Changer d'édition

Le Luxembourg se prépare à l'arrivée de la variole du singe
Luxembourg 4 min. 31.05.2022
Vaccins et quarantaine

Le Luxembourg se prépare à l'arrivée de la variole du singe

La ministre de la Santé a estimé que la probabilité d'un cas de variole du singe au Luxembourg était «faible».
Vaccins et quarantaine

Le Luxembourg se prépare à l'arrivée de la variole du singe

La ministre de la Santé a estimé que la probabilité d'un cas de variole du singe au Luxembourg était «faible».
Photo: dpa
Luxembourg 4 min. 31.05.2022
Vaccins et quarantaine

Le Luxembourg se prépare à l'arrivée de la variole du singe

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Face à l'inquiétude grandissante de la population vis-à-vis de la propagation de la variole du singe, Paulette Lenert a détaillé le plan prévu en cas d'apparition du virus au Luxembourg.

219, c'était il y a quelques jours le nombre de cas confirmés de variole du singe dans le monde, selon un bilan diffusé par l’agence de l’Union européenne chargée des maladies. Un chiffre qui tend à augmenter prochainement. Le virus est d'ailleurs aux portes du Luxembourg. Un neuvième cas a été détecté en Belgique tandis que la France compte désormais 16 cas confirmés. 


Die Krankheit äußert sich durch grippeähnliche Symptome und Hautausschläge.
Le risque d'une vaste contagion est «très faible»
Au total, 85 cas de variole du singe ont été recensés jusqu'ici dans huit pays de l'UE

Si jusqu'à présent, le ministère de la Santé luxembourgeois n'a annoncé aucun cas au Grand-Duché, le pays se prépare déjà à une éventuelle propagation de la variole du singe, aussi appelée «monkeypox» en anglais. C'est en tout cas ce qui ressort d'une question parlementaire de la députée Nancy Arendt (CSV) adressée à la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP).

Cette dernière a estimé que la probabilité d'un cas de variole du singe au Luxembourg était «faible». Toutefois, dans un esprit de prévention, la direction de la Santé a donc pris un certain nombre de mesures à ce jour. «Conformément aux recommandations de l'ECDC (le centre européen de prévention et de contrôle des maladies, NDLR)», a précisé la ministre dans sa réponse.

Une quarantaine de trois semaines

Ainsi, une note d'information a été envoyée à tous les médecins du pays en date du 20 mai dernier. «Des discussions avec le service national des maladies infectieuses ont également été menées pour préparer un éventuel cas», a ajouté la ministre. Ainsi, il en ressort que si un résident venait à être contaminé, il devra se plier à une quarantaine de 21 jours, c'est-à-dire trois semaines. Le diagnostic sera effectué par le biais d'un désormais bien connu test PCR qui permettra d'établir une contamination avec certitude.


20.05.2022, Baden-Württemberg, Stuttgart: Eine Narbe einer Pockenimpfung ist an einem Oberarm sichtbar. Die Pocken zählten lange zu den gefährlichsten Krankheiten überhaupt für den Menschen. Impfstoffe brachten die Rettung, seit 1980 gilt die Welt als pockenfrei. Inzwischen werden aus immer mehr Ländern Nachweise und Verdachtsfälle von Affenpocken gemeldet. Eine zugelassene Impfung speziell gegen Affenpocken gibt es nicht. Historischen Daten zufolge schützt aber eine Pockenimpfung gut vor Affenpocken - und das wohl lebenslang. Foto: Bernd Weißbrod/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La variole du singe continuera à se propager selon l'OMS
Les voies d'infection doivent être retracées et les personnes infectées isolées. Mais les experts estiment qu'il n'y a pas de risque de nouvelle pandémie.

Désormais devenue experte en la matière en raison de la dernière crise sanitaire, l'inspection sanitaire de la direction de la Santé s'occupera de gérer toutes les questions de «tracing» des éventuels cas contact afin d'éviter la propagation du virus. Nous avons également appris, via la ministre de la Santé, qu'un cas contact ne devra pas forcément observer une quarantaine stricte. «Le risque de contamination étant faible», a justifié Paulette Lenert. «La personne concernée devra cependant surveiller son état et contacter le service national des maladies infectieuses si des symptômes apparaissent». 

Le port du masque est-il utile?

En ce qui concerne la personne contaminée, celle-ci devra s'abstenir de tout contact étroit avec autrui durant les trois semaines de quarantaine. «Elle ne pourra pas se rendre dans des grands rassemblements, se tenir à une distance de deux mètres des autres personnes et même porter un masque. En ce qui concerne cette dernière mesure, il s'agit d'un principe de précaution car jusqu'à présent, aucune transmission respiratoire du virus n'a été démontrée». 

La direction de la Santé a également fait savoir qu'elle allait également acheter une petite quantité de vaccins contre la variole dans le cadre d'un achat conjoint par l'intermédiaire de l'autorité de préparation et de réaction aux situations d'urgence (HERA) de l'autorité sanitaire européenne. «Ceux-ci pourraient éventuellement être utilisés lors des «vaccinations en anneau», c'est-à-dire la vaccination des cas contact. Le Luxembourg va également tenter, par un mécanisme similaire, d'acheter le médicament antiviral Tecovirimat». 


This handout photo provided by the Centers for Disease Control and Prevention was taken in 1997 during an investigation into an outbreak of monkeypox, which took place in the Democratic Republic of the Congo (DRC), and depicts the dorsal surfaces of a monkeypox case in a patient who was displaying the appearance of the characteristic rash during its recuperative stage. (Photo by Brian W.J. Mahy / Centers for Disease Control and Prevention / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /  Brian W.J. Mahy / Centers for Disease Control and Prevention " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
«Nous ne sommes pas dans la même situation qu'avec le covid»
Le Dr Gérard Schockmel, médecin spécialiste en maladies infectieuses aux Hôpitaux Robert Schuman et expert auprès de l'Agence européenne du médicament, évoque la propagation de la variole du singe.

Une possible vaccination a été évoquée récemment par le Dr Gérard Schockmel, médecin spécialiste en maladies infectieuses aux hôpitaux Robert Schuman et expert auprès de l'agence européenne du médicament, dans nos colonnes. «Cela a du sens, puisque le temps d'incubation du virus est très long, entre deux et trois semaines. Mais s'il y a une prise en charge rapide, les cas contact pourraient être protégés. C'est quelque chose qui est tout à fait possible», disait-il. 

Ce médicament est utilisé pour traiter les cas de variole, notamment celle du singe. «Il pourrait éventuellement être utilisé chez les personnes infectées et qui présentent un risque d'évolution grave de la maladie, les personnes fortement immunodéprimées par exemple. Enfin, le conseil supérieur des maladies infectieuses se penchera également sur la question à court terme et fera éventuellement d'autres recommandations», a rassuré Paulette Lenert.

En contact avec l'OMS

Cette dernière a tenu à affirmer que le Luxembourg est en contact permanent avec l'OMS ainsi qu'avec les autorités compétentes européennes. «Deux attachés de la Santé, l'un à la représentation permanente à Bruxelles et l'autre à l'ambassade à Genève, veillent quotidiennement à ce que toutes les informations pertinentes de ces instances européennes et internationales soient transmises au Luxembourg et que nous puissions également poser toutes les questions à ces instances. De plus, les personnels de la direction de la Santé, membres des nombreux groupes de travail permanents animés par ces organismes, maintiennent un niveau technique très proche». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le nombre de personnes testées positives au covid-19 a chuté de 30% lors de la semaine du 16 au 22 mai, indique la Santé. Dans son rapport hebdomadaire, l'administration indique également que tous les autres indicateurs épidémiques sont en baisse.
Pratiquer une activité physique régulière pourrait diminuer les symptômes d'une infection au coronavirus. Voilà ce que dévoilent les derniers résultats d'une étude du LIH publiés ce lundi.
La situation dans les hôpitaux est stable. Le directeur de la Santé, le Dr Jean-Claude Schmit, s'attend à de nouveaux assouplissements.
Lokales,Interview mit Dr. Jean Claude Schmit - Update zur Corona-Pandemie.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort