Changer d'édition

Le nucléaire belge et français à l'amende
Luxembourg 2 min. 27.05.2020

Le nucléaire belge et français à l'amende

Cerné par trois centrales nucléaires - Cattenom (FR),Tihange et Doel (BE) - le Luxembourg se dote d'une loi pour que chaque citoyen puisse réclamer des dommages en cas d'incidents sérieux.

Le nucléaire belge et français à l'amende

Cerné par trois centrales nucléaires - Cattenom (FR),Tihange et Doel (BE) - le Luxembourg se dote d'une loi pour que chaque citoyen puisse réclamer des dommages en cas d'incidents sérieux.
Photo : AFP
Luxembourg 2 min. 27.05.2020

Le nucléaire belge et français à l'amende

Comme l'Autriche, le Luxembourg veut se doter d'un texte de loi permettant aux habitants de se retourner vers les exploitants de centrales nucléaires en cas d'incidents.

(pj avec Morgan KUNTZMANN) Bon d'accord, en cas d'incident nucléaire aux frontières du Grand-Duché, ce ne sera pas la priorité. Mais après, de quelle sécurité juridique disposeront les habitants du Luxembourg? La réponse tient dans le projet de loi 7221 qui vient d'être débattu en commission. Si le texte devait être approuvé par la majorité des députés, les citoyens du Grand-Duché devraient pouvoir poursuivre les exploitants nucléaires pour réclamer  dommages et intérêts.

Dans l'esprit des initiateurs Déi Gréng de ce projet de loi, il s'agit d'aller au-delà des règles de protection qui datent des années 60. De plus, cette prise de position permettrait de faire planer la menace du risque financier sur les producteurs d'énergie nucléaire.


Visite Centrale Nucléaire de Cattenom.Atomzentrale . Foto:Gerry Huberty
S'appuyer sur le droit pour contrer Cattenom
Farouche opposant à la centrale nucléaire voisine, le ministre de l'Energie Claude Turmes compte s'opposer à la prolongation d'activité du site EDF prévue jusqu'à 2035. Ses armes : deux textes à portée internationale.

En commission parlementaire, mardi, deux points de vue ont émergé des débats. D'un côté, une vision idéaliste, soutenue par presque tous les partis. Celle-ci considère le projet de loi 7221 (déposé pour la première fois en 2017) à la fois comme un outil de prévention mais aussi comme une possible mesure répressive.

Ainsi, pour le ministre de l'Energie Claude Turmes (Déi Gréng): il s'agit là d'un «régime historique de responsabilité nucléaire» marquant une étape importante de la politique antinucléaire luxembourgeoise. «Cette loi permettra au pays de prendre position contre la poursuite de la promotion de l'énergie nucléaire au niveau international», commente, pour sa part, le rapporteur François Benoy (Déi Gréng).

Demain, les pays voisins disposant de centrales nucléaires (France et Belgique) devront donc prendre en compte des coûts et des montants d'assurance toujours plus élevés s'ils veulent prolonger la durée de vie de leurs équipements ou disposer de stockage de déchets nucléaires dans la région frontalière (comme cela a été révélé il y a peu par la ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg).  


Des déchets nucléaires aux portes du Luxembourg
La ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg, entend mobiliser la population pour s'opposer à un projet de l'Etat belge d'enfouir des éléments radioactifs non loin de la frontière. L'impact environnemental pourrait concerner l'approvisionnement en eau potable.

Dans ce contexte, le député Gilles Roth (CSV) fait preuve d'une vision plus réaliste. Si lui et sa fraction restent favorables à cette future loi, force est de constater pour l'élu d'opposition que «néanmoins, de tels paiements de réparation seraient difficiles à faire valoir contre les pays voisins producteurs d'énergie nucléaire». Et de critiquer au passage l'hypocrisie des Verts en matière d'énergie nucléaire. En effet, malgré la participation des écologistes au gouvernement, la part de l'énergie nucléaire (10,4%) n'a pas diminué ces dernières années.

Reste que le projet de loi a finalement été adopté par 56 voix pour et 4 voix contre. Seuls les députés de l'ADR s'y sont opposé. Avec l'Autriche, le Luxembourg devient le deuxième pays à disposer d'une telle loi sur la responsabilité des exploitants nucléaires.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Cattenom touchée, mais loin d'être coulée
Dès le début de l'épidémie de covid-19, deux salariés de la centrale nucléaire avaient été détectés positifs au virus. Mais plus aucun cas n'est venu perturber depuis la marche du site lorrain.
Kernkraftwerk Cattenom - Photo : Pierre Matgé
Les «Huit de Cattenom» évitent la prison
Les militants de Greenpeace qui s'étaient introduits dans la centrale nucléaire lorraine, en 2017, ont été jugés ce mercredi. La Cour d'appel de Metz les a condamnés à des jours-amendes ainsi qu'un salarié de l'association. Mais près de 260.000€ devront être versés à EDF pour préjudices.
TOPSHOT - This handout photograph taken and released by Greenpeace early October 12, 2017, shows a firework exploding at the Cattenom Nuclear Power Plant, some 50kms north of Metz. 
Greenpeace environmental activists were arrested after briefly entering the Cattenom nuclear power plant in Lorraine (eastern France) to alert the vulnerability of these sites to a possible attack. "Greenpeace activists on site, stopped by the gendarmes, no access to the nuclear zone, no impact on the safety of the installations", according to the twitter account of the power station, located a few kilometers from the border of Luxembourg. / AFP PHOTO / Greenpeace / HO /    IMAGE AVAILABLE FOR DOWNLOAD BY EXTERNAL MEDIA FOR 10 DAYS AFTER RELEASE -- RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / GREENPEACE " - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS --  NO ARCHIVE --
La Suisse dit adieu à l'une de ses centrales nucléaires
Après 47 ans en service, le site de Mühleberg a été définitivement déconnecté ce vendredi du réseau en raison de la cherté de son entretien. Il s'agit d'une première sur le territoire de la Confédération qui n'a désormais plus que trois centrales.
Camouflet infligé à la Belgique sur la centrale de Doel
Dans un arrêt rendu ce lundi, la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) estime que la loi autorisant la prolongation de deux des réacteurs du site ne respectait pas les règles environnementales. Une décision qui n'aboutit cependant pas à la fermeture du site, comme le souhaite le Grand-Duché.
ARCHIV - 26.02.2016, Belgien, Doel: Hinter der Windmühle von Doel bei Antwerpen steigt Dampf aus dem Kernkraftwerk Doel. (zu dpa «EuGH urteilt über Laufzeitverlängerung belgischer Atommeiler») Foto: Oliver Berg/dpa +++ dpa-Bildfunk +++