Changer d'édition

Le ministre veut des crèches bilingues
Luxembourg 2 min. 08.07.2014 Cet article est archivé
Pour mieux préparer les enfants à l'Ecole

Le ministre veut des crèches bilingues

"Nous voulons rendre l'accueil des jeunes enfants gratuit car il s'agit de donner les mêmes chances à tous les enfants. Que leurs parents travaillent ou pas", explique Claude Meisch, ministre de l'Education nationale et de l'Enfance.
Pour mieux préparer les enfants à l'Ecole

Le ministre veut des crèches bilingues

"Nous voulons rendre l'accueil des jeunes enfants gratuit car il s'agit de donner les mêmes chances à tous les enfants. Que leurs parents travaillent ou pas", explique Claude Meisch, ministre de l'Education nationale et de l'Enfance.
Photo: Viviane Sagramola
Luxembourg 2 min. 08.07.2014 Cet article est archivé
Pour mieux préparer les enfants à l'Ecole

Le ministre veut des crèches bilingues

Des crèches bilingues et gratuites. Voilà ce que vise Claude Meisch. Avec l'objectif de "donner à chaque enfant (de 0 à 3 ans) la meilleure chance de départ dans la vie scolaire". Pour l'instant, "on fait tout faux", estime le ministre de l'Education nationale.

Par Maurice Fick

Actuellement "on fait tout faux", constate Claude Meisch. Et le ministre de l'Education nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse -qui a fait le point mardi sur les réformes à venir- s'explique aussitôt: "Beaucoup d'enfants luxembourgeois fréquentent une crèche où l'on parle le luxembourgeois. Tandis que les enfants d'origine portugaise, française ou encore serbo-croate, très souvent, fréquentent une crèche privée où le personnel parle le français".

Pour le ministre, "c'est le monde à l'envers"! D'autant que le multilinguisme spécifique à la société luxembourgeoise et à son système scolaire demeure une des explications de l'échec scolaire pour nombre d'enfants issus de l'immigration, tout comme l'apprentissage du français demeure le point faible de nombre d'enfants luxembourgeois. "On le sait depuis des décennies", appuie Claude Meisch.

Le ministre propose de "changer le système" pour que les enfants se familiarisent avec la langue qui n'est pas parlée à la maison. Pour cela, l'idée du ministre est de "transformer le paysage des crèches" et de proposer aux familles "des crèches bilingues avec un intervenant qui parle français et un autre qui parle luxembourgeois". Histoire de coller davantage à la réalité du multilinguisme dès le plus jeune âge.

La gratuité... mais pas pour demain

"Toutes les crèches devront faire une offre concrète bilingue à l'avenir", explique le ministre Claude Meisch, persuadé que les crèches font "un travail essentiel" à la préparation aux écoles. Fait est qu'aux yeux du ministre "une crèche ou une maison-relais ne doit pas être une garderie". Le temps donné doit permettre de faire avancer l'enfant, en matière de bilinguisme mais aussi d'expériences personnelles.

Pour donner "les mêmes chances à tous les enfants, que leurs parents travaillent ou pas", la coalition gouvernementale DP-LSAP-Les Verts compte bien rendre gratuites les structures d'accueil pour les enfants jusqu'à 3 ans.

C'est prévu dans le programme gouvernemental mais pour l'instant cette gratuité n'est pas le sujet prioritaire. Claude Meisch s'est d'ailleurs bien gardé de donner une date. Au préalable, il y a encore du pain sur la planche. "Le personnel doit être embauché et des questions juridiques doivent encore être réglées", a-t-il souligné.

Une "vingtaine" de contrôleurs de crèches

Afin de favoriser la restructuration du système d'accueil des jeunes enfants et garantir à l'avenir le multilinguisme dans les crèches, "le chèque-service pourra être un instrument de premier plan", projette le ministre DP. Contrairement à ce qui était prévu dans le programme de la coalition gouvernementale, Claude Meisch ne pense pas à gommer le chèque-service. Au contraire. "Le chèque-service jouera encore un rôle à l'avenir mais il doit être adapté", assure-t-il.

L'idée de coupler davantage à l'avenir le chèque-service avec des critères de qualité reste de mise. Initié par le gouvernement précédent, le projet de loi 6410 vise à fixer des normes de qualité pour la prise en charges des enfants mais aussi à créer un "système de contrôle des crèches doté d'une bonne vingtaine de postes", résume le ministre. Des contrôleurs qui se rendront aussi bien dans les structures publiques que les crèches privées dont l'ambition est plutôt commerciale qu'éducative.


Sur le même sujet

Claude Meisch a présenté la nouvelle organisation de l'enseignement fondamental, valable à compter du 25 mai. Les 6.000 écoliers seront séparés en groupes, avec cours obligatoire de 8h à 13h et un encadrement facultatif l'après-midi.
Primärschule Cycle 4 in Lallingen Esch Alzette. Foto: Guy Wolff
Dans le cadre de l'expansion du coronavirus au pays, le ministère de l'Éducation nationale a décidé la suppression avec effet immédiat et jusqu'à nouvel ordre de tous les voyages et excursions prévus par les écoles et lycées. Ce faisant, le Luxembourg s'aligne sur son voisin français.
Des petits écoliers aux étudiants de l'Uni, la responsabilité du ministre de l'Éducation nationale porte sur 150.000 élèves. Mais une des préoccupations de Claude Meisch (DP) reste le recrutement de nouveaux instituteurs et professeurs.
Politik - Interview Claude Meisch - Bildungsminister - DP- Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
De nouvelles structures de garde, à mi-chemin entre la nourrice et la crèche, devraient pouvoir ouvrir d’ici l’année prochaine. Le ministre de l’Education nationale, Claude Meisch, a précisé ce mercredi comment ces mini-crèches, qui accueilleront jusqu’à 11 enfants de 0 à 12 ans, pourront fonctionner.
Le projet de loi sur les mini-crèches doit être présenté dans les prochains mois à la Chambre.