Changer d'édition

Le Nord bénéficiera de son école primaire européenne
Luxembourg 09.03.2020 Cet article est archivé

Le Nord bénéficiera de son école primaire européenne

Pour les classes primaires, le lycée Edward Steichen aura son annexe à Reuler à la rentrée prochaine.

Le Nord bénéficiera de son école primaire européenne

Pour les classes primaires, le lycée Edward Steichen aura son annexe à Reuler à la rentrée prochaine.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 09.03.2020 Cet article est archivé

Le Nord bénéficiera de son école primaire européenne

Pour ne pas être le parent pauvre en matière d’enseignement international, un nouvel établissement verra le jour à Reuler. Des sections francophone et anglophone seront proposées dans la commune proche de Clervaux dès la prochaine rentrée.

(DH avec John Lamberty) - Histoire d'équilibrer les infrastructures en matière d'enseignement plurilingue, le nord du pays sera doté d'une école primaire européenne lors de la prochaine rentrée scolaire. Le bâtiment est destiné à abriter 280 enfants et sera construit lors des prochains mois au sein du complexe scolaire de la commune de Reuler. Par contre, sur le plan administratif, il sera rattaché au lycée Edward Steichen (LESC).

Pour rappel, à Clervaux, le LESC a été doté de sections francophone et germanophone depuis la rentrée 2018. Une adaptation qui fait suite à la création des écoles européennes, du Kirchberg et de Mamer, et à l'implantation de trois établissements scolaires publics dispensant un enseignement européen, à Differdange, Junglinster et Mondorf.


Le bâtiment carré de l'école primaire de l'EIDE devrait accueillir 435 élèves dès 2022.
Le campus de Differdange s’étoffe
Une école primaire européenne prévue pour 435 élèves devrait voir le jour en 2022, a annoncé jeudi la municipalité de la ville du Sud. Elle sera rattachée à l'Ecole Internationale.

«L'offre est intéressante à plus d'un titre. Pour ceux qui ne séjournent que temporairement au Luxembourg mais qui veulent s'intégrer autant que pour ceux qui veulent donner à leurs enfants une éducation linguistique et culturelle variée», commente Max Wolff, le directeur-adjoint du LESC. Ce dernier insiste aussi sur le fait que les élèves, au fur et à mesure de leur scolarité, devront maîtriser deux autres langues en plus de leur langue natale. De même, «l'apprentissage du luxembourgeois est également obligatoire pour les élèves d'origine étrangère».

A Reuler, dans la pratique, les sections francophone et anglophone débuteront en septembre prochain. La section germanophone, elle, sera opérationnelle un peu plus tard. Pour Max Wolff, il s'agit «de proposer aux habitants du nord du pays une offre scolaire européenne comme alternative au modèle scolaire classique, afin d'offrir à chaque profil d'étudiant un concept éducatif approprié». 


Sur le même sujet

«La liberté du verbe, du langage, est sans limite»
C'est la journée internationale de la francophonie. A l'école internationale de Differdange mardi comme au Lënster Lycée à Junglinster ce mercredi, la francophonie se slame à voix haute avec la complicité d'Ozarm et Ayun.
Journées francophonies, ateliers slam pour les scolaires Ozarm & Ayun - Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort