Changer d'édition

Le Luxembourg reste sourd aux critiques fiscales
Luxembourg 7 min. 25.10.2022
Commission fiscale de l'UE

Le Luxembourg reste sourd aux critiques fiscales

La ministre des Finances Yuriko Backes n'a pas rencontré les législateurs européens vendredi.
Commission fiscale de l'UE

Le Luxembourg reste sourd aux critiques fiscales

La ministre des Finances Yuriko Backes n'a pas rencontré les législateurs européens vendredi.
Photo : Gerry Huberty
Luxembourg 7 min. 25.10.2022
Commission fiscale de l'UE

Le Luxembourg reste sourd aux critiques fiscales

Yannick HANSEN
Yannick HANSEN
Les fonctionnaires du fisc n'ont pas fourni de preuves pour étayer les affirmations selon lesquelles le Luxembourg lutte efficacement contre l'évasion fiscale, selon un député européen.

Les fonctionnaires luxembourgeois n'ont pas produit suffisamment de preuves pour montrer que le pays lutte contre l'évasion fiscale, afin de satisfaire les critiques du Parlement européen qui avait précédemment déclaré que le Grand-Duché se comportait comme un paradis fiscal.

Les membres de la commission fiscale du Parlement se sont rendus au Grand-Duché vendredi pour une mission d'enquête comprenant des entretiens avec des fonctionnaires du fisc luxembourgeois, des législateurs et des responsables fiscaux des quatre grands cabinets de comptabilité et de conseil Deloitte, KPMG et PwC. Ernst&Young n'a pas rencontré le comité de visite.


Der Briefkasten als Firmensitz hat nach der Vorstellung der EU-Kommission bald ausgedient.
Les sociétés écrans luxembourgeoises dans le viseur
La Commission européenne durcit les règles sur les sociétés écrans au Luxembourg, cela pourrait concerner 45.000 sociétés.

Les députés voulaient en savoir plus sur l'absence de retenue à la source au Luxembourg pour les paiements de redevances et d'intérêts de prêts effectués par les entreprises à toutes les juridictions à faible fiscalité, ont déclaré deux sources au Luxembourg Times lundi.

Le Luxembourg a interdit la non-imposition des paiements de redevances et d'intérêts lorsque les fonds sont transférés uniquement vers 12 pays ou juridictions comme les îles Vierges américaines et les Bahamas figurant sur la liste noire des paradis fiscaux de l'UE. Le ministère des Finances a déjà déclaré que cela mettait le Grand-Duché en pleine conformité avec les normes européennes.

Les intérêts payés par les entités luxembourgeoises en 2020 étaient les plus élevés de l'UE, s'élevant à 15% du PIB, selon le service fiscal de la Commission européenne.

Les fonctionnaires luxembourgeois n'ont pas produit les preuves demandées par les législateurs de l'UE pour étayer les affirmations selon lesquelles les investissements directs étrangers sortants du pays - qui comprennent les redevances et les paiements d'intérêts et qui étaient également les plus élevés de l'UE par rapport au PIB - n'étaient pas transférés vers d'autres pays à faible fiscalité, a déclaré le président de la commission, Paul Tang, au Luxembourg Times lundi.

«[Si] vous n'analysez pas le problème, comment pouvez-vous alors connaître le problème ?», a-t-il encore dit.

En 2021, les Pays-Bas, pays d'origine de M. Tang - souvent pointé du doigt pour ses pratiques fiscales favorables aux entreprises - sont allés au-delà des exigences de l'UE et ont commencé à retenir 21 % d'impôts sur tous les paiements de redevances et d'intérêts à des pays dont le taux d'imposition des sociétés n'est que de 9 %, ce qui inclut des pays qui ne figurent pas sur la liste noire de l'UE.

Paul Tang, député européen néerlandais et président de la commission fiscale.
Paul Tang, député européen néerlandais et président de la commission fiscale.
Photo: PT

Comme le Luxembourg n'a commencé à imposer les paiements d'intérêts et de redevances aux pays figurant sur la liste noire que l'année dernière, «il est trop tôt pour faire une évaluation finale sur la nécessité éventuelle d'apporter un amendement à la mesure de 2021», a répondu le ministère des Finances lorsqu'on lui a demandé pourquoi il ne disposait pas des données demandées par les députés.

La visite des législateurs est intervenue une semaine après que la commission a entendu des fonctionnaires, des chercheurs et des groupes de pression qui ont déclaré que même si le Luxembourg se conformait globalement aux règles de l'UE, de nombreuses questions subsistaient quant à l'engagement du Grand-Duché à lutter contre l'évasion fiscale des multinationales et des riches.


Letterboxes of Luxembourg-registered companies
Qu'est-ce qui a changé depuis le scandale OpenLux ?
Il y a un an et demi, les révélations faites par OpenLux jetaient l'opprobre sur le Luxembourg. Aujourd'hui, quels enseignements ont pu être tirés de ce scandale et quels ont été les changements mis en œuvre par le gouvernement ?

La ministre luxembourgeoise des Finances, Yuriko Backes, n'était pas disponible vendredi pour rencontrer les législateurs européens, son ministère refusant de dire pourquoi. Christophe Hansen, l'eurodéputé luxembourgeois qui siège à la commission, a refusé de se joindre aux autres membres pour leurs discussions dans son pays, affirmant que c'était un "gaspillage d'argent".

La ligne de conduite

Les experts fiscaux luxembourgeois ont affirmé vendredi que le pays n'offrait pas d'avantages fiscaux déloyaux et que les critiques visent injustement un petit pays, a déclaré Paul Tang.

«Le Luxembourg n'est pas un petit pays. Ne sous-estimez pas l'importance du Luxembourg en tant que centre d'investissement», a-t-il souligné. «Dire que le Luxembourg fait partie d'une industrie de l'évasion fiscale ou qu'il s'agit d'un paradis fiscal n'a pas été très bien accueilli par nos homologues luxembourgeois», a déclaré Paul Tang, ajoutant qu'il conserve cette opinion après son voyage.

La ministre des Finances, Yuriko Backes, n'était pas disponible pour la visite.
La ministre des Finances, Yuriko Backes, n'était pas disponible pour la visite.
Photo: AFP

Les acteurs luxembourgeois ont répété à plusieurs reprises que le pays n'accordait plus le même traitement fiscal aux multinationales que celui qu'il accordait autrefois et qui a mis à mal sa réputation internationale lorsque des journalistes ont découvert que le Grand-Duché avait accordé des traitements de faveur à des entreprises comme Fiat, McDonald’s et Amazon.

«Il est toujours intéressant de voir que, dans des pays comme le Luxembourg, toutes les parties prenantes, des autorités aux politiciens en passant par le Big Four des cabinets d'audit, ont toutes le même récit. Ils partagent tous les mêmes lignes, ont les mêmes points de parole», a déclaré une source anonyme proche du comité fiscal de Bruxelles.

«La grande exception est le registre de blanchiment d'argent et de propriété effective où le Luxembourg a, par rapport aux autres pays européens, un meilleur registre. En matière de fiscalité, je dirais que le Luxembourg fait le strict minimum», a déclaré la source.

PwC et Deloitte ont refusé de commenter.

«Nos professionnels de la fiscalité sont soumis à un code professionnel strict qui leur permet de fournir des conseils fiscaux appropriés et pertinents à nos clients», a déclaré KPMG dans un communiqué envoyé par courriel.

Derrière les portes closes

Si le Luxembourg respecte les normes de l'UE, il s'efforce également, en privé, d'affaiblir les règles proposées pour lutter contre les sociétés fictives utilisées pour l'évasion fiscale, a déclaré au Luxembourg Times une source proche de la commission fiscale du Parlement européen.

La directive dite «Unshell» obligerait les sociétés holding à prouver qu'elles n'ont pas été créées uniquement pour des raisons fiscales en exigeant qu'elles démontrent qu'elles ont des revenus, du personnel et des locaux. Unshell est le dernier effort en date de la Commission européenne pour réprimer l'évasion fiscale, qui a été en partie déclenchée par les révélations d'OpenLux l'année dernière, montrant que des criminels et des kleptocrates utilisaient des sociétés holding luxembourgeoises pour cacher leurs gains mal acquis.

Le Luxembourg compte 50.000 sociétés holding, dont beaucoup sont des coquilles vides enregistrées à une poignée d'adresses.
Le Luxembourg compte 50.000 sociétés holding, dont beaucoup sont des coquilles vides enregistrées à une poignée d'adresses.
Photo: Pierre Matgé

Le Luxembourg tente de réduire le champ d'application d'Unshell en prévoyant une exception pour les sociétés holding qui sont les propriétaires légaux de fonds d'investissement, a déclaré la source. L'industrie luxembourgeoise des fonds d'investissement, qui représente 5.300 milliards d'euros, utilise les holdings comme société mère légale des fonds, ce qui signifie que ces sociétés pourraient être concernées par la proposition de Bruxelles.

Le pays cherche également à restreindre la définition des "sociétés écrans", a ajouté la source.

«Nous savons que le Luxembourg est l'un des pays qui fait pression au sein du Conseil (européen) et qui cherche à atténuer la proposition. Unshell est considéré comme une menace au Luxembourg», a déclaré la source.


Illustration,  Finanzen, Finanzsektor, Finanzplatz, Bank, Bankenplatz, Finanzzentrum,  Finanzkonnektivität, Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Le Luxembourg est dans le viseur de Bruxelles
Si le gouvernement luxembourgeois ne fait rien pour respecter la directive européenne sur le dumping fiscal, il pourrait se retrouver devant la Cour de justice européenne.

Les véhicules à usage spécial, qui comprennent les holdings, représentaient environ 80 % de tous les investissements directs étrangers entrant et sortant du pays en 2020, selon les experts fiscaux de la Commission. Cela place le Luxembourg derrière Malte et Chypre dans l'UE, où la moyenne est inférieure à 40%.

Interrogé sur le fait de savoir si le Luxembourg tentait d'édulcorer la directive Unshell, le ministère des Finances a répondu : «Comme indiqué à de précédentes occasions, [le Luxembourg] a des inquiétudes quant à la proportionnalité de la proposition initiale [de la Commission] et travaille de manière constructive au sein du Conseil pour adapter la proposition à son objectif déclaré.»

Cet article est paru une première fois sur luxtimes.lu
(Traduction : pam)

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Après Amazon, Fiat et McDonald's, Bruxelles annonce ouvrir une nouvelle enquête sur un traitement fiscal accordé par le Luxembourg à une multinationale. Cette fois la France en est actionnaire.
European Commissioner for Violation of EU Treaties Margrethe Vestager addresses the European Parliament in Strasbourg, France, during a debate on Ireland's tax dealings with Apple Inc, September 14, 2016.   REUTERS/Vincent Kessler
PwC Luxembourg réagit à LuxLeaks
PwC Luxembourg a confirmé que les documents sur lesquels se fondent les articles de presse contre les pratiques fiscales du Luxembourg viennent de chez eux. Son patron, Didier Mouget assure que toutes les opérations réalisées sont légales. Il critique également la « campagne massive contre le Luxembourg ».
Le managing Partner de PwC Luxembourg, Didier Mouget, défend l'action de sa société: tout est légal dans les documents publiés par 26 médias ce jeudi matin.