Changer d'édition

Le «passeport vaccinal» ne séduit pas le Luxembourg
Luxembourg 3 min. 20.01.2021

Le «passeport vaccinal» ne séduit pas le Luxembourg

Le gouvernement de Xavier Bettel s'oppose à l'avis de la présidente de la Commission européenne qui considère le passeport vaccinal comme un "impératif médical".

Le «passeport vaccinal» ne séduit pas le Luxembourg

Le gouvernement de Xavier Bettel s'oppose à l'avis de la présidente de la Commission européenne qui considère le passeport vaccinal comme un "impératif médical".
Photo : EU/Etienne Ansotte
Luxembourg 3 min. 20.01.2021

Le «passeport vaccinal» ne séduit pas le Luxembourg

Juliette MARIAGE
Juliette MARIAGE
Émise par le Premier ministre grec pour relancer le tourisme en Europe, l'idée d'accorder un certificat facilitant la circulation des seules personnes vaccinées ne trouve pas un écho favorable au Grand-Duché. Le gouvernement ne souhaite en effet pas instaurer un système à deux vitesses.

Un certificat de vaccination sous forme de document médical, oui. Une preuve de vaccination permettant de bénéficier de certains droits, non. Pour le Luxembourg, l'idée lancée la semaine dernière par Kyriakos Mitsotakis, le Premier ministre grec, relève de la fausse bonne idée. Car si la mesure vise avant tout à apporter des perspectives pour le secteur du tourisme, crucial dans certains pays européens, elle soulève bon nombre de questions. Aussi bien éthiques que scientifiques.


Rita Passey is injected with a Covid-19 vaccine at the NHS vaccine centre that has been set up at the Millennium Point centre in Birmingham, central England on January 11, 2021. - Seven mass coronavirus vaccination sites opened across England on Monday as the government races to dose millions of people while a new strain of the disease runs rampant across the country. (Photo by Jacob King / POOL / AFP)
L'OMS n'envisage pas l'immunité collective en 2021
Bien que les campagnes de vaccination au covid-19 se multiplient à travers le globe, l'OMS a averti que l'épidémie se prolongerait au moins jusqu'à la fin de l'année. Cela en raison des milliards de doses nécessaires pour endiguer la diffusion du virus.

Face à ces interrogations, le Luxembourg entend jouer la carte de la prudence. A l'image de l'Allemagne ou de la France ouvertement, le gouvernement se veut «très vigilant» sur les échanges à venir autour de la création d'un dispositif européen qui permettrait aux personnes vaccinées de voyager librement au sein de l'UE, mais aussi de leur laisser accès aux bars, restaurants et lieux culturels.

Contrairement à Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne qui voit le passeport vaccinal comme «un impératif médical», le Luxembourg s'oppose fermement à la mise en place d'un certificat qui «aurait un impact sur les droits d’une personne». Une position qui s'appuie notamment sur le fait qu'«il n'y a, pour l'instant, aucune preuve que la vaccination empêche la transmission du virus», indique le ministère de la Santé. 


7% de la population immunisée contre le covid-19
Contrairement aux idées reçues, si une frange de la population a déjà été infectée par le virus, cela n'implique pas pour autant qu'elle est désormais protégée contre le covid-19. Tout comme son entourage. Explications avec le virologue Thomas Dentzer.

Autre argument qui pousse à la prudence, le manque de recul sur la durée de l'immunité accordée par les vaccins. «Pour le moment, nous ne pouvons pas affirmer que le vaccin est efficace plus de trois mois», avance Trung Nguyen Nguyen, chef du service virologie du Laboratoire national de santé. Pour le spécialiste, le débat lancé au niveau européen se révèle être trop précoce, puisqu'ayant lieu moins d'un mois après le lancement de la campagne de vaccination et que «les pays européens en sont encore à la planifier».

Des arguments également utilisés par l'Organisation mondiale de la santé qui réfute, «pour le moment», l'idée d'une mise en place d'un passeport vaccinal à l'échelle planétaire. «Il y a toujours trop d’inconnues fondamentales en termes d’efficacité des vaccins pour réduire la transmission [du virus, ndlr] et les vaccins ne sont encore disponibles qu’en quantité limitée», indique l'agence des Nations unies.

Pour mémoire, la Commission européenne envisageait, en 2019, d'instaurer un dispositif électronique qui devait permettre «le développement d'une carte/passeport de vaccination commune pour les citoyens européens». Une idée qui avait dû être abandonnée en 2020 avec l'apparition soudaine de la pandémie de covid-19 et la mise en place de mesures sanitaires qui entravaient notamment la libre circulation des personnes. 

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a indiqué dimanche que le débat serait à nouveau mis sur la table au sommet qui se tiendra en visioconférence jeudi.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

7% de la population immunisée contre le covid-19
Contrairement aux idées reçues, si une frange de la population a déjà été infectée par le virus, cela n'implique pas pour autant qu'elle est désormais protégée contre le covid-19. Tout comme son entourage. Explications avec le virologue Thomas Dentzer.
L'OMS n'envisage pas l'immunité collective en 2021
Bien que les campagnes de vaccination au covid-19 se multiplient à travers le globe, l'OMS a averti que l'épidémie se prolongerait au moins jusqu'à la fin de l'année. Cela en raison des milliards de doses nécessaires pour endiguer la diffusion du virus.
Rita Passey is injected with a Covid-19 vaccine at the NHS vaccine centre that has been set up at the Millennium Point centre in Birmingham, central England on January 11, 2021. - Seven mass coronavirus vaccination sites opened across England on Monday as the government races to dose millions of people while a new strain of the disease runs rampant across the country. (Photo by Jacob King / POOL / AFP)
L'UE accélère ses programmes de vaccination
Pour répondre aux critiques sur la lenteur des campagnes d'injection du vaccin anti-covid19, la Commission a doublé vendredi ses commandes de doses Pfizer-BioNTech tandis que le Royaume-Uni valide à son tour le vaccin créé par Moderna.
A medical staff receives a dose of the Pfizer-BioNTech Covid-19 vaccine on January 8, 2021 at the Cavale Blanche hospital in Brest, western France during a vaccination operation of the medical staff against the Covid-19 disease. (Photo by Fred TANNEAU / AFP)
A chaque pays sa stratégie de vaccination
En Europe, les campagnes de vaccination contre le covid-19 ont démarré depuis le week-end dernier. Mais tous ne s'y prennent pas de la même manière. Tour d’horizon des différentes stratégies adoptées en Grande Région.
A nurse prepares a dose of the Pfizer-BioNTech Covid-19 vaccine, during a vaccination operation at the "Woonzorgcentrum Sint-Pieters" rest home on December 28, 2020 in Puurs, in Belgium's Flemish region, as the country starts its national vaccination campaign to fight against the spread of the novel coronavirus. - The vaccine doses were transported earlier from the University Hospital in Leuven to the residential care home, as the vaccination program starts with the most vulnerable. Belgium is the country with the highest number of deaths compared to its population with 165 fatalities per 100,000 inhabitants. (Photo by Dirk WAEM / POOL / AFP)
Le Grand-Duché ne négocie aucun vaccin
Le Luxembourg bénéficiera des doses achetées via l'Union européenne et n'a entamé aucun contact avec des laboratoires pour disposer de ses propres sérums anti-covid.
(FILES) In this file photo taken on January 31, 2020, a man gets a flu shot at a health facility in Washington, DC. - Global influenza vaccine makers have produced a record number of doses for the coming flu season, as authorities try to ease the burden on hospitals ahead of an expected COVID-19 resurgence. In the US, pharmaceutical companies plan to make around 196 million doses to serve the population of 330 million, according to the Centers for Disease Control and Prevention (CDC). (Photo by EVA HAMBACH / AFP)