Changer d'édition

Le Luxembourg reprend vie dans une ambiance de fête
Luxembourg 16 4 min. 23.06.2022
Fête nationale

Le Luxembourg reprend vie dans une ambiance de fête

Mercredi soir, la ville haute ressemblait à un festival. A de nombreux endroits, il était impossible de circuler.
Fête nationale

Le Luxembourg reprend vie dans une ambiance de fête

Mercredi soir, la ville haute ressemblait à un festival. A de nombreux endroits, il était impossible de circuler.
Photo: Claude Piscitelli
Luxembourg 16 4 min. 23.06.2022
Fête nationale

Le Luxembourg reprend vie dans une ambiance de fête

Franziska JÄGER
Franziska JÄGER
Des milliers de personnes ont célébré la fête nationale dans la capitale. Musique, feux d'artifice et nombreux petits drapeaux ont mis la capitale dans une ambiance de fête. Impressions d'une nuit d'été tant attendue.

Un homme de 68 ans se tient au premier rang et tape sa canne sur le trottoir au rythme de la musique militaire. Il est venu saluer le grand-duc héritier Guillaume et la princesse Stéphanie sur la place de l'Hôtel de ville d'Esch-sur-Alzette. Son appareil auditif est à moitié caché par sa casquette à coulisse, il porte une veste noire sur laquelle le grand-duc Henri et son épouse Maria Teresa sourient dans un badge rond, poche de poitrine gauche, côté cœur. «Nous avons de la chance d'avoir encore quelque chose comme ça», dit-il en faisant tournoyer sa canne dans les airs. «On peut oublier la plupart des ministres», mais le Grand-Duc compte beaucoup pour lui, dit celui qui se présente comme Henri, Robert Henri. 


OLYMPUS DIGITAL CAMERAfestivités fête nationale - cortège de la retraite aux flambeaux - feu d'artifice en l'honneur du Grand-Duc  - Luxembourg - Ville -  - 22/06/2022 - photo: claude piscitelli
Retour en images sur le feu d'artifice dans la capitale
Revivez le feu d'artifice tiré depuis le pont d'Adolphe à Luxembourg-Ville le mercredi 22 juin, la veille de la fête nationale, en vidéo et images.

Un peu avant 19 heures. Le couple grand-ducal héritier monte dans la limousine, il est maintenant temps de se rendre dans la capitale. Comme eux, des milliers de citoyens se mettent en route mercredi soir pour les grandes festivités. 

Après deux ans de pandémie et une vie sociale durablement paralysée, cette veille de fête nationale est aussi la veille d'une liberté retrouvée. C'est ce qui semble se passer dans le train qui part de la métropole de Minet en direction de Luxembourg-Ville, où des personnes sans masque sont serrées et enjolivées, avec des rubans dans les cheveux, des vêtements colorés et des bières à la main, réparties jusque sur les marches. Les jours normaux, à cette heure-là, les employés fatigués se disputent les places assises dans le sens inverse de la marche. Aujourd'hui, les Luxembourgeois avides de s'amuser affluent vers le centre de la capitale, et les rues seront dominées par les fêtards jusqu'au petit matin.

Parmi eux, il y a Eric et Annika. Avec un drapeau luxembourgeois accroché à leur sac à dos, ils se dirigent vers le Glacis, ils veulent assister au concert gratuit. Ils ne savent pas encore s'ils assisteront plus tard au feu d'artifice sur la place de la Constitution. «Il y aura sûrement beaucoup de bousculade», craint Annika. En revanche, ils passeront la fête nationale tranquillement dans un camping. 

Contrairement au Eschois Robert Henri, le Grand-Duc reste «quelque chose de plutôt abstrait» pour Linn et Vera. Elles ont fait une halte devant un établissement de la rue Philippe II. «En tant que Luxembourgeois, on naît automatiquement dans ce système royal, qu'on le veuille ou non», explique Vera. «Pour nous, la fête nationale est simplement l'occasion de faire la fête comme il se doit», ajoute Linn. 

Quelques mètres plus loin, sur la place d'Armes, Antony donne une leçon de civilisation à son ami Justinas. Ce dernier est en visite de Lituanie et «impressionné par ce sentiment d'appartenance» qu'il ressent ce soir-là au Luxembourg. Antony s'est installé il y a cinq ans à Göttingen, en Basse-Saxe, et a fait le voyage «spécialement pour ce jour» dans son pays. «Quand j'étais jeune, j'adorais me laisser porter d'un stand de nourriture à l'autre avec mes amis. C'est un méga-événement et ça a vraiment manqué aux gens». En ce qui concerne le Grand-Duc, «les avis sont partagés», dit-il d'un ton mesquin. «Personnellement, il m'est égal». 

En revanche, le groupe de danse capverdienne est un peu nerveux. La chorégraphie est-elle réussie ? Dans un peu moins d'une heure, il exécutera une danse traditionnelle devant tout le gratin politique, les femmes sont en blanc et portent autour du cou des colliers de pop-corn, de cacahuètes et de papier crépon coloré. «Nous sommes infiniment reconnaissants au Grand-Duc«, dit Pedro. Cet homme de 67 ans vit au Luxembourg depuis 51 ans, a la double nationalité et s'engage pour la fédération des associations capverdiennes du Luxembourg. «Henri est même venu chez nous au Cap-Vert, il a tellement fait pour nous».

En fait, Albert Zehren a participé chaque année à la retraite aux flambeaux au cours des dernières décennies, «mais maintenant les genoux ne suivent plus» , dit l'homme de 85 ans originaire de Beles. Le fait qu'il ne verra probablement pas le Grand-Duc en direct aujourd'hui ne lui pose pas de problème. »Il est encadré dans mon garage«, dit Zehren. «Chaque matin, quand je sors en voiture, je vois le Grand-Duc défiler devant moi».

Peu avant 23 heures, les premiers feux d'artifice sont tirés depuis le pont Adolphe. Pendant 17 minutes, ça claque et ça brille sous le ciel luxembourgeois, à tel point que les badauds sur la place de la Constitution en ont presque le souffle coupé, et pas seulement à cause de cette étouffante nuit d'été. Un homme, appuyé sur son déambulateur, tient son téléphone portable en l'air et a appuyé sur le bouton de prise de vue. L'écran tremble, tant la main de l'homme, qui s'exclame devant lui, tremble. Parce qu'il ne peut plus bien marcher, il peut cette année pour la première fois se tenir au premier rang, là où seuls les journalistes ont normalement accès. «Je suis heureux d'avoir pu vivre quelque chose d'aussi beau avant de monter moi-même là-haut», dit l'homme de 82 ans.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Que ce soit dans les rues de la capitale et dans celles des principales villes du pays, les festivités pour la Fête nationale ont battu leur plein. Retour en images sur cet événement emblématique.
Das Feuerwerk zum Nationalfeiertag 2019 erhellte den Nachthimmel über der Hauptstadt.