Changer d'édition

Le luxembourgeois bientôt langue officielle de l'UE?
Luxembourg 2 min. 05.10.2016 Cet article est archivé
Claude Meisch s'explique

Le luxembourgeois bientôt langue officielle de l'UE?

Claude Meisch: «Le luxembourgeois est la seule langue nationale sur le plan européen qui n'est pas reconnue officiellement comme une langue de l'UE».
Claude Meisch s'explique

Le luxembourgeois bientôt langue officielle de l'UE?

Claude Meisch: «Le luxembourgeois est la seule langue nationale sur le plan européen qui n'est pas reconnue officiellement comme une langue de l'UE».
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 2 min. 05.10.2016 Cet article est archivé
Claude Meisch s'explique

Le luxembourgeois bientôt langue officielle de l'UE?

Maurice FICK
Maurice FICK
Alors que la pétition 698 sur la place de la langue luxembourgeoise au niveau national fait le buzz, le ministre de l'Education nationale juge «important que le luxembourgeois soit reconnu au même niveau que les autres langues nationales de l'union européenne». Le gouvernement envisage d'en faire la demande.

(MF) – Alors que la pétition 698 sur la place de la langue luxembourgeoise au niveau national fait le buzz -14.290 personnes l'ont déjà signée à ce jour- Claude Meisch juge «important que le luxembourgeois soit reconnu au même niveau que les autres langues nationales de l'union européenne».

Le ministre de l'Education nationale avait déjà évoqué l'idée dans un article paru samedi dans le Luxemburger Wort et l'a réaffirmé ce mercredi au micro de RTL: le gouvernement Bettel envisage d'introduire une demande pour que le luxembourgeois soit reconnu comme l'une des 24 langues officielles de l'Union européenne.

«Je pense que nous ne sommes pas assez confiants dans l'utilisation de notre langue et que nous voulons parfois transmettre le message qu'elle n'est pas tellement importante pour nous. C'est aussi cela que je lis dans les milliers de signatures qui affluent sous la pétition», a lancé Claude Meisch.

De manière générale, ce qui dérange le ministre de l'Education nationale c'est la place attribuée au luxembourgeois par ceux qui le pratiquent: «Nous ne devons pas nous faire plus petits que nous sommes et ne pas rabaisser notre langue par rapport à d'autres».

Pas besoin que tout soit traduit

En 1984, le Luxembourg a décidé que le luxembourgeois serait la langue nationale: «Il ne faut pas seulement le vivre en interne de cette manière. Mais aussi vers l'extérieur», estime Claude Meisch. Lui, a le sentiment qu'en ce moment «on place plutôt le luxembourgeois à un niveau qui est en dessous de celui d'une langue nationale, en en faisant une langue plutôt comparable à des langues régionales ou minoritaires. C'est ça qui me dérange».

Aujourd'hui, le luxembourgeois est «la seule langue nationale sur le plan européen qui n'est pas reconnue officiellement comme une langue de l'UE», souligne le ministre.

Le maltais a été reconnu comme langue officielle de l'UE en 2004. Les Irlandais, quant à eux, ont fait reconnaître leur langue nationale en 2007 comme langue officielle de l'Union européenne mais sans pour autant tout faire traduire «parce qu'ils pouvaient parfaitement fonctionner avec l'anglais comme nous pouvons fonctionner avec l'anglais, le français et l'allemand au niveau de l'UE».

Pour Claude Meisch, il n'est pas utile que tout document ou tout débat au niveau de l'UE soient traduits à l'avenir en luxembourgeois. «C'est à nous de savoir les règles de principe que nous devons retenir et en discuter avec les instances européennes. Tous les citoyens de l'UE et les citoyens luxembourgeois auraient assurément le droit d'obtenir une réponse en luxembourgeois lorsqu'ils s'adresseront en luxembourgeois à une administration européenne», résume Claude Meisch. Ce qui serait tout à fait réaliste à ses yeux.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Publiée mi-avril, une étude de l'Uni sur les offres d'emploi au Luxembourg entre 1984 et 2019 montre que l'anglais prend de plus en plus d'importance, même si le français reste la langue dominante. Explications avec Fernand Fehlen, sociologue à l'Uni.
Op Lëtzebuergesch w.e.g., Sprooch, Letzebuerger Sprooch, Petitioun 698, Petition, Luxemburger Sprache, luxemburgisch sprechen, langue luxembourgeoise, parler luxembourgeois, mir schwätzen (Foto Shutterstoc
La loi votée le 24 février 1984 a officiellement renforcé le multilinguisme du pays en ajoutant à l'allemand et au français une troisième langue de réponse pour les administrations. Trois décennies plus tard, la question linguistique reste d'actualité.
Une journée nationale de la langue et la culture luxembourgeoise sera instituée.
Le gouvernement veut que le luxembourgeois ait sa place comme tout autre langue, que ce soit dans son propre pays ou aux niveaux européen et international. Ce sera l'affaire de spécialistes de mettre de nombreux projets en place. C'est aussi la culture luxembourgeoise qui va ainsi s'épanouir.
Une journée nationale de la langue et la culture luxembourgeoise sera instituée.
Deux pétitions sur la place de la langue
«Le luxembourgeois est notre langue» et elle «n'est pas en train de mourir», a tranché Xavier Bettel à l'issue des deux débats à la Chambre suscités par deux pétitions publiques antagonistes sur la place à attribuer à la langue luxembourgeoise. Notamment dans les écoles, les tribunaux ou le secteur hospitalier.
Xavier Bettel est venu saluer Lucien Welter, l'initiateur de la pétition n°698 qui veut faire du luxembourgeois la première langue officielle du pays. Lui-même «n'a pas calculé avec l'énorme succès», rencontré par sa pétition. Elle a fédéré 14.683 signatures.