Changer d'édition

Le mode anti-collision des camions doit se renforcer
Luxembourg 2 min. 04.03.2020 Cet article est archivé

Le mode anti-collision des camions doit se renforcer

Pour l'heure les dispositifs ralentissent seulement la vitesse du camion, mais ne le stoppent pas.

Le mode anti-collision des camions doit se renforcer

Pour l'heure les dispositifs ralentissent seulement la vitesse du camion, mais ne le stoppent pas.
Photo : Pierre Matgé
Luxembourg 2 min. 04.03.2020 Cet article est archivé

Le mode anti-collision des camions doit se renforcer

Le Luxembourg est prêt à soutenir tout règlement européen qui obligera les poids lourds à s'équiper de système d'arrêt d'urgence plus efficace. Pour l'heure, seuls les contrôles routiers sont en place.

(pj) Le 6 janvier dernier, au Grand-Duché, le chauffeur d'un camion n'a pu éviter d'entrer en collision avec les dernières voitures prises dans un bouchon. Un accident aux conséquences mortelles et qui a prouvé que les dispositifs anti-collision dont disposent les poids lourds circulant en Europe ne sont pas encore suffisamment efficaces. Quand les chauffeurs, eux-mêmes, ne désactivent pas cette fonction... A défaut d'être parfaite, l'option est devenue obligatoire depuis le 1er novembre 2018.

Seulement, le système imposé se limite à réduire automatiquement la vitesse du poids lourd pour éviter tout choc avec un obstacle à l'arrêt.Pas à le stopper automatiquement. Aussi, les députés Carole Hartmann et Max Hahn (DP) viennent-ils d'interpeller le ministre de la Mobilité pour savoir si François Bausch (Déi Gréng) se voulait favorable à un dispositif plus efficace en termes de sécurité routière. Et effectivement le vice-Premier ministre n'est pas insensible à pareille mesure.


Avec 22 tués sur les routes en 2019, le Luxembourg affiche une baisse de 40% de la mortalité au volant par rapport à 2018
La mortalité en baisse de 40% sur la route en 2019
22 personnes sont décédées dans des accidents de la circulation l'année dernière au Luxembourg. Il s'agit du total le plus bas jamais enregistré depuis 1978, signe que le Plan national de sécurité routière semble fonctionner.

Sauf qu'il n'est pas question de modifier la loi nationale, mais bien les règles de l'UE en matière de circulation des poids lourds de plus de 8 tonnes. Reste qu'aux yeux du ministre «il serait désirable d'équiper tous les véhicules poids lourds de systèmes de freinage d'urgence permettant un arrêt complet dans toutes les conditions». C'est-à-dire aussi bien face à un obstacle immobilisé qu'en mouvement. 

Aussi, le Luxembourg pourrait s'engager à introduire des dispositions plus strictes aux niveaux européen et international pour prévenir des accidents graves.

Une majorité en conformité

D'ores et déjà, rappelle François Bausch, de nombreux contrôles du bon fonctionnement du mode anti-collision sont en place. Aussi bien sur le bord des routes du Grand-Duché que dans les centres de contrôle technique du pays (visite obligatoire au moins une fois par an pour les PL). Ainsi, l'an passé, sur les 1.028 véhicules soumis à vérification, 973 étaient bien conformes aux exigences réglementaires. «Seuls 55 ont présenté des défectuosités ou des non-conformités majeures ou critiques», informe le ministre. 

Dans ce cas, les propriétaires ont 28 jours pour remettre en état le véhicule. La défectuosité critique imposant elle l'immobilisation immédiate dudit camion, voire son interdiction de circuler sur la voie publique. A l'heure où la mortalité sur les routes est à la baisse, pas question de baisser le niveau de vigilance.


Sur le même sujet

Jamais, depuis 2016, les contrôles de vitesse n'auront autant surpris de contrevenants sur les routes du Luxembourg. Près de 282.000 véhicules auront ainsi été flashés en douze mois.
Radar Warnschild am Ende der A4 in Esch Alzette Richtung Rond Point Jean Paul 2. Photo: Guy Wolff