Changer d'édition

Le Luxembourg ne marchande pas l'achat de vaccins
Luxembourg 1 4 min. 06.01.2021 Cet article est archivé

Le Luxembourg ne marchande pas l'achat de vaccins

Sur l'ensemble des commandes de la Commission, le Luxembourg recevra 0,14% des doses. Soit le juste prorata de sa population au sein de l'UE.

Le Luxembourg ne marchande pas l'achat de vaccins

Sur l'ensemble des commandes de la Commission, le Luxembourg recevra 0,14% des doses. Soit le juste prorata de sa population au sein de l'UE.
Photo : dpa
Luxembourg 1 4 min. 06.01.2021 Cet article est archivé

Le Luxembourg ne marchande pas l'achat de vaccins

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le pays entend rester lié à la commande de doses anti-covid passée par la Commission européenne, sans signer d'autres contrats d'approvisionnement avec l'un ou l'autre des laboratoires pharmaceutiques.

Pour beaucoup, le 26 décembre, l'arrivée des premières doses vaccinales anti-covid au Luxembourg a été synonyme de soulagement. Après neuf mois de combat, LE remède à l'infection virale tombait enfin du ciel. Cadeau de Noël sanitaire dont il faut bien reconnaître qu'il suscite depuis autant de déceptions qu'il a pu apporter d'espoirs. Car si la campagne vaccinale a bien été lancée voilà plus d'une semaine, il tarde maintenant à ce que le plus grand nombre de personnes soient immunisées. 


(FILES) In this file photo taken on December 31, 2020 a healthcare worker prepares a dose of the Pfizer-BioNtech Covid-19 vaccine at a large vaccination centre open by the Tel Aviv-Yafo Municipality and Tel Aviv Sourasky Medical Center in the Israeli coastal city. - German firm BioNTech said on Januar 1, 2021 it was racing to ramp up production of its Covid-19 jab in Europe, to fill the "gap" left by the lack of other approved vaccines. The vaccine developed by BioNTech and its US partner Pfizer was the first to be approved in the European Union in late December. (Photo by JACK GUEZ / AFP)
L'UE négocie l'achat de plus de vaccins encore
La Commission européenne s'est rapprochée des laboratoires Pfizer/BioNTech pour demander 100 millions de doses supplémentaires du seul vaccin pour l'heure autorisé dans l'Union.

Mais impossible pour la ministre de la Santé d'avancer un calendrier digne de confiance. «Ce ne serait que pure spéculation», reconnaissait, mardi encore, Paulette Lenert (LSAP). «Trop d'inconnues. On ne sait ni le quoi, ni le quand, ni le combien». Et sans doute la Commission européenne elle-même n'a-t-elle pas de réponse à ces trois interrogations. A savoir quel autre vaccin que l'actuelle version développée par Pfizer/BioNtech va arriver en renfort? A quelle date l'Agence européenne des médicaments validera de nouveaux sérums (on parle de cette semaine, sans certitude)? Et surtout à quel rythme les laboratoires retenus pourront fournir les différents pays?   

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Pourtant, pas question pour le Luxembourg de retirer sa confiance à l'institution communautaire. A cette Commission qui, depuis cet été, a été mandatée pour négocier l'achat des vaccins nécessaires pour protéger les citoyens des Etats membres. «Au prorata de sa population, le Grand-Duché pourra compter sur 0,14% de cette commande.» Soit un nombre encore indéterminé aujourd'hui, l'instance ne cessant de contractualiser d'hypothétiques précommandes avec les différents producteurs potentiels. Mais l'on parle de plus d'un milliard de doses demandées déjà.

Si je le faisais, vous pourriez demander mon renvoi immédiat

Paulette Lenert, ministre de la Santé

Mais comme l'ont affirmé de leur côté Belgique, et Pays-Bas, pas question pour le gouvernement luxembourgeois d'engager des marchés auprès des laboratoires dans une démarche individuelle. «Nous restons engagés sur la voie de l'achat en commun», a bien insisté la ministre de la Santé. Avant d'ajouter, dans un sourire malicieux : «D'ailleurs, nous n'avons pas le droit de commander séparément. Si je le faisais, vous pourriez demander mon renvoi immédiat...»

A l'heure actuelle, le Luxembourg espère donc se voir octroyer un million de vaccins de la part de la Commission européenne. L'avenir dira qui les produira, à quel rythme et quelles manipulations imposeront ces futures doses (double injection, conservation par -70°...). Trois facteurs qui détermineront l'accélération de la campagne vaccinale, au travers des cinq centres établis sur le territoire en complément des hôpitaux et des équipes mobiles en charge de pratiquer la vaccination.


A nurse administers a dose of the Pfizer-BioNTech Covid-19 vaccine at the hospital Hotel-Dieu in Paris, on January 2, 2021 as a vaccination campaign for healthcare workers aged 50 years and more has been launched at this hospital. (Photo by Sameer Al-DOUMY / AFP)
En attendant les autres vaccins anti-covid
Une semaine après le lancement de la campagne de vaccination, la ministre de la Santé a annoncé la quantité des sérums commandée auprès des autres laboratoires.

Pour Xavier Bettel, cette confiance maintenue dans l'institution dirigée par Ursula von der Leyen est essentielle pour traverser la crise. Le Premier ministre a suffisamment regretté que les 27 n'adoptent pas en même temps les mêmes règles sanitaires (masques, confinement, dépistage) pour, cette fois, la jouer solo quand il s'agit de protéger les citoyens européens dans leur ensemble d'un virus qui, à l'échelle du continent, a déjà fait plus de 370.000 victimes (514 au Grand-Duché).

Et l'exécutif de rappeler au passage qu'avec ses 620.000 habitants, le Luxembourg n'aurait sans doute pu obtenir l'oreille des grands laboratoires à l'heure de négocier l'achat des dosettes protectrices. Plus clairement dit encore : «Sans l'UE, nous n'aurions aucun vaccin».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A compter du 11 janvier, les salles de spectacle rouvriront mais les restaurants resteront fermés jusqu'à la fin du mois. Ecoles et crèches reprennent du service dès lundi, mais pas les bars. Tous les commerces reprennent leur activité mais sous strictes conditions : ainsi va le déconfinement luxembourgeois.
Amassed chairs and tables on a terrace are secured behind a barrier tape during a new lockdown to fight the coronavirus Covid-19 epidemic, in Salzburg, Austria, on January 4, 2021. - Austria's government on January 4, 2021 effectively extended its third coronavirus lockdown, scrapping a proposal that would have allowed citizens to access some services if they took part in a mass-testing programme. The country's current lockdown is scheduled to run until January 24. (Photo by BARBARA GINDL / APA / AFP) / Austria OUT
Interrogés sur l'impact des décisions prises dans le cadre de la lutte contre la pandémie de covid-19, quatre ministres assurent que les membres du gouvernement ne tirent aucun profit personnel. Même si certains possèdent des intérêts dans des sociétés.
Politik, Corona Covid-19, Xavier Bettel, Premierminister und Paulette Lenert, Gesundheitsministerin geben Pressekonferenz nach Regierungsrat, Château de Senningen, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Si la campagne officielle a bel et bien démarré ce lundi au Luxembourg, seule une petite partie de la population sera immunisée d'ici la fin du mois de mars. Environ 6%, selon les données du ministère de la Santé.
(de g. à dr.) Kettami Mohand, infirmier au Centre de vaccination ; Dr Pedro Matos, médecin au Centre de vaccination