Changer d'édition

Le Luxembourg ne lâchera pas les personnes non vaccinées
Luxembourg 4 min. 05.04.2022
Malgré la levée des mesures

Le Luxembourg ne lâchera pas les personnes non vaccinées

Si une couverture totale de la population semble bien utopique, la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) ne souhaite pas lâcher la campagne de vaccination.
Malgré la levée des mesures

Le Luxembourg ne lâchera pas les personnes non vaccinées

Si une couverture totale de la population semble bien utopique, la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) ne souhaite pas lâcher la campagne de vaccination.
Photo: AFP
Luxembourg 4 min. 05.04.2022
Malgré la levée des mesures

Le Luxembourg ne lâchera pas les personnes non vaccinées

Simon MARTIN
Simon MARTIN
La ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) souhaite accentuer la communication autour des personnes non vaccinées âgées de 50 ans et plus.

On aurait presque tendance à parler du covid-19 au passé au regard du conflit ukrainien occupant la majeure partie du débat public. Pourtant, l'épidémie est loin, très loin d'être terrassée. 2.411 nouvelles infections et pas moins de quatre nouveaux décès ont été recensés sur le week-end écoulé, des indicateurs bien trop hauts pour crier victoire face au virus. 

Si aujourd'hui les hospitalisations tendent à se stabiliser, c'est notamment grâce à la dangerosité moindre du variant Omicron d'un côté mais aussi et surtout grâce à la campagne de vaccination en place depuis maintenant plus d'un an. Pour preuve, plus de la moitié des personnes hospitalisées la semaine passée n'étaient pas vaccinées. 


Die Zahl der aktiven Infektionen kratzt an der 20.000er-Marke.
Le nombre d'infections au covid-19 proche du pic
Les ministres Paulette Lenert (LSAP) et Corinne Cahen (DP) ont fait le point ce vendredi à la Chambre sur la situation sanitaire actuelle.

Aujourd'hui au Luxembourg, 471.914 personnes présentent un schéma vaccinal complet, ce qui correspond à un taux de vaccination de 78,5% par rapport à la population vaccinable (âgée de cinq ans et plus donc). Un pourcentage tout à fait respectable et qui continue à grandir malgré la levée de la plupart des restrictions sanitaires. En effet, la semaine passée, des dizaines de nouvelles personnes faisaient le choix de se faire injecter le sérum anti-covid.

Si une couverture totale de la population semble bien utopique, la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) ne souhaite pas lâcher la campagne de vaccination. C'est en tout cas ce qui ressort d'une réponse parlementaire à la question des députés Josée Lorsché et Marc Hansen (déi Gréng). Ces derniers se demandaient ce que la ministre comptait faire pour augmenter l’immunité globale de la population à partir de l'âge de 50 ans et ce, afin de faire face à une éventuelle nouvelle vague à l'automne prochain.

«Dans l’hypothèse où suffisamment de personnes de la tranche d’âge 50+ seraient prêtes à se faire vacciner volontairement dans les mois à venir, l’introduction de l’obligation vaccinale légale pourrait s’avérer superflue», expliquent logiquement les deux députés.


Politik, Mars di Bartolomeo, Claude Wiseler Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Ils reviennent sur la gestion sanitaire du gouvernement
«Nous avons fait un travail sérieux sous la pression», affirment Mars Di Bartolomeo et Claude Wiseler. Des divergences existent toutefois.

C'est ainsi que Paulette Lenert a indiqué dans sa réponse que la campagne de vaccination allait se poursuivre et qu'une attention particulière serait mise sur les personnes non vaccinées et âgées de 50 ans et plus. «Depuis le début de la campagne de vaccination, le ministère et la Santé a développé une série de campagnes de communication ciblées, avec un accent particulier fin 2021 sur la population vulnérable et les personnes âgées de 50 ans et plus non vaccinées. Ces dernières ont donc déjà fait l’objet d’une communication ciblée», indique l'intéressée. 

Avec la levée de la majorité des mesures sanitaires et la mise en place de la nouvelle helpline au CHL pour les personnes non vaccinées, une nouvelle campagne de communication ciblant expressément les personnes non vaccinées, et par conséquent aussi celles de plus de 50 ans, vient d'ailleurs d’être développée et lancée. «Il n’est pas exclu que, dans l’hypothèse où un projet de loi relatif à l’obligation vaccinale serait adopté, une nouvelle campagne de communication visant le public cible serait lancée. Les moyens pour atteindre le public cible lors d’une prochaine campagne de communication dépendront essentiellement de l’enjeu de la campagne de vaccination et du public que celle-ci est censée atteindre.»

Des actions dans toutes les langues

Bref, hors de question d'en finir avec la campagne de vaccination pour Paulette Lenert qui souhaite toucher toutes les tranches de la population multiculturelle luxembourgeoise. «Afin de pouvoir tenir compte de la diversité linguistique de la société luxembourgeoise, les actions de communication ont toujours été rédigées en cinq langues au moins, à savoir le luxembourgeois, l'allemand, le français, l'anglais et le portugais. En outre, une grande partie de la communication a également été traduite en arabe, tigrinya, espagnol, russe, albanais, serbe, croate, bosniaque et turc en collaboration avec l'Office national d'Accueil (ONA)».


01.03.2022, Niedersachsen, Braunschweig: Eine Mitarbeiterin des Impfzentrums in der Stadthalle Braunschweig impft einen Mann mit dem Corona-Impfstoff Nuvaxovid des US-Herstellers Novavax - den Oberarm des Mannes ziert eine Tätowierung mit Totenkopf-Motiv. Seit heute wird in dem Impfzentrum mit Nuvaxovid gegen Corona geimpft. - recrop Foto: Moritz Frankenberg/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les pop-ups fermeront à partir du 16 avril
Alors que la situation sanitaire se stabilise selon le dernier rapport hebdomadaire de la Santé, celle-ci annonce ce vendredi la fermeture de plusieurs centres de vaccination en avril.

Pour rappel, en janvier, la Chambre des députés s'était prononcée en faveur d’une obligation vaccinale partielle sous condition qu’un groupe de scientifiques indépendants reconnaisse sa nécessité. Si de son côté, le Premier ministre Xavier Bettel (DP) n'avait pas exclu une évolution de la mesure en fonction de l'épidémie, «les assouplissements ne sont pas en contradiction avec la nécessité d'une obligation vaccinale», avait-il toutefois expliqué. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que le nombre de cas positifs au covid repart à la hausse, le Dr Gérard Schockmel ne voit pour le moment pas de quoi s'alarmer. Mais il considère qu'il faut suivre de près les taux d'incidence et l'arrivée de nouveaux variants.
Pour le docteur Gérard Schockmel, chacun devrait se faire injecter trois fois un vaccin pour obtenir une protection optimale
Propulsés au premier plan au plus fort de la crise sanitaire, les infirmiers du Luxembourg ont comme partout été extrêmement sollicités ces deux dernières années. Le point sur leur situation à l’heure où les restrictions sanitaires sont allégées.
Pour tenter de répondre à la pénurie, une refonte de la formation et une campagne auprès du grand public sont évoquées.
Le 13 mars 2020, le pays recensait le premier décès lié au covid. Alex Meyers, responsable adjoint du service soins intensifs des Hôpitaux Robert Schuman, revient sur les deux ans de pandémie et la prise en charge des patients.
La ministre de la Santé a détaillé l'avancée de la campagne de vaccination par catégorie d'âge au terme de 11 mois d'injections anti-covid. Une des leçons étant qu'un 20-29 ans sur trois ne dispose pas d'un schéma vaccinal complet.
26.11.2021, Schleswig-Holstein, Eutin: Krankenschwester Swenja Grandke impft in der Impfstelle Eutin gegen das Corona Virus. Heute starten in ganz Schleswig-Holstein zunächst 24 Impfstellen, um die Geschwindigkeit bei den COVID-19-Auffrischimpfungen zu erhöhen und die Praxen der niedergelassenen Ärztinnen und Ärzte bei den Corona-Impfungen zu unterstützen und zu entlasten. Foto: Markus Scholz/dpa +++ dpa-Bildfunk +++