Changer d'édition

Le Luxembourg identifie plusieurs types de covid long
Luxembourg 4 min. 12.09.2022
CoVaLux

Le Luxembourg identifie plusieurs types de covid long

La perte du goût et de l’odorat semble caractériser un type de covid long en particulier.
CoVaLux

Le Luxembourg identifie plusieurs types de covid long

La perte du goût et de l’odorat semble caractériser un type de covid long en particulier.
Illustration: Shutterstock
Luxembourg 4 min. 12.09.2022
CoVaLux

Le Luxembourg identifie plusieurs types de covid long

Première du genre, une étude menée par un consortium de chercheurs révèle que le covid long n’est pas une maladie unique, mais peut prendre diverses formes avec des symptômes et des traitements potentiels à adapter selon les cas.

Le but initial des chercheurs des différentes institutions de recherche luxembourgeoises était d’étudier la population nationale en synergie, afin de chercher à identifier les facteurs pouvant contribuer aux variations de la gravité du covid-19 long et de ses symptômes associés.


Au Luxembourg, le gouvernement a tout un temps parlé de 10% de personnes présentant une affection post-covid.
Covid: un patient sur huit garde au moins un symptôme
Une étude menée sur 4.000 patients aux Pays-Bas et parue dans la revue scientifique médicale The Lancet montre que 12% de personnes frappées par le covid développent une séquelle spécifiquement liée à la maladie.

Pour ce faire, a été mise en place l’étude «CoVaLux» en novembre 2021, (Covid-19, Vaccination & conséquences sanitaires à long terme du Covid-19 au Luxembourg) coordonnée par Research Luxembourg et un consortium d’institutions de recherche luxembourgeoises, dont le Luxembourg Institute of Health (LIH).

Dans leurs travaux les plus récents parus le 5 août dans la revue en accès libre Open Forum Infectious Diseases (OFID), les équipes ont pu démontrer que les personnes ayant connu des cas modérés à sévères du coronavirus étaient plus susceptibles de connaître «une fréquence et une charge accrues de symptômes après 12 mois», avec des conséquences sur la qualité de vie.

Aurélie Fischer, coordinatrice scientifique au sein de l’unité de recherche Deep Digital Phenotyping du LIH et auteure principale de l’étude «Long COVID Symptomatology After 12 Months and Its Impact on Quality of Life According to Initial Coronavirus Disease 2019 Disease Severity», explique dans un communiqué du LIH que cette enquête «fournit une description exhaustive des symptômes présents 12 mois après l’infection au covid-19 et met en évidence un fardeau important pour les personnes vivant avec le covid long. Avec ce travail, nous contribuons à décrire le covid long et à confirmer qu’il est multisystémique et présente différents groupes de symptômes. Ces résultats permettront à terme de mieux l'identifier en milieu clinique et contribueront à la définition de stratégies de santé de précision pour améliorer la prise en charge des personnes qui en sont atteintes.»

L'étude a en effet permis de repérer «des schémas dans les symptômes des participants, ce qui suggère que le covid long est probablement constitué de plusieurs sous-catégories plutôt que d’une seule maladie».

L'observation de ces symptômes et la façon dont ils avaient tendance à se regrouper chez les individus ont rendu possible l'anticipation du type de covid long contracté par une personne. Par exemple, la perte du goût et de l’odorat semble caractériser un type de covid long en particulier, tandis qu’un autre pourrait être mieux décrit par des symptômes gastro-intestinaux comprenant des nausées, des diarrhées ou encore des brûlures d’estomac. Des informations qui pourraient s’avérer précieuse pour les chercheurs, qui cherchent à mieux définir la maladie et surtout à développer des thérapies efficaces.

289 participants adultes pour vérifier la théorie

Pour étayer les travaux dirigés par Aurélie Fischer, les chercheurs ont eu recours à 289 participants adultes atteint du covid, lesquels ont rempli un questionnaire sur une période d'observation de 12 mois après l'infection. Parmi eux, près de 60% ont signalé au moins un symptôme, sur une moyenne de 6 symptômes pouvant aller de la fatigue et de l’essoufflement, plus connus, à des problèmes moins connus comme la perte de mémoire et les problèmes gastro-intestinaux.

Autre observation significative, les scientifiques ont pu constater que les volontaires qui avaient contracté une forme modérée ou sévère de l'infection étaient plus de deux fois plus susceptibles de présenter des symptômes longs après une année, à l'inverse de ceux qui avaient pour leur part développé une infection légère ou qui avaient été asymptomatiques. Des résultats qui indiquent que le covid long et sa gravité sont fortement liés à la gravité de l’infection initiale.

Le principal espoir des chercheurs suite à ces résultats est que cela puisse mettre davantage en lumière la nature propre du covid-19, afin d'aider à prédire les résultats selon les patients et à en apprendre plus sur cette maladie ayant causé la mort de plus de cinq millions de personnes depuis son apparition.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les résultats d'une équipe de chercheurs internationaux, dont deux de l'Uni, permettent notamment d'expliquer les raisons de cette maladie persistante et invalidante.
Pratiquer une activité physique régulière pourrait diminuer les symptômes d'une infection au coronavirus. Voilà ce que dévoilent les derniers résultats d'une étude du LIH publiés ce lundi.
Depuis mai dernier, une équipe de chercheurs du Luxembourg Institute of Health étudie qui sont ceux que le covid-19 atteint et quelle est l'évolution de leur infection. Et chaque détail compte pour établir les possibles scénarios de prise en charge médicale future.
(FILES) In this file photo a lab technician sorts blood samples for COVID-19 vaccination study at the Research Centers of America in Hollywood, Florida on August 13, 2020. - The United States hopes to begin a sweeping program of Covid vaccinations in early December, the head of the government coronavirus vaccine effort said on November 22, 2020. "Our plan is to be able to ship vaccines to the immunization sites within 24 hours of approval" by the US Food and Drug Administration, Moncef Slaoui told CNN. "So I expect maybe on Day Two of the approval, on the 11th or the 12th of December." (Photo by CHANDAN KHANNA / AFP)