Changer d'édition

Le Luxembourg pressé de nommer ses procureurs délégués
Luxembourg 4 min. 29.03.2021 Cet article est archivé

Le Luxembourg pressé de nommer ses procureurs délégués

Le commissaire européen à la Justice, Didier Reynders, a été reçu au Cercle Cité.

Le Luxembourg pressé de nommer ses procureurs délégués

Le commissaire européen à la Justice, Didier Reynders, a été reçu au Cercle Cité.
Photo : Chris Karaba
Luxembourg 4 min. 29.03.2021 Cet article est archivé

Le Luxembourg pressé de nommer ses procureurs délégués

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Didier Reynders a rappelé, lundi, que le Grand-Duché restait à la traîne pour désigner les deux magistrats devant être affectés au Parquet européen. Le commissaire européen à la Justice insistant sur la nécessité d'un choix avant la mi-2021.

«Je tiens à remercier le Luxembourg pour son soutien infaillible, en tant que pays hôte, au Parquet européen.» Mais face aux députés du Grand-Duché, lundi matin, le compliment du commissaire européen chargé de la Justice n'a pas masqué un regret: celui de constater que l'institution (désormais installée au Kirchberg) ne savait toujours pas quels magistrats allaient représenter le pays au sein de cette autorité devant enquêter sur toute malversation impactant le budget de l'UE.


installé depuis quelques jours seulement dans une partie de la tour B, le parquet européen n'a pas encore posé son empreinte au Kirchberg.
Le Luxembourg cherche ses procureurs européens délégués
Pays hôte de la nouvelle institution européenne en charge de la lutte contre la fraude au budget de l'UE, le Grand-Duché a publié, vendredi, des annonces visant à trouver deux magistrats spécialisés dans les crimes financiers. Une recherche qui concerne un nombre restreint de candidats.

Certes le pays a marqué son intention, mais aux yeux de Didier Reynders, les deux noms attendus tardent à venir (sur 140 désignés par les 22 pays participants). Un commissaire européen impatient de voir débuter les travaux pour le premier semestre de cette année. La Chambre a entendu le message, tout comme ensuite la ministre de la Justice Sam Tanson (Déi Gréng). «mais je suis certain que dans les semaines à venir, ce sera chose faite», encourageait le politique belge.

Mais en cette fin mars, le représentant de la Commission von der Leyen était surtout de passage au Grand-Duché pour présenter le premier rapport européen sur l'Etat de droit. Autrement dit la juste soumission du pouvoir exécutif aux lois en place. Si au sein des 27, le Luxembourg est loin d'être un cancre en la matière, Didier Reynders a surtout insisté pour que le pays «en devienne un «modèle. Et pour cela quelques efforts restent à faire, certes bien moindres que dans d'autres pays moins disciplinés en la matière. Pologne ou Hongrie par exemple.

Alors qu'un second rapport sur l'Etat de droit devrait être publié en juillet 2021, le commissaire européen a notamment rappelé qu'il était important que le Luxembourg presse le pas, notamment sur la création d'un Conseil national de Justice ou de la magistrature. Le Parlement y travaille déjà, notamment dans le cadre de la révision constitutionnelle. Cependant, Didier Reynders n'a pas manqué de souligner qu'il convenait qu'au moins la moitié des sièges de magistrat de ces autorités soient occupés «par des représentants désignés par leurs pairs», et non pas seulement par choix des politiques. Une ligne de conduite indispensable pour garantir l'indépendance de la structure «Mais je ne doute pas que ce point sera tenu.»

Parmi les ''reproches'' évoqués dans le rapport sur l'Etat de droit, il a également été souligné qu'en matière de lutte contre la corruption, il n'existait «ni cadre, ni stratégie spécifique, ni de personnels dédiés directement» à cette mission. Au lendemain des révélations d'OpenLux, la piqûre de rappel s'impose toujours visiblement. 


Le Luxembourg mis au pilori en matière de transparence
Le dernier rapport du groupe d'Etats contre la corruption du Conseil de l'Europe met en avant les faiblesses du pays en matière notamment de code de conduite au sein du Parlement. Sans oublier des lacunes au sein de la Constitution.

Tout comme le pays doit agir plus visiblement et efficacement contre le lobbying. «Aucun registre des groupes d'intérêt n'est mis en place», a indiqué Didier Reynders. Invitant les parlementaires à réfléchir à la création de pareil fichier mais aussi à doter le pays d'une loi fixant le cadre des nominations d'untel à tel poste par rapport à des fonctions exercées par le passé. Autrement dit, être plus vigilant aux conflits d'intérêts éventuels et autres formes de pantouflage... 

Si besoin, d'autres Etats ont déjà avancé sur la question. Comme la France, l'Allemagne ou l'Autriche. Et si besoin encore, le GRECO (Groupe d'États contre la corruption) ne manque pas de conseils pour orienter les députés dans leurs réflexions , a rappelé le commissaire européen. Message saisi, notamment, par Charles Margue (Déi Gréng). Le président de la commission Justice de la Chambre notant bien qu'au-delà du texte, c'est à sa bonne application qu'il faut veiller. Sinon, comme l'a fait remarquer l'élu écologiste «un texte ne vaut pas plus que le papier sur lequel il est rédigé». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Certes, il y a pire ailleurs mais à son échelle le Grand-Duché a encore à faire quelques progrès en matière d'Etat de droit. Le commissaire européen en charge de ces questions est venu le rappeler, lundi, aux députés.
IPO,Visite Didier Reynders Chambre des Députées.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les mesures sanitaires en vigueur seront bel et bien prolongées jusqu'au 2 avril prochain, suite au vote des députés de la majorité. CSV, déi Lénk, Piraten et ADR ont voté contre, ce vendredi.
IPO , Chamber , Cercle Municipal , Neues Covid-19 Gesetz , Sars-Cov-2 , Corona , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
En autorisant les députés à avoir accès aux informations contenues dans les accords signés entre l'Etat et des sociétés privées, la Cour administrative «renforce le rôle de l'opposition», estime Luc Heuschling, constitutionnaliste à l'Uni.
Politik, Ankündigungen von Bettel bezüglich Corona, Covid-19, Chambre, Cercle cité, Foto: Lex Kleren/ Luxemburger Wort
Bien qu'officiellement en fonction depuis septembre dernier, le parquet européen peine à trouver les fonctionnaires qui lutteront contre les fraudes au budget de l'UE. Au Grand-Duché, la question se heurte à des transpositions législatives destinées notamment à veiller à ce qu'il y ait des candidats.
Le procureur général, Martine Solovieff, reste en désaccord avec le chapitre proposé pour la révision du chapitre "Justice" de la Constitution. Elle réclame encore que la séparation entre magistrats et ministère de la Justice soit clairement stipulée. Entre autres demandes...
Politik, Oberster Gerichtshof, cour supérieure de justice, Martine Solovieff Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Indépendance du Parquet, accès facilité à la Justice, gestion plus saine des fichiers publics, la ministre de la Justice a apporté sa touche à de nombreux textes. Mais leur concrétisation tarde à être adoptée.
Politik, Interview Justizministerin Sam Tanson, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort