Changer d'édition

Le Luxembourg en manque de cannabis médical
Luxembourg 3 min. 10.09.2020 Cet article est archivé

Le Luxembourg en manque de cannabis médical

Le pays dispose actuellement d'une autorisation à hauteur de 270 kg d'importation de cannabis à usage thérapeutique.

Le Luxembourg en manque de cannabis médical

Le pays dispose actuellement d'une autorisation à hauteur de 270 kg d'importation de cannabis à usage thérapeutique.
Luxembourg 3 min. 10.09.2020 Cet article est archivé

Le Luxembourg en manque de cannabis médical

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
En juillet, le pays n'a pas reçu la quantité souhaitée pour le traitement des quelque 440 patients bénéficiant de cette médication. C'était le troisième incident de la sorte depuis février 2019, et l'autorisation d'importation du produit.

Pour 2020, les autorités sanitaires luxembourgeoises ont prévu d'acheter pour 270 kilogrammes de cannabis. Cannabis médical exclusivement. La précision vient de la ministre de la Santé. Paulette Lenert qui, dans une réponse parlementaire, reconnaît que les tensions enregistrées sur le marché du médicament ces derniers mois, ont privé le Luxembourg d'une livraison attendue. De quoi empêcher la distribution de ce traitement anesthésique en juillet dernier.

Et ce n'est pas la première fois que pareille mésaventure arrive. C'est même la troisième, reconnait la ministre dans un courrier adressé aux députés Martine Hansen et Jean-Marie Halsdorf  (CSV). Outre les difficultés particulières dans ces temps d'épidémie et de lockdown planétaire, Paulette Lenert rappelle que l'importation de cannabis médical fait l'objet «de procédures complexes et parfois de longs délais». Sans compter que la plante médicinale doit répondre à des critères de qualité bien spécifiques qui en limitent parfois la production.

Il faut ainsi compter entre trois et quatre semaines pour se voir livrer un nouveau lot, et donc permettre à la pharmacie du Centre hospitalier Emile-Mayrish d'en assurer la distribution selon les ordonnances établies. Afin d'éviter de se retrouver à court trop souvent, les autorités sanitaires assurent avoir amélioré leur organisation. Numérisation du circuit administratif pour l'importation de stupéfiants, meilleur suivi des stocks et des seuils d'alarme permettent ainsi d'anticiper les commandes. Dans tous les cas, si rupture il y a, médecins et pharmaciens hospitaliers sont avertis de la difficulté temporaire.

Pour mémoire, l'emploi du cannabis médical est légalisé au Grand-Duché depuis février 2019. Et un premier bilan de l'expérimentation sera tiré en février 2021, assure la ministre aux deux députés d'opposition. Le dossier fait toutefois l'objet d'un suivi continu «par un groupe de travail intégrant aussi bien des membres du ministère de la Santé que des professionnels de santé concernés et un comité scientifique».


L'appli qui ne vous rendra pas accro
Modernité oblige: trois acteurs de la prévention de la toxicomanie viennent de lancer l'application «Suchtberodung» pour que consommateurs comme proches appréhendent mieux risques et moyens de s'en sortir.

A charge pour ces spécialistes de noter non seulement l'évolution du nombre de prescriptions, les produits demandés (fleurs, huiles, etc) mais aussi le type de malades bénéficiaires, les quantités mais aussi les modes d'administration par exemple.

Pour l'heure, la ministre de la Santé ne revient ni sur la possibilité de voir le Luxembourg produire, sur son territoire, les quantités attendues dans le cadre médical. Pas plus que la ministre ne détaille ce qu'il advient de la dépénalisation annoncée du cannabis récréatif dans le pays. Paulette Lenert dévoile toutefois que le pays est de plus en plus demandeur

Si au départ, le Grand-Duché avait fait une demande à l'International Steering Point Control Body pour 183 kg, ce seuil a été relevé. Pour «répondre à la demande croissante», le pays a reçu l'autorisation d'acheter  jusqu'à 270 kg du médicament recommandé -notamment- dans le traitement des douleurs ou dans l'accompagnement des malades souffrant d'une sclérose en plaques. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Prévu initialement pour le mois de février, le bilan de l'expérimentation réalisée depuis février 2019 sur le recours au chanvre médicinal devrait finalement être dévoilé «à l'automne», indique jeudi le ministère de la Santé.
A budtender displays cannabis at the Higher Path medical marijuana dispensary in the San Fernando Valley area of Los Angeles, California, December 27, 2017. - At the stroke of midnight on January 1, pot lovers in California may raise a joint, instead of a glass of champagne. America's wealthiest state is legalizing the growth, sale and consumption of recreational marijuana, opening the door to the world's biggest market. (Photo by Robyn Beck / AFP)        (Photo credit should read ROBYN BECK/AFP via Getty Images)
Le Centre de prévention des toxicomanies (CePT) fête ses 25 ans et s'offre un nouveau nom. Le nouveau Centre national des préventions et des addictions (cnapa) va accompagner le gouvernement dans le processus de légalisation du cannabis.
Cannabis bleibt die meistkonsumierte illegale Droge in Europa.
Alors que la légalisation sur la drogue douce est annoncée pour 2021, les contours du futur projet de loi ont été dévoilés. Mise en place de 14 points de vente, quantité limitée autorisée ou création de deux licences nationales figurent dans un document inédit, révélé lundi par nos confrères de la radio 100,7.
L'objectif poursuivi par le législateur n'est pas de normaliser ou de banaliser la consommation de cannabis, mais d'en encadrer la consommation et la vente
Nicolas Henckes voit des opportunités dans la future légalisation du cannabis. Par contre, le patron de la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC) regrette l'impact du congé parental et des jours fériés sur les petites entreprises.
Si la future légalisation du cannabis représente une opportunité pour le commerce au Luxembourg, Nicolas Henckes souhaite que cette activité se déroule dans «un cadre normé»
Une société canadienne devrait réapprovisionner les stocks de cannabis thérapeutiques «à partir de septembre 2019». D'ici là et dans un contexte de pénurie, les patients déjà sous traitement «sont absolument prioritaires», assure Etienne Schneider.