Changer d'édition

Le Luxembourg se dote de quatre bus autonomes
Luxembourg 3 1 4 min. 19.09.2018

Le Luxembourg se dote de quatre bus autonomes

La navette autonome Navia va donc faire ses premières courses ce vendredi 21 septembre dans les rues de la zone et ce pour trois mois.

Le Luxembourg se dote de quatre bus autonomes

La navette autonome Navia va donc faire ses premières courses ce vendredi 21 septembre dans les rues de la zone et ce pour trois mois.
Pierre Matgé
Luxembourg 3 1 4 min. 19.09.2018

Le Luxembourg se dote de quatre bus autonomes

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
Il a de la place pour 15 personnes et roule tout seul. Il est blindé de capteurs et d'écran, a la possibilité d'éviter les obstacles et de repérer la signalisation. La société Sales Lentz vient d'en acheter quatre et la zone industrielle de Contern va tester le premier durant trois mois. Il s'agit d'une première au Luxembourg.

Dans la zone industrielle de Contern, ce sont 403 entreprises qui cohabitent dans un espace qui ne se prête pas aux déplacements à pied à cause de l'absence de trottoirs et des blocs d'immeubles éloignés les uns des autres. Pourtant chaque jour, des milliers de salariés se rendent sur le site pour travailler et des centaines de clients viennent y faire leurs achats ou bénéficier de services. Le tout en voiture et cela n'aide pas à la fluidité du trafic routier.

Il y a deux ans, la commune de Contern a mené une étude nommée "Plan mobilité entreprise" afin de voir si les entreprises présentes sur le site étaient favorables à une solution de mobilité douce. Fernand Schiltz, premier échevin de la commune, explique: "Nous avons reçu 3.000 réponses dont 503 étaient en faveur d'une navette pour relier la gare de Contern-Sandweiler à la zone d'activités. D'après nos calculs, grâce à cette navette, on pourrait compter 200 véhicules de moins par jour sur le site."

"Le deal, c'était la sortie d'autoroute"

La navette autonome Navia va donc faire ses premières courses ce vendredi 21 septembre dans les rues de la zone et ce pour trois mois. Le temps pour tous les acteurs du projet de voir si le succès est au rendez-vous. Un conducteur, qui sera toujours à bord, pourra opérer en mode manuel en cas de problème.

"Parmi les 403 entreprises, nous savons d'ores et déjà qu'une centaine sont demandeuses du service et prêtes à le financer", reprend Fernand Schiltz, "Mais le coût que cela représente se calculera en fonction du nombre de sociétés participantes. Pour sa part, la commune finance le projet à hauteur de 10.000 euros."

Une charte en vue d'une meilleure gestion du trafic des zones artisanales et industrielles de Contern et Sandweiler a d'ailleurs été signée ce mercredi matin par le MDDI, les communes intéressées et les entreprises souhaitant faire partie du projet.

Il sera néanmoins toujours possible pour les salariés et les clients de se rendre là-bas en voiture car la contrepartie de la participation de la commune et des entreprises était que le ministère du Développement durable et des Infrastructures (MDDI) repense le rond-point Irrgarten et aménage une sortie d'autoroute spécialement dédiée aux zones artisanales de Contern et de Sandweiler.

"Le deal, c'était la sortie d'autoroute", poursuit le premier échevin, "Cela a été voté à la Chambre et les travaux devraient débuter en 2022. Le rond-point Irrgarten est, de son côté, bientôt terminé et on devrait bientôt en ressentir les effets sur le trafic routier".

Quatre navettes pour le Grand-Duché

C'est la société Sales-Lentz qui implante le véhicule dans le pays comme l'explique Jos Sales, membre de la direction du groupe:

"Nous avons acheté quatre navettes. Une est testée à Contern, deux autres à Luxembourg-Ville et la dernière dans une autre ville du pays que nous ne pouvons pas dévoiler pour l'instant. C'est la première fois qu'un tel type de bus et de partenariat entre une commune, l'Etat et les entreprises sont proposés au Luxembourg. On espère que cela va être concluant".

L'Europe participe au financement à travers le projet de la Commission européenne AVENUE qui va pourvoir aux frais d'acquisition et de déploiement de deux des quatre navettes acquises au Grand-Duché. Un programme qu'on retrouve également à Lyon, Genève, Sion ou Copenhague.

Le prototype a d'ailleurs été fabriqué à Lyon par le Français Christophe Sapet, et c'est la société CarPostal qui a acheté le premier pour la ville de Sion, en 2015.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.