Changer d'édition

Le Luxembourg n'exclut pas une politique interventionniste
Luxembourg 5 min. 02.09.2022
Flambée des prix de l'énergie

Le Luxembourg n'exclut pas une politique interventionniste

Claude Turmes et Xavier Bettel se sont positionnés tous deux en faveur d'une intervention visant à réguler le marché de gaz si cela devenait nécessaire.
Flambée des prix de l'énergie

Le Luxembourg n'exclut pas une politique interventionniste

Claude Turmes et Xavier Bettel se sont positionnés tous deux en faveur d'une intervention visant à réguler le marché de gaz si cela devenait nécessaire.
Photo: Marc Wilwert
Luxembourg 5 min. 02.09.2022
Flambée des prix de l'énergie

Le Luxembourg n'exclut pas une politique interventionniste

Laura BANNIER
Laura BANNIER
Plan national de réduction de la consommation d'énergie, achat commun de gaz au niveau européen ou encore intervention sur le marché, le gouvernement luxembourgeois multiplie les pistes pour limiter la flambée des prix de l'énergie.

Xavier Bettel (DP) et Claude Turmes (déi Gréng) l'ont martelé: il n'est pas question de mettre en péril l'approvisionnement énergétique du pays. Si le gouvernement, réuni ce matin en conseil, est résolu à mettre en place des mesures «efficaces, rapides et concrètes» pour limiter les impacts de la flambée de l'énergie, l'exécutif est aussi conscient que des solutions doivent être prises au niveau européen.


Voici combien vous devrez dépenser pour votre gaz
Comme annoncé ce mardi, Enovos augmentera ses tarifs concernant le gaz naturel. Cette augmentation, prévue pour octobre, aura un gros impact sur votre facture.

Et ces dernières ne devraient pas tarder. Le rendez-vous est déjà donné à Bruxelles: les ministres de l'Energie des Vingt-Sept se retrouveront le 9 septembre, vendredi prochain, donc, pour discuter de l'épineuse question énergétique. «C'est pour cela que nous avons eu une longue discussion ce matin sur la position luxembourgeoise que M. Turmes devra défendre à Bruxelles», a souligné Xavier Bettel lors d'une conférence de presse ce 2 septembre.

Cette position luxembourgeoise ne comporte «aucun tabou» a assuré le Premier ministre. À cet égard, l'homme politique n'a d'ailleurs pas caché qu'il se positionnait en faveur d'une intervention sur le marché libre, si cela devenait nécessaire. «Je suis libéral, mais il faut reconnaître que les conditions libres et équitables du marché sont fortement impactées par la guerre», a ainsi justifié Xavier Bettel. 

Les stocks sont remplis

Autre piste évoquée par le chef de gouvernement: la mise en place de taxes sur les bénéfices excédentaires des fournisseurs d'énergie, afin de financer les aides mises en place pour l'ensemble des ménages et des entreprises. Xavier Bettel a, cependant, été incapable d'apporter de plus amples précisions sur ces possibles solutions, ces dernières devant faire l'objet de discussions avec les partenaires sociaux lors de la prochaine tripartite, qui se tiendra à partir du 18 septembre.


«Nous devons faire preuve de solidarité et nous efforcer de réduire notre consommation d’énergie», a déclaré Claude Turmes à l'issue de la réunion rassemblant les ministres de l'Energie de l'UE.
Nouvelle augmentation du prix du gaz, Turmes réagit
Le ministre de l'Energie a invité la population luxembourgeoise à se préparer à un hiver rude, tout en reconnaissant la nécessité de nouvelles mesures gouvernementales pour faire face aux prochains mois.

Si la menace russe de couper totalement le robinet de gaz fait planer craintes et incertitudes, Claude Turmes a fait savoir que l'Europe se trouvait dans une position relativement plus confortable qu'il y a quelques mois. «Quand Poutine a commencé sa guerre, nous étions mal positionnés par rapport au gaz. On était autour de 35-40% d'importation en provenance de Russie dans les approvisionnements, selon les pays», a souligné le ministre de l'Énergie.

À l'aube de l'automne, l'Union européenne a réussi son pari: les réservoirs de gaz dispatchés sur son territoire sont désormais remplis à 80%. De quoi assurer une certaine sécurité, mais également une augmentation moins importante des prix, même si cette dernière reste impressionnante. Impossible, cependant, d'estimer combien de temps ces stocks permettraient au Luxembourg d'assurer une forme d'autosuffisance. «Les stocks sont utilisés collectivement par tous les pays.»

Un plan national d'économie de gaz

Cette situation plus favorable ne doit, en revanche, pas être synonyme d'un relâchement des efforts en termes d'économie d'énergie. Alors que les pays européens visent à réduire leur consommation de gaz de l'ordre de 15%, la déclinaison luxembourgeoise de ce plan sera présentée jeudi 8 septembre. «Cette campagne nationale a été très bien préparée ces dernières semaines grâce à la task force gouvernementale impliquant six ministères. Lors du conseil de gouvernement de ce jour, nous avons adapté ce plan qui nécessitera une motivation globale», a poursuivi Claude Turmes.

Nous avons prévu une seconde phase, où, par un règlement grand-ducal, des mesures pourraient être rendues obligatoires dans les cas où le plan d'économie ne suffirait pas.

Claude Turmes, ministre de l'Energie

En tête, l'État et les communes montreront l'exemple dans la mise en œuvre de ce plan de réduction de la consommation de gaz. «L'économie devra suivre, et la bonne nouvelle, c'est que de nombreux acteurs, à l'image de la Chambre des métiers ou de la Fedil, sont d'accord pour contribuer de manière adéquate et constructive à la suite des discussions.»

À noter que cette campagne d'économie d'énergie comporte plusieurs phases, ont dévoilé les ministres. La première est volontaire, et vise à parvenir à une implication générale de la population et des entreprises pour réduire leur consommation. «Nous avons prévu une seconde phase, où, par un règlement grand-ducal, des mesures pourraient être rendues obligatoires dans les cas où le plan d'économie ne suffirait pas.»

Une forte dépendance

Lors de la réunion des ministres européens de l'Énergie, Claude Turmes entend bien plaider en faveur d'une meilleure utilisation de la plateforme européenne d'achat commun de gaz. «Il sera aussi important de savoir où nous en sommes avec l'électricité», a noté l'écologiste, en soulignant de nombreux points de préoccupation à l'échelle du Vieux Continent, comme les problèmes de corrosion dans les centrales nucléaires françaises, ou la baisse de productivité des centrales hydroélectriques scandinaves en raison de la sécheresse estivale.


Lokales,PK: Portail thématique du Parc naturel de l’Our & modèle 3D officiel national sur le Géoportail ,Claude Turmes,.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les communes devront moins chauffer leurs bâtiments
Les bâtiments publics ne devront pas être chauffés au-delà de 20 degrés, a indiqué le ministre de l'Energie Claude Turmes à nos confrères de 100.7. Cette démarche s'inscrit dans un plan d'économie d'énergie en raison du conflit en Ukraine.

À l'image du chef de gouvernement, Claude Turmes n'est pas opposé fermement à une politique interventionniste. «En temps de crise, nous devons nous autoriser à intervenir dans le marché et si nous le faisons, il faut faire attention à ne pas faire plus de dégâts que de bien», a ajouté le ministre, indiquant que la Commission européenne était en train d'élaborer des solutions concrètes. 

Aux yeux du ministre, tout l'enjeu de ces interventions réside en leur absence de répercussion sur la sécurité de l'approvisionnement en gaz du Luxembourg. «Pour un pays tel que le nôtre, qui importe 100% de son pétrole et de son gaz et parfois jusqu'à 80% de son électricité, il est extrêmement important d'avoir des frontières ouvertes.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Premier ministre Xavier Bettel a annoncé dans une réponse parlementaire que le gouvernement est en train d’analyser l’impact de l’augmentation des prix de l’énergie et d’éventuels problèmes d’approvisionnement. Des mesures pour réduire cet impact seraient en préparation.
Politik, PK Paulette Lenert, Xavier Bettel, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort