Changer d'édition

Le Luxembourg tarde à indemniser la Belgique
Luxembourg 29.07.2020

Le Luxembourg tarde à indemniser la Belgique

L'accord entre les deux pays vise à compenser les pertes de recettes, pour la Belgique, engendrées par des taux et accises plus bas au Grand-Duché.

Le Luxembourg tarde à indemniser la Belgique

L'accord entre les deux pays vise à compenser les pertes de recettes, pour la Belgique, engendrées par des taux et accises plus bas au Grand-Duché.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 29.07.2020

Le Luxembourg tarde à indemniser la Belgique

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
Conformément à un accord entre les deux pays, le Grand-Duché doit verser une compensation fiscale à son voisin belge qui pourrait s'élever à quelque 91,1 millions d'euros cette année. Mais si le versement est habituellement fait au plus tard à la fin du mois de mars, celui-ci n'a pour l'heure pas encore été effectué.

La Belgique attend toujours son chèque du Luxembourg. Un  montant qui correspond à une partie de la richesse générée par les non-résidents pour une plus juste répartition des recettes douanières et qui s'élèverait cette année à plus de 91,1 millions d'euros selon les estimations des autorités belges. Mais si cette compensation financière est habituellement versée avant la fin du premier trimestre, elle n'a, pour l'heure, pas encore été reversée. 


PK Koalitionsverhandlungen - Corinne Cahen - Foto : Pierre Matgé/Pierre Matgé
Cahen opposée aux compensations frontalières
La ministre de la Grande Région ne cède rien face aux demandes répétées de certains élus, français ou allemands, de bénéficier d'une aide directe du Grand-Duché par salarié frontalier

Un retard de près de quatre mois après la date butoir qui ne manque pas d'étonner la Belgique. Voire de l'inquiéter, n'y voyant pas d'explication. Interrogé par nos confrères de Paperjam, le ministère luxembourgeois des Finances confirme qu'aucun virement n'a été effectué pour l'heure. «Il faut un accord définitif entre les deux pays», justifie un porte-parole. «Il y a toujours des discussions préalables, des ajustements, des points à affiner…».   

Si ces discussions avaient commencé, elles ont été interrompues par la crise sanitaire. Et à ce jour, «aucune nouvelle entrevue n’est prévue dans les agendas». En effet, le dossier n'est pas jugé prioritaire par le ministère qui précise toutefois que la situation pourrait se débloquer «dans les semaines ou les mois à venir».  


Dominique Gros réclame 200 millions au Luxembourg
Le maire de Metz monte à nouveau au créneau et réclame une «compensation financière» de la part du Luxembourg. Selon lui, les recettes perçues sur les salaires des frontaliers devraient en partie revenir aux territoires lorrains.

Pour rappel, cette somme correspond à une rétrocession accordée dans le cadre de l'Union économique belgo-luxembourgeoise. Cet accord vise à compenser les pertes de recettes pour la Belgique, causées par des taux et accises plus bas au Grand-Duché. Autrement dit, à réajuster le manque à gagner engendré par les frontaliers belges qui se fournissent en tabac, carburant et alcool au Luxembourg, attirés par les prix plus attractifs.

Cet accord est toutefois exclusif entre la Belgique et le Luxembourg. Et qui ne manque pas de faire des jaloux. En début d'année, le maire de Metz réclamait ainsi une compensation financière de quelque 200 millions d'euros de la part du Luxembourg. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Vers un accord sur les compensations fiscales
La crise sanitaire couplée à la (très) lente formation d'un gouvernement fédéral belge ont considérablement retardé le dossier. Vincent Van Peteghem, le nouveau ministre des Finances, tient toutefois à rassurer les communes concernées sur la signature prochaine d'un accord.
13.9. Belgique /Poste Frontiere  Sterpenich  Foto: Guy Jallay
La perspective des 48 jours de télétravail s'enlise
Les négociations entre la Belgique et le Luxembourg en vue du doublement du seuil légal annuel de travail hors de leur bureau pour les frontaliers belges sont au point mort. La faute au veto du Grand-Duché opposé à toute compensation financière.
Le passage de 24 à 48 jours de télétravail pour les frontaliers belges entraînerait un manque à gagner pour le fisc belge
Dominique Gros réclame 200 millions au Luxembourg
Le maire de Metz monte à nouveau au créneau et réclame une «compensation financière» de la part du Luxembourg. Selon lui, les recettes perçues sur les salaires des frontaliers devraient en partie revenir aux territoires lorrains.
Un nouveau pas vers des compensations transfrontalières
Un Etat se doit de répartir équitablement les recettes fiscales avec ses voisins en zones frontalières. Le message a été adopté, mardi, par une instance du Conseil de l'Europe. Pour le Luxembourg, la note pourrait aller de 100 à 200 millions d'euros à reverser à la France. Resterait encore l'Allemagne et la Belgique à dédommager.
Zum dpa-Themendienst-Bericht von Bernd F. Meier vom 16. September: Auf dem Mühlenradweg geht es durch das Dreieck zwischen dem saarländischen Blieskastel, Zweibrücken in Rheinland-Pfalz und dem lothringischen Kleinstädtchen Bitche - jenseits der französischen Grenze lohnt zum Beispiel das Mühlenmuseum im Dörfchen Volmunster einen Abstecher. 
(Die Veröffentlichung ist für dpa-Themendienst-Bezieher honorarfrei. Das Bild darf nur in Zusammenhang mit dem geannten Text, nur bei Nennung der Bildquelle und nur bis zum 15. September 2012 verwendet werden.) Foto: Saarland Tourismus/Eike S. Bock/dpa/tmn
Des compensations pour les frontaliers déjà versées
Le maire de Metz remonte au créneau pour que le Grand-Duché reverse une partie de la richesse générée par les non-résidents, estimant que le pays «ne pourra pas camper sur ses positions bien longtemps». Le ministre des Finances rappelle les efforts déjà consentis.