Changer d'édition

Le «Marie-Astrid» s'ancre dans l'histoire
Luxembourg 2 min. 06.05.2021

Le «Marie-Astrid» s'ancre dans l'histoire

Le bâtiment actuel qui porte le nom de "Marie Astrid" n'est pas celui qui a vu la signature des accords de Schengen.

Le «Marie-Astrid» s'ancre dans l'histoire

Le bâtiment actuel qui porte le nom de "Marie Astrid" n'est pas celui qui a vu la signature des accords de Schengen.
Photo : Anouk Antony
Luxembourg 2 min. 06.05.2021

Le «Marie-Astrid» s'ancre dans l'histoire

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'Etat luxembourgeois va acquérir le célèbre navire luxembourgeois qui a longtemps fait la joie des amateurs de croisières sur la Moselle. Le bateau deviendra un lieu de mémoire pour rappeler que c'est à son bord que les accords de Schengen ont été signés.

14 juin 1985, date des fameux accords de Schengen. Ce jour-là, Luxembourg, France, Allemagne, Pays-Bas et Belgique autorisaient la libre circulation des biens et des personnes sur l'ensemble de ce territoire. Et le MS Princesse Marie-Astrid II entrait dans l'histoire en accueillant les signataires de ce texte fondamental pour la construction européenne. Trente-six ans plus tard, pas question pour le Grand-Duché de laisser filer le navire dans les flots de l'oubli. D'où cette enveloppe de 5,8 millions d'euros validée en conseil de gouvernement pour transformer le navire en lieu de mémoire.

D'ici 2025, c'est un bateau entièrement réaménagé qui viendra s'amarrer juste devant le musée européen de Schengen. Le ministre du Tourisme, Lex Delles (DP), l'a expliqué jeudi. L'Etat rachète le bateau (qui effectuait des croisières sur le Danube ces dernières années) et l'aménagera de façon à «mettre en place un espace d’exposition et de performance adaptable à de nombreuses formes d’art ou d’activités». Manière d'offrir un cadre inédit à un rappel historique de l'importance des accords (et du navire) pour l'histoire du Grand-Duché.

Ce jour de 1985, ont notamment signé les fameux accords de Schengen : le secrétaire d’Etat luxembourgeois Robert Goebbels, la secrétaire d'Etat française Catherine Lalumière, Paul de Keersmaeker pour la Belgique et  le secrétaire d’Etat allemand Waldemar Schreckenberger.
Ce jour de 1985, ont notamment signé les fameux accords de Schengen : le secrétaire d’Etat luxembourgeois Robert Goebbels, la secrétaire d'Etat française Catherine Lalumière, Paul de Keersmaeker pour la Belgique et le secrétaire d’Etat allemand Waldemar Schreckenberger.
Photo : Jean Weyrich

Au-delà de l'acte de mémoire, il s'agit bien d'une «revalorisation touristique» a souligné le ministre. Le Marie-Astrid sera ainsi maintenu en état de navigation et restera accosté au quai de la Moselle, à Schengen. Une réalisation qui confortera ainsi l'image de «symbole de l’Europe unifiée» qui colle à Schengen depuis 1985 et cette fameuse signature

Une opportunité dont ne peut que se réjouir le bourgmestre de la commune mosellane. Un Michel Gloden qui, ce 5 mai, n'a pas caché sa satisfaction de disposer ainsi d'une «attraction supplémentaire». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Cet été encore, les ministères du Tourisme et de la Mobilité partiront en tandem pour présenter de nouveaux parcours pour découvrir le Luxembourg à vélo. Une deuxième édition avec plus d'étapes encore.
Décidée mercredi en Conseil de gouvernement, la deuxième prolongation du dispositif destiné à soutenir le secteur hôtelier «ne fait pas l'objet de discussions actuellement», indique vendredi le ministère des Classes moyennes. La mesure représente, pour l'heure, 5,4 millions d'euros.
Wi , PK Lex Delles , Lancement Campagne Smile Again , Commerce , Sars-Cov-2 , Covid-19 , Coronakrise , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Luxembourg City Tourist Office a annoncé, ce vendredi, reprendre ses visites guidées. Dès lundi, les curieux pourront à nouveau découvrir la capitale aux côtés des guides de l'office du tourisme.
Lokales, Touristen, Tourismus, kleine Gruppe für Visite, Palast ,sie waren alle einverstanden für das Foto, Luxemburgische (Vakanz Doheem) und deutschsprachige Toruisten Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort