Changer d'édition

Le Motorworld démarre en trombe
Luxembourg 3 min. 18.11.2021
En chantier

Le Motorworld démarre en trombe

Plus que trois ans pour achever l'aménagement des quatre hectares.
En chantier

Le Motorworld démarre en trombe

Plus que trois ans pour achever l'aménagement des quatre hectares.
Photo : Marc Wilwert
Luxembourg 3 min. 18.11.2021
En chantier

Le Motorworld démarre en trombe

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
En 2024, tout devrait rouler pour le site-concept bâti par le groupe Giorgetti autour de l'automobile à Reckange-sur-Mess. Mais au-delà de la vente ou de l'entretien mécanique, les lieux proposeront hôtel, restaurant, bureaux, salle des fêtes.

(pj avec David THINNES) Impossible de ne pas remarquer le chantier en cours, aux abords de l'A4. A peine la sortie Pontpierre annoncée, en direction d'Esch, qu'une demi-douzaine de grues se dressent dans le paysage. Le long de la route des Trois Cantons, commence à s'ériger ce qui deviendra - peut-être - un nouveau pole automobile au Grand-Duché. L'entrepreneur Giorgetti, propriétaire du terrain de quatre hectares, est à l'origine de ce projet XXL pour la petite commune de Reckange-sur-Mess et ses 2.600 habitants.


Le tram rapide ne fera halte qu'à Foetz
Désolé pour les habitants de Pontpierre, mais la prochaine ligne reliant la Ville à la capitale des Terres rouges leur filera sous le nez. Le ministre de la Mobilité vient de détailler les raisons de son choix.

«Notre inspiration vient du Motorworld de Böblingen, dans le Bade-Wurtemberg. Le concept qui y est proposé (avec ateliers pour voitures anciennes, boutiques autour de l'automobile et de points de restauration) n'allait pas assez loin pour nous. Aussi, pour le Luxembourg, nous avons décidé d'ajouter un hôtel, un restaurant, une salle dédiée à l'événementiel, un centre d'affaires et des appartements», sourit Roland Lammar, directeur du projet. Du XXL, on vous dit!

Pour la partie ''automobile«, des contacts ont d'ores et déjà été pris avec des concessionnaires et des garages qui pourraient venir installer leur showroom ou leurs ateliers au sud du pays. D'autres locaux seront également mis à disposition des amateurs de vieilles mécaniques.

Les 50 premiers appartements se sont tous vendus rapidement; 70 autres vont être proposés bientôt.
Les 50 premiers appartements se sont tous vendus rapidement; 70 autres vont être proposés bientôt.
Photo : Marc Wilwert

Le promoteur Giorgetti agira à Wickrange en tant que maître d'ouvrage, investisseur et futur exploitant du site. L'entreprise de construction a également proposé elle-même la vente des logements des deux immeubles attendus. Déjà, les 50 appartements du premier bâtiment, baptisé Monza, se sont vendus en un clin d'oeil. A un prix moyen du m2 situé entre 8.000 et 8.500 euros, tout a été cédé «en une journée» à en croire Roland Lammar. 

Les 70 logements du second bâtiment, Daytona, ne vont eux plus tarder à être proposés sur le marché immobilier. A leur tour, ils devraient changer de mains à la vitesse d'une Formule 1.  


3.700 habitants attendus aux Lentilles rouges
Une tour de 19 étages, 1.400 nouveaux appartements, des services, des commerces et même un millier de plantations: le futur visage de la friche industrielle à l'entrée d'Esch-sur-Alzette se dessine. Pour Rout Lëns, les travaux d'aménagement pourraient commencer en 2022.

L'ouverture annoncée d'un hôtel ici constitue une des audaces du projet. Il est question d'une structure de 140 chambres, destinée autant à une clientèle d'affaires que de loisirs en fin de semaine. Et le directeur ne cache pas que l'exploitation d'un hôtel constituera une première pour le groupe Giorgetti.

«Il est envisageable que nous nous fassions aider par un groupe hôtelier plus important. A l'ouverture du domaine thermal à Mondorf, à la fin des années 1980, cela a été le cas avec le groupe Steigenberger qui a été présent quelques années pour la période de rodage.» Par contre, pour le restaurant, la route est déjà tracée. Giorgetti détenant des parts dans le groupe Concept+partners qui gère déjà onze adresses au Grand-Duché, le futur patron des tables semble tout trouvé.

Des «emplois propres»

Ajoutez à cela 12.000 m2 de bureaux, une salle de réception («l'une des cinq meilleures du pays»), un parking de 1.500 places et vous aurez -en partie- fait le tour des équipements annoncés. 

Une liste à laquelle le bourgmestre de Reckange-sur-Mess, Carlo Muller, a déjà ajouté une maison de soins d'une centaine de chambres. L'élu rêvant aussi de voir s'ouvrir sur place une crèche. «Ce qui est important, c'est que ce soient des emplois propres, donc pas des industries (..) Il était également important pour nous de ne pas créer un autre centre commercial au Luxembourg». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Evoqué depuis 2008, le projet baptisé «Logement Porte de France» qui doit être composé de quatre bâtiments hauts de 39 mètres et accueillir notamment quelque 120 logements étudiants ne sortira pas de terre dans un avenir proche. La faute, officiellement, à de nombreux «remaniements».
Vue générale de la terrasse des hauts fourneaux en juin 2021.
Entre des élus locaux qui traînent des pieds et un gouvernement pas forcément engagé à fond dans le projet, la fusion des cinq communes pour créer une communauté unique est plus que jamais en difficulté.
Une tour de 19 étages, 1.400 nouveaux appartements, des services, des commerces et même un millier de plantations: le futur visage de la friche industrielle à l'entrée d'Esch-sur-Alzette se dessine. Pour Rout Lëns, les travaux d'aménagement pourraient commencer en 2022.
Même si le marché du neuf redémarre quelque peu, les concessionnaires auto voient un nouvel obstacle leur bloquer la route : le manque de composants électroniques allonge considérablement les délais de livraison.
Le réaménagement de la place de la Constitution dans la capitale fait partie des 26 grands projets de travaux que le ministre des Travaux publics vient de présenter à la Chambre. Tous coûteront plus de 10 millions d'euros.
09.06.2016, 12.30 h, Gëllefra, place de la Constitution, boulevard Roosevelt, photo: Soubry Charles
En réflexion depuis 2004, le chantier voué à supprimer le passage à niveau des CFL doit débuter au printemps 2022, selon les données présentées jeudi soir par le ministre de la Mobilité. Un projet d'ampleur toujours ralenti par l'acquisition de certains terrains et au budget indéterminé.