Changer d'édition

Le Luxembourg navigue à vue face au covid
Luxembourg 3 min. 24.03.2021 Cet article est archivé

Le Luxembourg navigue à vue face au covid

En cas de hausse exponentielle des infections d'ici au 2 avril, l'ouverture envisagée des terrasses serait purement et simplement annulée, indique mercredi Xavier Bettel.

Le Luxembourg navigue à vue face au covid

En cas de hausse exponentielle des infections d'ici au 2 avril, l'ouverture envisagée des terrasses serait purement et simplement annulée, indique mercredi Xavier Bettel.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 24.03.2021 Cet article est archivé

Le Luxembourg navigue à vue face au covid

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
En annonçant, mercredi, l'ouverture des terrasses à compter du 7 avril, Xavier Bettel réalise «un petit pas symbolique» destiné à donner «une bouffée d'air» à la population. Sauf que la mesure pourrait bien ne pas être appliquée en cas de «hausse exponentielle» des nouvelles infections.

Sur le papier, la promesse faite début mars par Xavier Bettel (DP) de lâcher un peu de lest apparaît comme tenue. Mercredi, le Premier ministre a en effet annoncé que les terrasses pourront rouvrir «entre 6h et 18h, à compter du 7 avril». Une mesure qui constitue «un petit pas symbolique» vers un retour vers la normalité voué à accorder «une bouffée d'air» à une population soumise à des restrictions sanitaires depuis un an.


Wirtschaft, Wiedereröffnung Terrassen und Restaurants, Luxemburg, Covid-19, Corona, Horesca, Foto:Lex Kleren/Luxemburger Wort
La réouverture des terrasses comme «une bouffée d'air»
A compter du 7 avril, les acteurs de l'Horeca pourront relancer leur activité, indique mercredi Xavier Bettel. Une ouverture prévue entre 6 et 18h.

Sauf que la mesure, appliquée avec «une limitation de deux personnes assises par table ou plus si elles sont du même ménage» pourrait parfaitement ne pas voir le jour. Ou du moins pas dans les délais annoncés, le chef du gouvernement ayant d'ores et déjà indiqué que son entrée en vigueur dépendait de l'évolution des chiffres d'ici au 2 avril prochain, date ultime d'adoption de la nouvelle loi covid. Or, de ce point de vue, le manque de visibilité apparaît comme notable, Xavier Bettel ne cachant pas l'«absence de marge de manœuvre» et une possible «hausse exponentielle des infections».

Raison pour laquelle le Premier ministre a annoncé mercredi qu'il se «réservait le droit de ne pas faire voter cet amendement à la Chambre». Et donc de faire perdurer un mois supplémentaire le statu quo sanitaire. Car à part cette possible reprise de l'activité d'une partie du secteur Horeca, le gouvernement n'annonce aucune nouvelle mesure dans la lutte contre la pandémie. Le couvre-feu, le port du masque ou les limitations imposées à domicile restant encore et toujours d'actualité. Le recours souhaité aux tests rapides étant plus un outil destiné à mieux dresser la cartographie des infections qu'une réelle arme sanitaire.

Un choix justifié par des chiffres de nouvelles infections et d'hospitalisations «plus ou moins stables». Mais contrairement à ses voisins qui enregistrent un nouvel afflux dans les soins intensifs et resserrent l'étau autour de Pâques, le Grand-Duché reste, pour l'heure, épargné par le phénomène. Puisque le taux d'occupation des unités spécialisées se fixerait «autour de 30%», Xavier Bettel n'imagine donc pas «mettre en place un lockdown pour 17 personnes en soins intensifs», ni autoriser un relâchement «puisque le virus ne prend pas de vacances».

Le salut devrait donc venir de l'accélération attendue de la campagne de vaccination. S'il indique que le pays est «proche du début de la phase 4» - destinée à injecter le vaccin aux personnes âgées entre 65 et 69 ans -, le Premier ministre annonce que quelque 134.000 nouvelles doses doivent arriver d'ici la fin avril. De quoi permettre notamment la mise en oeuvre d'«un cinquième centre de vaccination dans le hangar de Luxembourg AirRescue» et d'avancer sur «la possibilité de faire de Luxexpo le sixième centre». 

Ce qui permettrait de faire vacciner «entre 90.000 et 95.000 personnes chaque semaine», assure le Premier ministre, conscient toutefois que cette stratégie ne peut fonctionner «qu'une fois les vaccins bel et bien livrés». A noter enfin que le gouvernement a validé, ce mercredi, la prolongation jusqu'au 15 septembre du bon de 50 euros destiné à favoriser la reprise du tourisme. Ne cachant pas sa satisfaction devant le fait que «108.000 bons ont été utilisés jusqu'à présent», le chef du gouvernement estime que la mesure «ne doit pas être sous-estimée pour son rôle dans le soutien au secteur de l'Horeca». Et espère surtout que d'ici la fin de l'été, «tout le monde aura été vacciné».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Puisque le taux de vaccination générale de la population ne progresse qu'à allure modérée, le gouvernement durcit sa stratégie en réduisant les possibilités aux réticents à la vaccination. Notamment via la généralisation du CovidCheck à compter du 1er novembre.
IPO , PK Xavier Bettel u. Paulette Lenert , neues Covidgesetz , Foto.Guy Jallay/Luxemburger Wort
Quitte à facturer maintenant le dépistage PCR payant, le gouvernement veut voir encore progresser le nombre de citoyens vaccinés contre le coronavirus. Histoire de gagner la course contre-la-montre face au virus.
Politik, briefing Lenert/Bettel, Xavier Bettel, Paulette Lenert Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Xavier Bettel fait du vaccin la première arme de la lutte anti-covid. Un rappel utile alors que le pays s'apprête à voir certainement repartir les infections, avec le retour en classe, sur les chantiers, au bureau et à l'usine de nombreux vacanciers.
Pour lutter contre la pandémie, les agents grand-ducaux maintiennent la sévérité autour des mesures sanitaires actuellement en vigueur. La semaine dernière, près de 300 contrôles ont ainsi été effectués dans cette optique.
Achtung gespiegelt. Polizei Corona Covid Kontrolle