Changer d'édition

Le Luxembourg attire toujours plus de frontaliers
Luxembourg 2 min. 04.11.2021 Cet article est archivé
Emploi

Le Luxembourg attire toujours plus de frontaliers

Au deuxième trimestre 2021, le Luxembourg comptait officiellement quelque 211.700 frontaliers. Un chiffre amené à continuer de grandir dans les prochaines décennies pour répondre aux besoins de l'économie du Grand-Duché.
Emploi

Le Luxembourg attire toujours plus de frontaliers

Au deuxième trimestre 2021, le Luxembourg comptait officiellement quelque 211.700 frontaliers. Un chiffre amené à continuer de grandir dans les prochaines décennies pour répondre aux besoins de l'économie du Grand-Duché.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 2 min. 04.11.2021 Cet article est archivé
Emploi

Le Luxembourg attire toujours plus de frontaliers

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Parmi les indicateurs indiquant que le Luxembourg est en train de tourner la page de la crise liée à la pandémie, la hausse de l'emploi salarié figure en bonne place. Un phénomène qui s'explique notamment par l'arrivée de salariés installés dans les pays limitrophes.

Au dernier décompte du Statec, le Luxembourg compte officiellement quelque 211.700 frontaliers au deuxième trimestre 2021. Soit 46% de la population active du pays. Une donnée en progression qui confirme l'attrait qu'exerce le pays auprès de la main-d'œuvre installée dans la Grande Région, mais aussi les besoins toujours plus importants de l'économie nationale pour maintenir à flot son système social notamment.

Conformément au schéma en vigueur depuis plusieurs décennies, ce sont les résidents français qui traversent les plus nombreux la frontière. Ce sont ainsi quelque 112.000 personnes à quitter leur domicile situé globalement le long du sillon lorrain à venir travailler tout ou partie de la semaine au Grand-Duché. Soit 53% de l'ensemble des frontaliers du pays.

En hausse de plus de 40% depuis 2011, les salariés luxembourgeois vivant en France se concentrent principalement autour des agglomérations de Thionville, Longwy et Metz. Même si une part de plus en plus importante d'entre eux fait le choix de s'installer à distance de l'A31.

Tendance également à la hausse du côté belge, où le centre commun de la Sécurité sociale (CCSS) recense au 31 mars dernier quelque 50.800 frontaliers. Des travailleurs qui se concentrent principalement en province de Luxembourg, entre Arlon et Bastogne, même si les provinces de Liège, de Namur et du Hainaut hébergent officiellement quelques milliers de salariés luxembourgeois. Tendance qui devrait encore s'accélérer selon les prévisions du Conseil économique et social à l'horizon 2035.

Tendance à la hausse que ne devraient pas connaître les frontaliers allemands. Si en 2021 ils sont un peu plus de 51.000 à faire le trajet entre leur domicile situé en Rhénanie-Palatinat ou en Sarre et leur travail, leur nombre devrait se réduire dans la décennie à venir. La faute à une fécondité en berne et des départs en retraite dont les postes ne seront plus occupés par des germanophones.

 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Liés depuis 1921 dans le cadre d'une union économique, royaume et Grand-Duché continuent d'entretenir «des relations privilégiées» sur le plan fiscal, de la mobilité et de la coopération militaire. Une collaboration étroite, amenée à perdurer.
Luxembourg - Belgique - Photo : Pierre Matgé
Président de la Chambre de commerce et d'industrie française du Luxembourg, Fabrice Poncé estime que le Luxembourg reste «une terre d'opportunités» pour les salariés comme les investisseurs de l'Hexagone.
En visite officielle ce mercredi au Luxembourg, le ministre-président de la Région wallonne s'est dit favorable au passage de 24 à 48 jours de la limite imposée aux frontaliers belges, mais rappelle que «des déplacements devront avoir lieu». Et plaide pour une mobilité «harmonieuse».
Politik, Xavier Bettel und Elio Di Rupo, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La verte province devrait être aussi peuplée qu'une ville comme Gand à l'horizon 2033. Une projection qui pourrait impacter positivement l'activité économique du Grand-Duché de plus en plus tributaire de ses travailleurs frontaliers.
arlon_3