Changer d'édition

Le pays au gré des livraisons de vaccins
Luxembourg 5 min. 22.01.2021 Cet article est archivé

Le pays au gré des livraisons de vaccins

A l'heure actuelle, 40% des destinataires des premières invitations à se faire vacciner ont pris rendez-vous. "Un chiffre provisoire", tempère la ministre de la Santé.

Le pays au gré des livraisons de vaccins

A l'heure actuelle, 40% des destinataires des premières invitations à se faire vacciner ont pris rendez-vous. "Un chiffre provisoire", tempère la ministre de la Santé.
Photo : AFP
Luxembourg 5 min. 22.01.2021 Cet article est archivé

Le pays au gré des livraisons de vaccins

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Déjà 6.897 doses anti-covid ont été injectées dans le pays. La campagne s'adaptant au jour le jour, selon les stocks mis à disposition par Pfizer, Moderna et -qui sait- bientôt AstraZeneca.

Côté vaccins anti-covid, le Grand-Duché pourrait bientôt passer la troisième. Entendez compter sur un laboratoire de plus pour lui assurer plus de flacons encore. Alors que Pfizer et Moderna révisent à la baisse leur capacité de fourniture, la bonne nouvelle a été soufflée par Xavier Bettel, vendredi. «La présidente de la Commission européenne, qui gère les commandes, réfléchit à l'idée d'autoriser la livraison de vaccins AstraZeneca avant même une possible validation de cette formule par l'Agence européenne des médicaments (EMA).»


On prend les mêmes (règles) et on recommence
L'infection tendant à ralentir, le gouvernement n'envisage pas de changer de stratégie. Aussi les mesures prévues jusqu'au 31 janvier vont être prolongées pour trois semaines. Le 21 février, la copie pourra être revue.

L'idée est séduisante. Car sitôt l'accord de l'EMA obtenu, les pays ne perdraient alors pas une minute pour diffuser ce nouveau stock auprès de leur population, accélérant leur campagne d'immunisation. C'est que partout les autorités ou les citoyens réclament des vaccins. «Pour l'heure, le Luxembourg a de quoi vacciner 10.350 personnes» a informé la ministre de la Santé. Soit 19.500 doses Pfizer et 1.200 Moderna réceptionnées.

Le Luxembourg a ainsi fait le choix de couper en deux chaque livraison reçue. Une décision prise «afin de garantir le rappel de vaccination à chaque volontaire qui aura perçu la première dose». Cela alors que d'autres Etats se sont montrés plus empressés de piquer à tout va, injectant systématiquement les doses disponibles sans forcément constituer de stock pour la seconde piqûre recommandée quelques semaines plus tard.

Mais comme ses homologues de l'Union, le Grand-Duché «reste tributaire des producteurs» dans la mise en oeuvre de sa campagne. C'est ainsi pourquoi, trois semaines après les premières vaccinations, il n'est toujours pas envisagé d'ouvrir un deuxième centre de vaccination dans le pays. Le Hall Victor-Hugo tournant déjà à peine au quart de ses capacités. Un démarrage en douceur qui s'explique par deux raisons.

Non seulement la maigreur des doses à disposition mais aussi à cause d'un volontariat encore faible parmi les personnes ayant reçu une invitation à réserver un créneau. «Sur les personnes invitées, nous en sommes à 40,9% d'acceptation». Un chiffre bas (d'autant que l'on s'adresse à des soignants) mais temporaire : les personnes contactées ayant jusqu'au 24 janvier pour se faire connaître.

43.200 vaccinés d'ici mars

Paulette Lenert, ministre de la Santé

Reste que le pays a déjà administré 6.897 doses. Non seulement via la structure ouverte depuis le 28 décembre dans la capitale, mais aussi via les équipes mobiles affectées dans les maisons de santé et de retraite (1.137 injections réalisées) ou directement dans les quatre grands centres hospitaliers du pays qui peuvent ''piquer" leurs propres effectifs en interne (2.945).

Mais, selon les estimations actuelles, la ministre de la Santé pense  qu'en un trimestre, le Luxembourg devrait arriver à vacciner 43.200 personnes. A ce sujet, comme en novembre déjà, le comité d'éthique vient de rendre un avis au gouvernement. Les «Sages» ayant réfléchi à qui, au sein de la population, devrait être prioritaire pour recevoir en deuxième phase le précieux vaccin. Après le bouclier sanitaire des salariés de la Santé et les seniors en résidence, le choix devrait se porter vers les personnes vulnérables et les retraités à domicile.

Au passage, alors qu'elle signifiait la prolongation jusqu'au 21 février des mesures sanitaires en cours, Paulette Lenert a aussi rassuré sur la bonne gestion des doses et des invitations. «Rien de ce qui arrivera en vaccins ne se perdra, a indiqué la ministre de la Santé. Ce qui n'est pas consommé dans les centres de vaccination part vers les résidences seniors» pour que la campagne aboutisse au plus vite à une plus large immunisation de la population, et à une baisse de la mortalité due à l'infection covid (562 victimes à ce jour).



Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Depuis le début de l'épidémie, les lignes téléphoniques d'assistance se multiplient, au point de créer parfois certaines confusions. Mais la ministre de la Santé en annonce une prochaine sur la campagne vaccinale cette fois.
Lokales, Findel, Direction de la santé neues Gebäude Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le Pr Paul Wilmes, porte-parole adjoint de la Task Force covid luxembourgeoise, estime que les Etats devraient se mobiliser pour assurer eux-mêmes les doses nécessaires de sérum anti-covid. Si le vaccin est une arme d'utilité publique, alors il faut en accélérer la fabrication.
ARCHIV - 27.12.2020, Sachsen, Lichtentanne: Spritzen von B. Braun, gefüllt mit dem Covid-19-Impfstoff von Pfizer/Biontech, liegen in einem Pflegeheim bereit. Firmen wie der hessische Medizintechnik-Zulieferer B. Braun haben auch durch die Impfungen volle Auftragsbücher. (zu dpa «Fläschchen, Logistik, Kühlschränke: Zulieferer der Corona-Impfungen») Foto: Hendrik Schmidt/dpa-Zentralbild/Pool/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Contrairement aux idées reçues, si une frange de la population a déjà été infectée par le virus, cela n'implique pas pour autant qu'elle est désormais protégée contre le covid-19. Tout comme son entourage. Explications avec le virologue Thomas Dentzer.
Si le nombre de nouvelles infections au covid-19 recule, tout comme le nombre de personnes hospitalisées, Paulette Lenert assure que «les trois prochains mois s'annoncent très difficiles». Explications en vidéo avec la ministre de la Santé.
Itv Paulette Lenert Ministre de la Santé Luxembourg le 12/01/2021 photo ©Christophe Olinger
Restrictions de circulation et gestes barrières imposés pour limiter la propagation du coronavirus réduisent à néant la diffusion du virus respiratoire de la grippe. Ouf, enfin une bonne nouvelle.
Télécran, Allgemeinarzt, Doktor Frank Kirsch, Foto: Guy Wolff/Télécran
Infectiologue aux hôpitaux Robert Schuman, le Dr Gerard Schockmel a répondu mardi soir aux interrogations du public au sujet du précieux sérum développé contre le covid-19. La rédaction vous propose un résumé des réponses aux huit questions les plus fréquemment posées.
This picture taken on January 5, 2021, in Paris, shows figurines and a syringe to illustrate people receiving Covid-19 (novel coronavirus) vaccinations. - EU nations started their Covid-19 vaccination campaigns with their most vulnerable groups on December 27, 2020, as a new coronavirus variant spread internationally and the WHO warned the current pandemic will not be the last. (Photo by JOEL SAGET / AFP)