Changer d'édition

Le Luxembourg peine à rester attractif pour les talents
Luxembourg 3 min. 08.12.2022
Classement

Le Luxembourg peine à rester attractif pour les talents

Plusieurs secteurs de l'économie luxembourgeoise font face à une véritable tension de recrutement.
Classement

Le Luxembourg peine à rester attractif pour les talents

Plusieurs secteurs de l'économie luxembourgeoise font face à une véritable tension de recrutement.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 3 min. 08.12.2022
Classement

Le Luxembourg peine à rester attractif pour les talents

Laura BANNIER
Laura BANNIER
La pénurie de main-d'œuvre qui touche plusieurs secteurs affecte fortement la compétitivité du Luxembourg, qui chute de quatre places dans un classement mondial sur le sujet.

Dur dur de recruter. Loin d'être nouveau, ce constat est à nouveau renforcé par l'édition 2022 du World Talent Ranking de l'International Institute for Management Development (IMD). Habitué du podium lors des deux précédentes éditions de ce classement, le Luxembourg dégringole à la 7e place cette année, signe que la problématique de pénurie de main-d'œuvre commence à peser lourd.


Ces huit métiers qui manquent désespérément de bras
Une étude du Liser, de l'Adem et de Jobfirst s'est penchée sur les huit groupes de postes qui ne nécessitent pas de diplôme universitaire et qui sont en pénurie.

Dans le détail, cette étude se fonde sur plusieurs facteurs afin d'estimer la capacité des 63 pays évalués à renforcer leur compétitivité via le développement et l'attraction des talents. Si le Grand-Duché perd une seule place dans l'investissement et le développement des talents, il passe de la seconde à la cinquième position concernant l'attractivité, comprendre la disposition à attirer et à retenir les talents étrangers. 

Par ailleurs, la performance du système éducatif est remise en question par l'étude. Si le Grand-Duché reste numéro un en ce qui concerne le montant des dépenses publiques d'éducation par élève, il recule à la troisième place sur le critère ratio élève-enseignant, derrière la Hongrie et la Grèce. Le Luxembourg perd même 11 places sur le volet de l'apprentissage, et se situe à la dernière position, loin derrière la Suisse, l'Allemagne et l'Autriche qui forment le trio de tête.

Les managers manquent à l'appel

Ce qui tire néanmoins le Luxembourg vers le bas, est bel et bien la qualité des compétences disponibles, où le pays pointe à la 25e position. Un «niveau historiquement bas», note la Chambre de commerce, qui a participé à la collecte de données pour ce classement. En d'autres termes, il existe une véritable inadéquation entre les profils disponibles et ceux recherchés au sein de l'économie luxembourgeoise.


Wort.fr, Chantier pont CFL devant traverser l’autoroute A3, Croix Gasperich, CFL, Pont, Brücke, Arbeiter, Schweißen, Soudure, Ouvrier, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le moral n'est pas au beau fixe chez les entrepreneurs
Pour les entrepreneurs luxembourgeois, le ciel s'assombrit davantage. Entre les prix de l'énergie, les problématiques de recrutement ou encore l'incertitude généralisée, les points d'inquiétude sont nombreux.

Pour la Chambre de commerce, «ces éléments traduisent de véritables risques pour l'économie», en particulier la faible disponibilité des talents, qui «reste le maillon faible du Luxembourg». À l'instar des résultats du baromètre de l'Économie du second semestre 2022, les dirigeants de sociétés luxembourgeoises constatent une aggravation de la pénurie de main-d'œuvre qualifiée. Sur ce critère, le Luxembourg passe de la 48e à la 52e position, tandis qu'il recule de huit rangs sur le manque de managers seniors expérimentés. 

Pointant à la cinquième position en ce qui concerne son attractivité, le Luxembourg est boosté par le haut niveau de rémunération dans le secteur des services (3e), mais aussi son niveau de vie parmi les plus élevés du monde (10e). Mais le classement est plombé par la note des dirigeants d'entreprise attribuée aux effets de la fuite des cerveaux sur la compétitivité de leur société, qui fait passer le Luxembourg de la 12e à la 23e place sur ce critère.

À noter qu'à cette véritable tension de recrutement s'ajoutent la flambée des charges énergétiques et une réduction de la croissance qui rend les entreprises «d'autant plus sensibles face à des chocs sur le marché du travail», selon la Chambre de commerce. De quoi pousser l'institution à lancer un groupe de travail «talents» afin d'élaborer des propositions pour améliorer la performance du Luxembourg dans l'attractivité, la rétention et la disponibilité de main-d'œuvre.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Chambre des métiers a envoyé ses propositions aux différents partis politiques à l’approche des législatives et des communales de 2023. Un seul objectif: renforcer l’attractivité de l’ensemble des métiers et professions de l’artisanat.
Handwerk, Industie, Stahl, Metall
Le marché de l'emploi luxembourgeois étant particulièrement tendu, certains profils sont très recherchés. Quatre travailleurs sur dix se voient proposer une nouvelle opportunité d'emploi de manière assez régulière.
Avec le déconfinement progressif, les entretiens d'embauche ont pu reprendre dans les entreprises
Inflation, pénurie de main-d'œuvre, index...
L'augmentation des coûts des matériaux et de l'énergie combinée à des difficultés de recrutement de personnel qualifié risque d'entraîner une chute de l'indicateur de l'activité de l'artisanat au troisième trimestre 2022.
Economiste chez Idea, think tank associé à la Chambre de commerce de Luxembourg, Vincent Hein vante la résilience de l'économie luxembourgeoise malgré la crise, mais reste toutefois prudent et assure que «la partie n'est pas gagnée.»
Thionville, Diedenhofen, A31,  Autobahn, Stau, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort