Changer d'édition

Le Maréchal de la Cour joue la modération
Luxembourg 26.08.2019

Le Maréchal de la Cour joue la modération

Lucien Weiler travaille déjà avec le représentant désigné par Xavier Bettel la semaine dernière.

Le Maréchal de la Cour joue la modération

Lucien Weiler travaille déjà avec le représentant désigné par Xavier Bettel la semaine dernière.
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 26.08.2019

Le Maréchal de la Cour joue la modération

L'annonce de la nomination d'un représentant spécial du Premier ministre pour veiller sur la gestion des personnels de la Cour grand-ducale a fait réagir Lucien Weiler qui veut, surtout, mettre fin aux rumeurs.

(PJ) Jeudi 22 août, l'annonce faite par le site Reporter.lu a surpris. Pour la première fois, un Premier ministre luxembourgeois désignait un représentant auprès de la Cour de ses altesses royales pour en vérifier le bon fonctionnement. A charge notamment pour Jeannot Waringo de se pencher sur les embauches et départs de personnel du Palais.

L'information a fait sortir de son silence le discret Lucien Weiler, Maréchal de la Cour. Dans un courriel adressé à nos confrères, le responsable a ainsi confirmé la nomination mais, surtout, il a tenu à souligner que la mission de l'ancien directeur de l'Inspection générale des finances devrait mettre fin à certaines rumeurs.


25.7. Palais / Visite Palais Grand Ducal / LCTO Foto:Guy Jallay
Jeannot Waringo nommé auprès de la Cour
Le Premier ministre Xavier Bettel a désigné un représentant chargé d’examiner la politique de la Cour en matière de gestion de personnel. Une première.

Le Maréchal n'apprécie ainsi pas que l'on parle de «carrousel», pour évoquer les récents changements de personnels qui ont marqué les services sous son autorité. Des départs attribués à la volonté de la Grande-Duchesse, elle-même.

Selon Lucien Weiler, l'information disant que 30 personnes auraient abandonné leurs fonctions volontairement ou après un licenciement est erronée. 

Transparence de rigueur

Le Maréchal précise que les contrats temporaires ou les démissions volontaires ne devraient pas être pris en compte dans le décompte établi.

De plus, la Cour grand-ducale considère que la transparence concernant les dix millions d'euros qu'elle reçoit chaque année est suffisante.