Changer d'édition

Le Luxembourg sans concession pour le nucléaire belge
Luxembourg 2 min. 09.08.2021
Environnement

Le Luxembourg sans concession pour le nucléaire belge

La centrale de Doel est située à 250 km de la capitale du Grand-Duché.
Environnement

Le Luxembourg sans concession pour le nucléaire belge

La centrale de Doel est située à 250 km de la capitale du Grand-Duché.
Photo : AFP
Luxembourg 2 min. 09.08.2021
Environnement

Le Luxembourg sans concession pour le nucléaire belge

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le gouvernement a participé à la consultation publique concernant la prolongation de fonctionnement, jusqu'en 2025, des réacteurs de la centrale de Doel.

Sortir du nucléaire, d'accord. Mais pas tout de suite... Ainsi, dès 2015, le gouvernement belge avait-il exprimé le souhait de voir la centrale atomique de Doel continuer à produire des mégawatts jusqu'en 2025. Six ans plus tard, l'ambition reste la même. Sauf que depuis, deux décisions de la Cour européenne de justice et de la Cour constitutionnelle belge sont venues rappeler aux dirigeants du royaume qu'ils ne pouvaient prendre pareille décision en s'abstenant de toute évaluation environnementale ou d'une consultation publique. Deux choses ''omises'' à l'époque...


(FILES) - A file picture taken on December 5, 2011 shows the French nuclear plant in Nogent-sur-Seine 95 kilometres, (60 miles) southeast of Paris. In a report released on January 31, 2012, the Court of Accounts estimated investments already made in the French nuclear power sector at 228 billion euros.   AFP PHOTO /FRANCOIS NASCIMBENI
Qu'avez-vous fait après l'explosion de Cattenom?
Si la centrale nucléaire lorraine connaissait un accident sérieux, le Luxembourg pourrait être rayé de la carte. Le film "An Zero" (diffusé mercredi sur Arte) et une appli vous invitent à une immersion personnelle dans la catastrophe.

Puisque désormais les avis sont sollicités, particuliers comme autorités gouvernementales peuvent donc faire connaître leur point de vue sur cette prolongation d'activité de deux réacteurs (sur quatre) de la centrale établie près d'Anvers et en service depuis 1975.

Pour les Länder allemands de Rhénanie-Palatinat et Rhénanie-du-Nord-Westphalie déjà, c'est nein! Une opinion partagée, bien entendu, du côté du ministère de l'Environnement luxembourgeois.

Interrogée sur le sujet par le député Mars di Bartolomeo (LSAP), la ministre Carole Dieschbourg (Déi Gréng) a ainsi rappelé, lundi, la position officielle du gouvernement. Dans le cas présent, comme pour tout ce qui concerne l'usage du nucléaire dans la production énergétique : un refus de toute prolongation a été signifié aux autorités belges. Le 29 juin dernier, l'avis officiel du pays a ainsi été transmis à la ministre belge de l'Environnement, Zakia Khattabi (Ecolo).


nuclear nucléaire radioactive waste déchets dreck abfall (Shutterstock)
Le calendrier nucléaire belge «pollué» par les déchets
La Belgique fermera bien ses centrales d'ici 2025, mais il lui reste à savoir que faire exactement de ses déchets.

Déjà au printemps 2020, la ministre Carole Dieschbourg avait invité les Luxembourgeois à participer massivement à la consultation (enfin) lancée. Cela afin de s'exprimer sur le bonus d'activité des réacteurs de la centrale de Doel mais aussi sur la question de la gestion des déchets nucléaires. Une partie devant possiblement se retrouver enfouie pas si loin du Grand-Duché...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L’agence gouvernementale en charge de la sécurité des centrales estime que deux d’entre elles peuvent rester en activité au-delà de 2025
Le rédacteur n°2 de la centrale de Tihange pourrait fermer en 2023.
Les esprits s’échauffent en Belgique alors que la décision de fermer ou non le nucléaire se rapproche. Une veillée d'armes chargée d'électricité entre les différents acteurs politiques.
13.4. Cattenom / Visite Centrale Nucleaire Cattenom / Atomkraft / Foto: Guy Jallay
Farouche opposant à la centrale nucléaire voisine, le ministre de l'Energie Claude Turmes compte s'opposer à la prolongation d'activité du site EDF prévue jusqu'à 2035. Ses armes : deux textes à portée internationale.
Visite Centrale Nucléaire de Cattenom.Atomzentrale . Foto:Gerry Huberty