à l'arrivée de nouveaux fournisseurs sur le marché.


Pour une consommation de 3.000 litres de mazout, l'économie sera de 225 euros.
Des conseils pour réduire sa consommation et sa facture
Réussir à diminuer la consommation énergétique est aussi bien un enjeu financier qu'environnemental. Pour les particuliers, il y a plein de petits gestes du quotidien qui permettent de réduire sa consommation et sa facture.

Parmi les raisons de la hausse des prix, qui est encore plus forte en Allemagne qu'au Luxembourg avec une moyenne actuelle de 680 euros par tonne, Bentele cite, outre l'augmentation de la demande et les hausses générales des coûts de production, ce que l'Institut des pellets appelle la «dynamique générale de stockage». 

L'écart de prix avec le mazout se réduit 

Pour voir ce que cela signifie concrètement, il suffit de parcourir les réseaux sociaux à la recherche de pellets. Les chauffagistes locaux y affichent fièrement leurs bunkers de stockage remplis à ras bord et les palettes de pellets en sacs qui remplissent des caves entières. Comme s'il ne s'agissait pas de survivre à un hiver, mais à une période glaciaire. Des recommandations telles que celles de l'Institut des granulés, qui conseillent de ne remplir le stock avec la quantité nécessaire qu'en cas de besoin et d'observer l'évolution des prix, ne servent à rien dans de nombreux endroits - comme doivent également le constater les fournisseurs de granulés. 


Customers across Europe have been hit with higher energy bills in the wake of Russia's invasion of Ukraine
Des approches différentes face à la crise énergétique
Du gel des prix aux transports publics bon marché, les pays européens recourent à diverses mesures pour réduire les coûts.

Mais les achats en masse, que l'on ne connaissait jusqu'à présent que pour le papier hygiénique, ne sont en fin de compte qu'une conséquence de l'évolution du marché, dont plusieurs facteurs sont responsables. Les pellets sont fabriqués à partir de sciure, un déchet de l'industrie du bois. Si les scieries transforment beaucoup de bois, elles produisent également beaucoup de sciure. Mais actuellement, en raison de la situation économique tendue, la demande en bois de construction est relativement faible, ce qui entraîne une diminution de la production de copeaux de bois. 

Des primes et des subventions

De plus, de nombreux gros acheteurs, surtout dans l'industrie, se sont entre-temps tournés vers les pellets en raison des coûts encore plus élevés des autres sources d'énergie. Ainsi, une grande partie de la sciure compressée est également utilisée pour la production d'électricité. Sans oublier les programmes d'aide nationaux qui, ces dernières années, ont incité à remplacer le vieux chauffage au mazout par un chauffage à pellets. 

Au Luxembourg, celui qui suit cette recommandation reçoit déjà 9.750 euros de bonus climatique. A cela s'ajoutent les subventions du fonds Nova Naturstrom, des fournisseurs d'énergie et, le cas échéant, de la commune, ainsi qu'une aide pour l'installation d'un réservoir tampon, ce qui peut représenter au final une somme de 12.000 euros. Le chauffage aux pellets est encore plus avantageux que le chauffage au gaz ou au fioul. Mais l'écart avec le pétrole s'est réduit, surtout au cours des dernières semaines. De plus, le prix du pétrole est soumis à de tout autres mécanismes de marché que le prix des pellets. Il est donc tout à fait possible qu'en matière de rentabilité, le pétrole surpasse désormais temporairement les pellets, après le gaz.

Est-ce utile de passer aux pellets?

Dans ce contexte, la question se pose donc de savoir s'il est judicieux de passer du mazout aux pellets malgré les subventions élevées. «Celui qui possède un chauffage encore relativement jeune ou qui fonctionne encore parfaitement devrait, même dans la situation actuelle, faire examiner tranquillement s'il est judicieux de le remplacer ou si, le cas échéant, un passage partiel à des solutions renouvelables ne pourrait pas constituer une alternative intéressante dans un premier temps», déclare à ce sujet Fenn Faber, directeur de Klima-Agence. «Mais si le client dispose d'un chauffage plus ancien ou d'une installation qui pose déjà problème, nous lui conseillons de s'intéresser de plus près aux alternatives renouvelables», ajoute-t-il. 


Les revenus moins élevés recevront des montants plus importants.
Les charges locatives impactées par la crise énergétique
Pour parer à l'augmentation des coûts de l'énergie, les charges de certains locataires, du parc public comme privé, ont augmenté. Mais tout n'est pas permis, et le décompte annuel reste le document de référence pour faire évoluer le montant de ces charges.

Selon la situation de départ, le chauffage aux pellets peut encore être une solution judicieuse. En revanche, cette technique ne joue plus qu'un rôle secondaire dans les nouvelles constructions. Selon Faber, cela s'explique d'une part par le fait que les nouveaux bâtiments ont des besoins en chaleur plus faibles, ce qui explique pourquoi on y utilise plutôt des pompes à chaleur. 

De plus, les chauffages à pellets nécessitent plus de place et demandent plus d'entretien. Sans compter que depuis cette année, les installations ne sont plus subventionnées dans les nouvelles constructions - ce qui se reflète également dans le besoin de conseil des clients qui s'adressent à la Klima-Agence. Alors que l'intérêt pour les chauffages à pellets ne cesse d'augmenter depuis l'automne dernier, mais seulement légèrement, les pompes à chaleur connaissent une véritable ruée depuis le début de l'année. 

Idéal pour les achats en gros 

Outre leur meilleur bilan climatique, ces dernières présentent un autre avantage décisif par rapport aux chauffages à pellets. Car celui qui possède une pompe à chaleur a certes besoin d'électricité - dont le prix a également augmenté - mais il n'est pas tenté de se laisser entraîner par la dynamique générale de stockage. Parce que l'électricité ne s'achète pas comme ça, en stock. 


ARCHIV - 11.07.2022, Mecklenburg-Vorpommern, Lubmin: Rohrsysteme und Absperrvorrichtungen in der Gasempfangsstation der Ostseepipeline Nord Stream 1 und der Übernahmestation der Ferngasleitung OPAL (Ostsee-Pipeline-Anbindungsleitung). (zu dpa: «Der Ernstfall droht: Wie Deutschland über den Winter kommen soll») Foto: Jens Büttner/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les firmes luxembourgeoises se préparent au black-out gazier
Le gaz naturel, dont dépendent de nombreux secteurs, se fait rare. Les entreprises luxembourgeoises cherchent des alternatives.

En revanche, les pellets se prêtent parfaitement au stockage : ils ne sont ni liquides ni gazeux et constituent donc le combustible de choix pour les acheteurs paniques notoires. Il existe toutefois d'autres possibilités. Faber conseille ainsi de se concentrer sur le thème des économies d'énergie. Par exemple en prenant des mesures d'isolation, en optimisant le chauffage, en combinant le chauffage avec une installation solaire thermique ou en adaptant son propre comportement à la situation. «La réduction des besoins est toujours une démarche judicieuse», affirme Faber. 

Et les associations de consommateurs indiquent également qu'une baisse d'un degré de la température ambiante permet déjà de réduire la consommation de 6%. Certes, cela ne suffit pas encore à compenser la hausse extrême des prix des combustibles. Mais qui sait : peut-être que les mois et les années à venir ne seront pas aussi froids que le laissent craindre certains stocks de pellets. 

Cet article a été publié pour la première fois sur wort.lu/de

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet