Changer d'édition

Le lycée français de Luxembourg a 30 ans: Vauban: on ouvre l'album-souvenir
Luxembourg 29 3 min. 07.11.2014

Le lycée français de Luxembourg a 30 ans: Vauban: on ouvre l'album-souvenir

En septembre 1984, dans une salle du lycée technique du Centre, une petite classe de 6e accueillait une quinzaine d'élèves. 30 ans plus tard, c'est tout un campus couvrant la maternelle, le primaire, le collège et le lycée, qui s'apprête à ouvrir ses portes.


Des copines heureuses de se retrouver après les vacances d'été!
Des copines heureuses de se retrouver après les vacances d'été!
Teddy Jaans

Le lycée Vauban fête ses 30 ans ce week-end avec une série de festivités en présence des co-fondateurs historiques de l'établissement: un trentenaire "en pleine forme" d'après les propres mots du proviseur Michel Hiebel, interviewé pour l'occasion par wort.lu.

En septembre 1984, dans une salle du lycée technique du Centre, une petite classe de 6e accueillait une quinzaine d'élèves. 30 ans plus tard, c'est tout un campus couvrant la maternelle, le primaire, le collège et le lycée, qui s'apprête à ouvrir ses portes.

C'est lors de l'année scolaire 1984/1985 qu'une nouvelle "école" fait son apparition à Luxembourg: une petite classe d'une quinzaine d'élèves de 6e est créée dans une salle du lycée technique du Centre.

A l'époque, pour les familles françaises établies au Luxembourg, la scolarisation des enfants est un vrai casse-tête: l'école européenne n'accepte que les enfants des fonctionnaires européens, par ailleurs, beaucoup de parents travaillant au Grand-Duché de manière temporaire, difficile d'intégrer les enfants à l'enseignement public luxembourgeois.

C'est ainsi que la plupart de ces enfants francophones se retrouvent scolarisés à des dizaines de kilomètres de chez eux, dans les écoles des pays frontaliers. Une poignée de familles se bat alors pour créer une classe-pilote, avec le concours du ministère de l'Education nationale luxembourgeois.

Le financement est assuré par les familles et certaines banques françaises de la place, qui souhaitent faciliter la vie de leurs employés. C'est comme ça qu'est né le "collège Vauban".

Quatre ans plus tard, alors que la classe "pionnière" passe en seconde et que d'autres classes ont été créées, le lycée ouvre officiellement. Les demandes d'admission se multiplient, malgré le coût non négligeable à la charge des familles, comme pour tout établissement privé, et chaque année, le lycée bat des records de fréquentation. Tant et si bien que l'établissement se trouve régulièrement face à un problème de manque d'espace.

De déménagements en agrandissements, le lycée Vauban accueille aujourd'hui 1.150 élèves de la 6e à la terminale et se trouve au bord de la saturation

Dès la rentrée 2017, la communauté scolaire Vauban, dont la plupart des diplômés poursuivent leurs études supérieures en France, quittera son quartier natal du Limpertsberg pour rejoindre sa nouvelle terre d'accueil: un campus francophone flambant neuf au Ban de Gasperich qui regroupera l'ensemble des classes francophones de la maternelle à la terminale. 


Sur le même sujet

Au Ban de Gasperich: «Ouf !», la construction du campus francophone est lancée
L'Ecole et lycée français du Luxembourg, le futur campus francophone qui pourra accueillir 2.300 élèves et doit ouvrir en septembre 2017, devient réalité. Le Premier ministre, Xavier Bettel, a parlé d'«un projet qui répond à la modernisation de l'Etat au Luxembourg» avant de donner le premier coup de pelle, lundi au Ban de Gasperich.
Entouré de Lydie Polfer (bourgmestre de Luxembourg) à sa droite, et de Claude Meisch (ministre de l'Education nationale) à sa gauche), le Premier ministre, Xavier Bettel -ancien bourgmestre de Luxembourg-ville- a rappelé que "la communauté française est la première communauté représentée aujourd'hui à Luxembourg".