Changer d'édition

Le nombre de frontaliers augmente plus rapidement que celui des résidents
Luxembourg 2 min. 05.07.2022
Emploi au Luxembourg

Le nombre de frontaliers augmente plus rapidement que celui des résidents

Sur les 458.000 salariés qui ont travaillé au Luxembourg l'année dernière, 46% étaient frontaliers.
Emploi au Luxembourg

Le nombre de frontaliers augmente plus rapidement que celui des résidents

Sur les 458.000 salariés qui ont travaillé au Luxembourg l'année dernière, 46% étaient frontaliers.
Photo d'illsutration: Pixabay
Luxembourg 2 min. 05.07.2022
Emploi au Luxembourg

Le nombre de frontaliers augmente plus rapidement que celui des résidents

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Le Statec a annoncé que l'emploi salarié était en progression de 0,9% au cours du premier trimestre de l'année 2022 et une augmentation de 3,8% sur un an.

C'est un fait au sein du marché du travail, bien que le taux de chômage soit historiquement bas depuis plusieurs mois, certains secteurs d'activités peinent à recruter du personnel, y compris saisonnier. Cette situation n'entache pas pour autant le plein emploi au Luxembourg. Mieux encore, le Statec a annoncé que l'emploi salarié était en progression de 0,9% au cours du premier trimestre de l'année 2022 et cette augmentation est de 3,8% sur un an.


Politik, ADEM, PK, Isabelle Schlesser, Georges Engel,  Ines Baer, Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Le chômage baisse à 6,6% en mai dans la zone euro
Le taux de chômage de la zone euro a baissé en mai à 6,6% de la population active, après 6,7% en avril, atteignant un nouveau plancher historique, a annoncé jeudi Eurostat.

Parmi les données les plus marquantes délivrées par l'institut national de statistiques, on notera par exemple que le nombre de frontaliers est encore en augmentation de 1,1% sur les trois premiers mois de 2022, en comparaison avec le dernier trimestre de 2021.  Plus interpellant, le nombre de salariés frontaliers a augmenté plus fortement que celui des résidents (+0,7%). «En variation annuelle, le nombre de salariés résidents non communautaires a progressé de 13,3% contre 2,2% pour les résidents luxembourgeois», précise le Statec.

L'administration centrale en plein boom

Rappelons que sur les 458.000 salariés qui ont travaillé au Luxembourg l'année dernière, 46% étaient frontaliers. La moitié d'entre eux étaient des Français (112.500). En comparaison, ils étaient 49.500 Belges à franchir la frontière luxembourgeoise chaque jour pour aller travailler l'an dernier et 50.000 Allemands.



L'économie sociale et solidaire prend de l'ampleur
Un peu plus de 15.000 personnes travaillent dans ce secteur en plein développement au Luxembourg.

Concernant les emplois en eux-mêmes, ce sont les activités du commerce, du transport, de l'hébergement et de la restauration qui enregistrent la plus forte hausse en termes de nouveaux emplois, avec une augmentation de 4,4% sur un an. Suivent l'administration et les autres services publics (+4,3% sur un an), bien que nous évoquions récemment les difficultés pour l'administration fiscale de recruter du personnel qualifié. «Le développement favorable de ce dernier indicateur provient de l'administration centrale et des activités hospitalières», détaille le Statec. 

Si l'on se penche sur les variations trimestrielles, ce sont les activités spécialisées et les services de soutien ainsi que les activités du commerce, du transport, de l'hébergement et de la restauration qui ont enregistré les croissances les plus fortes. Une bonne nouvelle dans le sens où le secteur horeca est l'un de ceux qui peinent le plus à recruter ces derniers temps. L'ADEM ne disait d'ailleurs pas autre chose dans son dernier rapport, expliquant que 116 offres d'emploi de service en restauration étaient vacantes tandis que 108 offres de personnel de cuisine étaient disponibles.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

À l'aube du retour massif en présentiel des travailleurs frontaliers, des employés de plusieurs entreprises du secteur financier luxembourgeois évoquent des craintes quant à un manque de place dans les bureaux, certains ayant été réduits durant la crise sanitaire.
Si les plus de 5.200 signatures sont validées, la pétition demandant «une semaine de 35 heures de travail à temps plein» devra être débattue à la Chambre.
schrittweise Verkürzung der Arbeitszeit auf 32 Stunden pro Woche Büro gehen Zeitkonten