Changer d'édition

Le Luxembourg observe de près l'exercice à la centrale
Luxembourg 3 min. 11.05.2022
Simulation d'un incident nucléaire à Cattenom

Le Luxembourg observe de près l'exercice à la centrale

L'exercice de ce mercredi et jeudi a pour but de voir comment les différents acteurs se coordonnent dans leurs réactions et leurs prises de décision.
Simulation d'un incident nucléaire à Cattenom

Le Luxembourg observe de près l'exercice à la centrale

L'exercice de ce mercredi et jeudi a pour but de voir comment les différents acteurs se coordonnent dans leurs réactions et leurs prises de décision.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 3 min. 11.05.2022
Simulation d'un incident nucléaire à Cattenom

Le Luxembourg observe de près l'exercice à la centrale

Mélodie MOUZON
Mélodie MOUZON
Les autorités mosellanes et EDF organisent un grand exercice de sécurité nucléaire et civile, ce mercredi et ce jeudi à la centrale nucléaire de Cattenom. Un officier luxembourgeois est présent sur place pour suivre la simulation.

Une fois tous les cinq ans. C'est la fréquence à laquelle est réalisé, à la centrale de Cattenom, un grand exercice de sécurité nucléaire et civile. Cette simulation a eu lieu ce mercredi et se poursuivra ce jeudi. 


La centrale nucléaire de Cattenom se prépare au pire
D'ici quelques jours, un exercice grandeur nature sera réalisé dans la région de Cattenom. Une simulation d'une catastrophe nucléaire qui doit permettre une meilleure coordination dans le cas où la réalité dépasserait la fiction.

Plusieurs centaines de personnes sont mobilisées, dont EDF, les services de l'Etat, les communes avoisinantes et les organismes qui gèrent le nucléaire en France, pour la réalisation de cette simulation grandeur nature d'un incident nucléaire majeur. L'exercice doit permettre de prévenir et d'assurer une organisation optimale dans le cas où cette possible catastrophe deviendrait une réalité. Ce n'est cependant pas exceptionnel, puisqu'une vingtaine d'exercices de ce genre ont lieu en France chaque année. 

Un scénario inconnu

Le scénario catastrophe d'un tel exercice n'est pas connu à l'avance. L'objectif est justement de voir comment les différentes autorités réagissent face à l'imprévu et à une situation d'urgence. Et notamment EDF. L'exercice a pour but de vérifier si la société maîtrise l'incident en interne et comment elle communique sur celui-ci vers les autorités publiques.

Les autorités ont dû ce mercredi gérer les conséquences de la catastrophe simulée. Faut-il ordonner à la population de prendre des pastilles d'iode? Confiner les écoles?,... Autant de questions qui se sont posées et auxquelles les autorités ont dû apporter une réponse.

Ce jeudi, les services de l'Etat devront coordonner l'évacuation (fictive) des habitants du périmètre autour de la centrale vers Metz, la grande ville la plus proche qui possède toutes les infrastructures nécessaires.  

La population ne participe pas

La population ne participe pas à cet exercice grandeur nature mais des officiers de liaison de la Sarre, de Rhénanie-Palatinat et du Luxembourg étaient présents ce mercredi pour participer à cette simulation. Et ce, dans le but de vérifier la qualité des échanges d'information avec les voisins allemands et luxembourgeois.


Der Reaktor soll auf Korrosion überprüft werden.
Des fissures à Cattenom, le Luxembourg monte au créneau
Selon Greenpeace Luxembourg, le réacteur n°3 de la centrale nucléaire située à quelques kilomètres de la frontière luxembourgeoise présenterait des fissures.

Le Haut-Commissariat à la protection nationale, la division de la radioprotection de la direction de la Santé, le corps grand-ducal d’incendie et de secours et le service de la communication de crise se sont ainsi réunis au centre national de crise à Senningen pour participer à cet exercice. 

La cellule de crise s'est réunie

Selon le scénario de l'exercice, qui prévoyait une fuite d’eau et un risque éventuel de rejets radioactifs ayant un impact potentiel sur une partie du territoire luxembourgeois, la cellule d’évaluation radiologique (CER) s’est également réunie. Sur base de l’évaluation radiologique, une cellule de crise ainsi qu’une cellule de communication et information ont été activées. 

Les départements et administrations représentés au sein de la cellule de crise ont discuté des mesures protectrices à mettre en œuvre au Luxembourg, cela en tenant compte du scénario et des mesures mises en place par les autorités françaises. 

Finalement, la situation dans le réacteur s’est stabilisée et aucun rejet n’a eu lieu, informent le Haut-Commissariat à la protection nationale, la division de la radioprotection de la direction de la Santé et le service de la communication de crise, dans un communiqué.

Des signes de corrosion repérés

Cette simulation d'un incident technique majeur intervient toutefois alors que des signes de corrosion ont été retrouvés il y a peu sur les circuits auxiliaires du réacteur numéro 3. Jérôme Le Saint, directeur du CNPE de Cattenom, a toutefois joué la carte de la prudence lors de la conférence de presse de présentation de l'exercice. «Les réacteurs sont sûrs. Des contrôles supplémentaires ont été engagés et nous avons identifié ces signes via des ultrasons. Nous sommes aujourd'hui dans une phase d'expertise. Le réacteur concerné est à l'arrêt et à l'heure actuelle, il n'existe toujours pas de confirmation de corrosion sous contrainte. Il n'y a pas de fuite et peu d'impact en termes de sûreté. Nous poursuivons les investigations même si le réacteur pourrait fonctionner en l'état.»  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

D'ici quelques jours, un exercice grandeur nature sera réalisé dans la région de Cattenom. Une simulation d'une catastrophe nucléaire qui doit permettre une meilleure coordination dans le cas où la réalité dépasserait la fiction.
L'unité de production n°3 de la centrale nucléaire mosellane, située à 20 kilomètres de la capitale, doit faire l'objet d'une inspection poussée à partir du mois de mars, en raison de suspicions de corrosion.
Cattenom est la septième centrale nucléaire au monde en puissance installée.
Alors que cinq des 56 réacteurs nucléaires que compte le parc nucléaire français sont déjà concernés par un problème de corrosion, celui de Cattenom 3 va bientôt s'ajouter à la liste. L'unité de production est concernée par des suspicions de problèmes similaires.
Exercice Force d'Action Rapide Nucléaire Cattenom Farn Übung 01.09.2021 / Foto: Foto: Steve Remesch
EDF a annoncé l'arrêt prochain de trois réacteurs nucléaires supplémentaires, dont celui de Cattenom 3, pour des «contrôles» à la suite des problèmes de corrosion sur des systèmes de sécurité rencontrés sur d'autres unités.
Exercice Force d'Action Rapide Nucléaire Cattenom Farn Übung 01.09.2021 / Foto: Foto: Steve Remesch