Changer d'édition

Le Luxembourg en passe de sortir de la zone à risque
Luxembourg 2 min. 18.08.2020 Cet article est archivé

Le Luxembourg en passe de sortir de la zone à risque

Malu Dreyer, la ministre-présidente de Rhénanie-Palatinat appelle à «retirer au plus vite la classification du Luxembourg comme zone à risque»

Le Luxembourg en passe de sortir de la zone à risque

Malu Dreyer, la ministre-présidente de Rhénanie-Palatinat appelle à «retirer au plus vite la classification du Luxembourg comme zone à risque»
Photo: dpa
Luxembourg 2 min. 18.08.2020 Cet article est archivé

Le Luxembourg en passe de sortir de la zone à risque

La ministre-présidente du land de Rhénanie-Palatinat, Malu Dreyer ne voit plus de raison de maintenir le Grand-Duché dans cette classification. Le gouvernement fédéral allemand devrait «réagir rapidement», a-t-elle déclaré.

(dpa/lrs) - La Première ministre du land de Rhénanie-Palatinat, Malu Dreyer (SPD) a appelé lundi le gouvernement fédéral allemand à «retirer au plus vite la classification du Luxembourg comme zone à risque». «Il est très réjouissant de constater que, selon les dernières statistiques épidémiologiques, les chiffres de l'infection au Luxembourg ont fortement baissé, confirmant la tendance de ces dernières semaines», a-t-elle ainsi déclaré lundi à Mayence.

Dans la logique de Malu Dreyer, «non seulement le gouvernement fédéral devrait surveiller la situation au Grand-Duché, mais en plus, à la lumière des chiffres actuels, révoquer le plus rapidement possible son classement dans la zone à risque». Elle avoue d'ailleurs avoir déjà eu un entretien téléphonique à ce sujet avec Jens Spahn (CDU), le ministre fédéral de la Santé. Un réexamen de la situation pourrait déjà avoir lieu dès cette semaine. La ministre-présidente de Rhénanie-Palatinat ajoute que «nous sommes particulièrement liés au Luxembourg. Rien que pour le travail, environ 40.000 personnes traversent la frontière chaque jour».


(FILES) In this file photo taken on January 20, 2020 Luxembourg Foreign Minister Jean Asselborn speaks to journalists during a Foreign Affairs meeting at the EU headquarters in Brussels. - Luxembourg's foreign minister, 71-year-old cycling enthusiast Jean Asselborn, has pedalled off on his annual tribute to the Tour de France, despite the epidemic that forced the postponement of the professional race. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Asselborn demande la fin du classement en zone à risque
Compte tenu de la diminution du nombre d'infections au covid-19 au Luxembourg, le ministre des Affaires étrangères a demandé à l’Allemagne de réviser sa position.

Le son de cloche est identique du côté du Luxembourg, qui ne voit plus de base tangible à être maintenu comme une zone à risque par les autorités allemandes. Jeudi passé déjà, Jean Asselborn (LSAP), le ministre des Affaires étrangères relevait que «le nombre de nouvelles infections au covid-19 avait fortement diminué». En effet, avec 47,44 résidents nouvellement infectés pour 100.000 habitants sur la période du 3 au 9 août, le nombre de cas se situe sous la barre des 50 fixée par les autorités allemandes.

Rappelons que c'est à la mi-juillet que le Luxembourg avait été reconnu comme zone à risque par l'Institut Robert Koch, après avoir clairement dépassé le seuil de 50 personnes nouvellement infectées pour 100.000 habitants en l'espace de sept jours. Mais dès le début, le Grand-Duché s'était opposé à cette classification, arguant du fait que les chiffres élevés étaient notamment dus à la campagne de dépistage à grande échelle, incluant de surcroît les travailleurs frontaliers. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) met désormais en avant la stratégie luxembourgeoise de dépistage à grande échelle. Et appelle les autres pays d'Europe à suivre l'exemple du Grand-Duché. Une bonne nouvelle pour le pays pointé du doigt ces dernières semaines en raison de l'augmentation de ses chiffres des infections.
08.08.2020, Hessen, Frankfurt/Main: Dem US-Amerikaner Edward Hurne wird am Frankfurter Flughafen ein Rachenabstrich für den Coronavirus-Test abgenommen. Seit heute besteht die Testpflicht für Rückkehrer aus Risikogebieten. Foto: Thomas Frey/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les rumeurs selon lesquelles les résidents du Grand-Duché sont particulièrement visés en Allemagne ne sont pas fondées. Et si c'était le cas, cette attitude serait illégale. «La nationalité seule n'est en aucun cas une raison valable» précisent les autorités allemandes.
Lok , Autobahn Richtung Trier , hinter Wasserbillig , Raststätte Markusbierg , Deutsche Polizei kontrolliert Autos wegen Coronavirus , Sras-CoV-2 , und schickt alle nichtberechtigten zurück , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le ministre des Affaires étrangères rassure : aucun Land ne bloque ses entrées aux résidents luxembourgeois, et cela malgré le classement comme "zone à risque infectieuse" du Grand-Duché. Les frontières restent donc ouvertes, et les déplacements libres.
Entrevue Jean Asselborn Heiko Maas - Schengen -  - 16/05/2020 - photo: claude piscitelli