Changer d'édition

Le Pacte logement 2.0 principal allié des communes
Luxembourg 10.07.2020

Le Pacte logement 2.0 principal allié des communes

Henri Kox mise sur le Pacte logement 2.0 pour aider les communes dans la création de logements abordables.

Le Pacte logement 2.0 principal allié des communes

Henri Kox mise sur le Pacte logement 2.0 pour aider les communes dans la création de logements abordables.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 10.07.2020

Le Pacte logement 2.0 principal allié des communes

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Henri Kox (Déi Gréng) a annoncé ce vendredi que les autorités locales ne recevront pas d'aide supplémentaire de la part du gouvernement dans le cadre de la construction d'habitations abordables.

«Il n'est pas prévu d'augmenter les subventions pour aider les communes dans la construction de logement. Actuellement, elles peuvent recevoir une aide de la part du ministère à hauteur de 75% du coût du terrain pour y construire des logements sociaux.» 

C'est la réponse du ministre du Logement à la suite d'une question parlementaire de Marc Lies (CSV). Le bourgmestre de Hesperange fait notamment référence aux conséquences économiques de la crise du covid-19 sur les finances des communes. Le député évoque le fait que les communes devront faire des choix dans leurs futurs investissements. 

Henri Kox ferme donc la porte à de nouveaux subsides tout en rappelant que «les aides d'État dans le domaine du logement doivent être conformes à la décision de la Commission européenne du 20 décembre 2011.»


La traque aux logements vides va s'intensifier
La taxe communale sur les logements inoccupés vit ses derniers mois. La prochaine réforme de l'impôt foncier dotera le pays de nouveaux moyens pour inciter les propriétaires à mettre leurs appartements inoccupés à disposition de locataires.

En guise de conclusion, l'élu des Verts souligne que pour les communes, le Pacte Logement 2.0 est là pour soutenir les autorités locales désireuses de créer des logements abordables. De plus, ce pacte doit aussi permettre la mobilisation des terrains en jachère et des logements vacants pour lutter contre la pénurie de logements.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La subvention de loyer revue à la hausse
Pour répondre aux conséquences de la crise du covid-19, le ministère du Logement indique jeudi non seulement que les procédures d'expulsion ont été suspendues pour la durée de l'état de crise, mais aussi que l'aide accordée aux ménages à faibles revenus a été revalorisée.
Logement - Photo : Pierre Matgé
La location solidaire en plein boom
Début 2020, près d'un millier de logements, vides à la base, étaient occupés par des ménages à faible revenu. Ce, grâce au système de la gestion locative sociale (GLS), fruit de la collaboration entre le ministère du Logement et ses 29 partenaires conventionnés.
immo location
shutterstock
Le Pacte logement en pleine construction
Le ministre du Logement a exposé sa vision sur l'avenir à donner au développement de logements abordables au Luxembourg. Mais la majorité peine à trouver un accord sur les moyens de lutter contre la spéculation immobilière.
Illustration, cloche d'Or, Deloitte, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Nous ne devons pas répéter les erreurs du passé»
Nouveau ministre du Logement, Henri Kox (Déi Gréng) connaît bien la thématique en tant qu'ancien président de la commission Logement. En poste depuis la mi-octobre, en remplacement de Sam Tanson, il détaille son ambition qui vise à «adapter les lois» à la réalité du pays.
Le nouveau ministre Henri Kox a déjà une bonne connaissance des dossiers. Son passé de président de la commission Logement en est pour beaucoup.
Nouvelles règles pour soutenir le logement social
La ministre du Logement souhaite revoir les aides octroyées aux promoteurs favorisant les constructions à loyer modéré. Sam Tanson entend aussi allonger à 40 ans la durée obligatoire de mise en location de ces habitations.
Les communes doivent viabiliser leurs terrains
Les municipalités du Luxembourg possèdent actuellement 182 hectares de terrains à bâtir. Un chiffre dérisoire, d'autant plus problématique que certaines municipalités vendent leurs parts de terrains à des investisseurs privés, plutôt que de créer des logements sociaux.