Changer d'édition

Le Luxembourg encourage l'arrivée d'Uber&Co
Luxembourg 3 min. 08.01.2021 Cet article est archivé

Le Luxembourg encourage l'arrivée d'Uber&Co

Evoquée depuis 2016, l'arrivée d'Uber et d'autres acteurs internationaux pour tenter de faire baisser le prix des courses pourrait devenir réalité le 1er janvier 2022.

Le Luxembourg encourage l'arrivée d'Uber&Co

Evoquée depuis 2016, l'arrivée d'Uber et d'autres acteurs internationaux pour tenter de faire baisser le prix des courses pourrait devenir réalité le 1er janvier 2022.
Photo: Guy Wolff/archive
Luxembourg 3 min. 08.01.2021 Cet article est archivé

Le Luxembourg encourage l'arrivée d'Uber&Co

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Attendue avant la fin 2020, la nouvelle réforme du secteur des taxis a été validée ce vendredi en Conseil de gouvernement. Avec comme principale nouveauté l'introduction d'un cadre pour les voitures de location avec chauffeur. Objectif: faire baisser le prix des courses.

Quatre ans après l'entrée en vigueur d'une réforme qui visait à «renforcer la concurrence au bénéfice des clients», le secteur des taxis enregistre encore et toujours «certaines défaillances», indique vendredi le ministère de la Mobilité. Un manquement que le gouvernement entend rectifier en validant l'avant-projet de loi déposé par François Bausch (Déi Gréng). Un texte qui vise à ce que le communiqué officiel nomme pudiquement «un bilan mitigé» qui s'est traduit dans les faits par une hausse du prix des courses depuis 2016.


Wirtschaft, Lokales, Illustration, Findel, Taxi, Taxis, Abholdienst  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Des taxis priés de lever le pied sur les prix
Si la réforme de 2016 avait permis au gouvernement de reprendre la main sur un secteur jusqu'alors opaque, son objectif de réduire la facture pour les usagers n'a pas été atteint. La faute, selon les principaux concernés, aux exigences écologiques imposées par François Bausch.

La principale nouveauté du texte tient dans la libéralisation du marché via «l'extension du cadre légal aux voitures de location avec chauffeur». Autrement dit, l'ouverture du marché des taxis aux acteurs internationaux, qu'ils se nomment Uber, Lyft ou Grab. Avec pour ambition affichée de renforcer la concurrence, «ce qui devrait se répercuter sur les prix pratiqués». Mais l'arrivée de nouveaux concurrents devra se faire «en veillant à l'application des droits essentiels du travail et de la Sécurité sociale», selon le communiqué officiel. Comprenez le respect des normes sociales et salariales en vigueur au Luxembourg.

A noter que l'avant-projet de loi prévoit de clairement distinguer le service offert par les taxis de ceux proposés par les VLC. Raison pour laquelle ces derniers ne pourront être utilisés qu'après «une commande à l'avance moyennant une documentation détaillée reprenant notamment les dates et les heures de la réservation ainsi que de la course à effectuer». Les taxis, eux, pourront être pris de manière plus spontanée. 


Vote à l'unanimité des revalorisations salariales
A compter du 1er janvier 2021, le salaire social minimum, le Revis et le revenu pour personnes gravement handicapées seront augmentés de 2,8%. La proposition du gouvernement a été adoptée mercredi par les 60 députés.

Une distinction entre les deux devra également voir le jour, les véhicules circulant sous le régime des VLC devant arborer des plaquettes d'identification. La publicité pour ce type de service sera d'ailleurs autorisée, à condition «qu’elle ne fasse aucune allusion sous quelque forme que ce soit à des services de taxis».

Cheval de bataille du vice-Premier ministre, les questions environnementales voient leur cadre également évoluer puisque ces dernières ne se baseront désormais plus «sur un seul véhicule, mais sur l'ensemble du parc automobile d'un exploitant». En clair, le texte favorise les sociétés équipées d'une flotte respectant les taux d'émission les plus bas au détriment des sociétés qui n'auraient investi que dans un nombre limité de véhicules dits propres. Dans le cadre notamment de la législation actuelle qui accordait des licences supplémentaires pour ce seul type de véhicule. 


Taxi
Le couvre-feu freine un peu plus les taxis
La profession de chauffeur de taxi met les warnings. L'avancée d'une heure (de minuit à 23h) de la fin de la vie nocturne a porté un coup à l'activité de transports. Le métier connaît ses premières faillites et dénonce un régime de chômage partiel désavantageux pour les conducteurs.

Le texte prévoit enfin toute une série de nouvelles mesures, telles que l'abolition des zones géographiques permettant aux taxis d'opérer sur l'ensemble du territoire, la tenue d'un examen obligatoire pour les chauffeurs qui ne pourront pas conduire au-delà de 70 ans ou l'adaptation des «droits et devoirs» de chaque partie. Si les chauffeurs ne pourront désormais plus fumer dans leur véhicule, «même en l'absence d'un client», ils devront également accepter les paiements par carte bancaire usuelle. 

Ou bien «acheminer le client à un guichet automatique sans pour autant facturer ce trajet» en cas de panne de leur terminal bancaire. Le texte doit entrer en vigueur le 1er janvier 2022.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Dans un an, les véhicules de location avec chauffeur (VLC) auront plus facilement droit de cité au Grand-Duché. Une petite révolution dans un secteur réformé pour la dernière fois en 2016. Explication des enjeux avec François Bausch, ministre de la Mobilité.
Politik, Interview François Bausch Observationssatellit, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
WebTaxi fait peau neuve: nouvelle application mobile, baisse des tarifs de nuit ou encore ouverture aux indépendants, la société fait le plein de nouveautés en ce début d'année 2017. Le tout pour contrer le géant Uber, qui risque de s'implanter au Grand-Duché?
Cela fait déjà 5 ans que WebTaxi circule sur les routes luxembourgeoises.
Depuis plusieurs mois maintenant, la société de transports Uber fait de l’œil au Luxembourg, et souhaite s'implanter dans le pays. Après discussions avec François Bausch, ministre des Transports, les négociations sont toujours au point mort. Du côté des chauffeurs de taxis, on n'est «pas contre l'arrivée d'Uber, si les règles sont respectées».
Uber hat sich eigenen Angaben zufolge zum Ziel gesetzt, überall auf der Welt „bezahlbare, verlässliche und sichere Fahrdienste per Knopfdruck“ anzubieten und würde auch gerne hierzulande aktiv werden.
Plus besoin de prendre le premier taxi de la file et de trembler en attendant la note. Avec l'entrée en vigueur de la réforme des taxis ce 1er septembre, les tarifs seront affichés sur les voitures et le client prendra le taxi qu'il voudra.
Voitures avec chauffeur
Il faut, au moins une fois dans sa vie, avoir été confronté à un chauffeur de taxi très désagréable pour comprendre l'intérêt pour la start-up californienne Uber. Cinq ans après son lancement, elle est au coeur de nombreuses polémiques liées à la résistance... des taxis. Au Luxembourg, pas question de la voir débarquer.
Uber a déjà annoncé qu'il continuerait son développement et réagirait à chaque plainte...