Changer d'édition

Le musée de la police fait ses cartons
Luxembourg 4 min. 01.03.2022 Cet article est archivé
Patrimoine luxembourgeois

Le musée de la police fait ses cartons

La collection historique de la police à Bonnevoie-nord comprend également plusieurs véhicules de service et motos. Pour eux aussi, un nouveau logement doit être trouvé.
Patrimoine luxembourgeois

Le musée de la police fait ses cartons

La collection historique de la police à Bonnevoie-nord comprend également plusieurs véhicules de service et motos. Pour eux aussi, un nouveau logement doit être trouvé.
Photo: Steve Remesch
Luxembourg 4 min. 01.03.2022 Cet article est archivé
Patrimoine luxembourgeois

Le musée de la police fait ses cartons

D'ici septembre 2022, la collection historique de la police devra avoir quitté son emplacement actuel, dans le quartier nord de Bonnevoie.

(S.MN. avec Steve REMESCH) Pendant longtemps, le sort du musée de la police situé au nord de Bonnevoie a été incertain. Mais il est désormais au moins clair qu'une grande partie de la collection historique de la police luxembourgeoise disparaîtra dans des caisses. Au plus tard en septembre 2022, la collection historique de la police devra quitter le bâtiment des anciens garages de la gendarmerie, rue Marie et Pierre Curie dans la capitale. 


Pas de musée dans le bâtiment de la gare d'Ettelbruck
Le bâtiment ferroviaire ne sera pas intégré au nouveau musée du chemin de fer, mais les plans à Pétange avancent.

À cette date, le bâtiment, qui revêt une importance historique et architecturale, sera restauré selon des critères conformes à la protection du patrimoine et aura une nouvelle vocation de garage gouvernemental pour l'électromobilité. Seule une petite lumière sera conservée du musée : une vitrine à Capellen. En effet, en novembre 2021, les responsables politiques et administratifs ont donné leur accord pour la reprise d'une autre collection, celle qui y était exploitée par la famille Ries sous le nom de «Musée international de Gendarmerie et Police» au sous-sol du centre culturel. 

Photo: Anouk Antony

Les pièces exposées, très bien entretenues, ne sont pas les seules à être intéressantes, la surface d'exposition l'est tout autant. Sur près de 220 mètres carrés, l'ASBL Policemusée pourrait alors à nouveau faire à Capellen ce qui lui est interdit à Bonnevoie-nord depuis décembre 2016 : accueillir des visiteurs. Du moins pour cinq à six ans. Car à partir de ce moment-là, la commune de Mamer souhaite à nouveau occuper elle-même les locaux. 

Travail à huis clos 

«Nous sommes en train d'emballer les premiers cartons», lance le président de l'association du musée, Camille Diener. Car même si le musée ne peut pas accueillir de visiteurs dans son exposition, on y travaille quand même. Car on organise désormais régulièrement des expositions à l'extérieur. Quoi qu'il en soit, l'endroit est une véritable mine d'or. Après tout, on apprend du passé. Mais l'association des musées fait également ses propres recherches. «Par exemple sur les policiers et les gendarmes qui ont été portés disparus pendant la Seconde Guerre mondiale», poursuit Camille Diener. «Et aussi sur ceux qui, à leur manière, ont tenu tête aux nationaux-socialistes pendant l'occupation allemande et ont parfois payé le prix fort pour cela». 

Un entrepôt appartenant à la police 

Il y a cependant à Bonnevoie-nord un nombre invraisemblable de pièces à exposer, bien plus que ce qui pourra être présenté après la fusion de la collection à Capellen. Camille Diener parle d'environ 10.000 objets, auxquels s'ajoutent de vastes bibliothèques, des collections de documents, des archives et des photos.

Emballée dans des caisses, la collection est morte

Camille Diener 

Ce qui serait problématique, c'est que cette collection disparaisse durablement dans des caisses en carton. «Emballée dans des boîtes, la collection est morte», estime Camille Diener. Car personne ne pourrait alors plus travailler avec elle. «En l'état actuel des choses, il semble qu'une solution ait été trouvée», poursuit Diener. 

Photo: Steve Remesch

Celle-ci, comme tant d'autres choses dans le petit monde des musées luxembourgeois, n'est à nouveau qu'une solution provisoire. «Pour les documents et les livres, on a trouvé une possibilité de les stocker de manière adéquate», explique le président de l'association des musées. «Et surtout, il nous sera possible de conserver l'accès aux documents en cas de besoin». Il s'agit d'un hall logistique de la police, équipé d'armoires d'archives mobiles.

Camille Diener ne veut pas en dire plus sur l'endroit où elle se trouve et sur l'usage qui en a été fait jusqu'à présent. Il se contente de souligner sa gratitude envers la direction de la police qui a rendu cela possible. 

Le parc automobile doit lui aussi être mis sous toit 

Moins concrète, mais tout aussi importante, une deuxième promesse a été reçue par le musée de la police. En effet, la collection historique de la police comprend également des véhicules d'intervention historiques. Il s'agit aussi bien de voitures de service et de motos déjà restaurées que de celles qui ont dû attendre jusqu'à présent pour être reconstituées dans les moindres détails. «Il est évident que ceux-ci ne peuvent pas être stockés durablement à l'air libre, ce serait fatal pour ces véhicules», explique Camille Diener. Il ne veut pas non plus se prononcer sur cette possibilité de stockage - jusqu'à ce que l'affaire soit vraiment dans le sac.

Une nouvelle vieille voiture de police rouge 

Et le parc automobile s'est d'ailleurs récemment enrichi. «Il y a à peine 50 ans, la gendarmerie disposait de toute une série de véhicules tout-terrain de type Land Rover Defender», révèle Camille Diener. «Mais l'ancienne police n'en avait que deux. Un à châssis court à Beles et un à châssis long à Esch-sur-Alzette. Et c'est ce dernier qui a pu être ajouté à la collection». Alors que les véhicules de la gendarmerie étaient à l'époque de couleur bleu foncé, cette voiture était rouge, avec une délicate inscription policière blanche. Le musée de la police espère maintenant pouvoir mettre sur pied un projet de restauration de véhicules en collaboration avec une école ou un autre établissement d'enseignement.  

Foto: Steve Remesch


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Ce week-end, c'est la 20e édition de L'Invitation aux Musées: tous les musées du Luxembourg ouvrent leurs portes gratuitement. Des sorties à faire en famille, entre amis ou en solitaire.
Au musée de la Ville de Luxembourg, les visiteurs ont pu découvrir, entre autres, l'exposition La ville industrielle