Changer d'édition

Le LSAP se satisfait du début de législature
Luxembourg 3 min. 15.07.2019

Le LSAP se satisfait du début de législature

Le bilan parlementaire 2018-2019 était le dernier pour Alex Bodry. Au 1er janvier, il cédera sa place de chef de fraction LSAP.

Le LSAP se satisfait du début de législature

Le bilan parlementaire 2018-2019 était le dernier pour Alex Bodry. Au 1er janvier, il cédera sa place de chef de fraction LSAP.
Photo: Alain Piron
Luxembourg 3 min. 15.07.2019

Le LSAP se satisfait du début de législature

Le groupe socialiste a fait le point sur la première année parlementaire de la législature. Le chef de fraction, Alex Bodry, n'a pas caché sa joie de voir nombre d'idées du LSAP devenir réalité.

(PJ avec Annette Welsch) Nouveau gouvernement et nouveau parlement ne sont en poste que depuis sept mois que, déjà, le salaire minimum, les comptes épargne temps du secteur privé, les congés supplémentaires et le nouveau jour férié ont tous été adoptés. C'étaient là des éléments clés du LSAP dans la définition du programme gouvernemental. «Ce fut une année sociale forte», a donc pu commenter fièrement Alex Bodry, à l'heure de présenter le bilan de la première année de législature.  

«1.200 euros de plus par an pour les bas salaires, c'est énorme pour ce niveau de rémunération.» Et le président des socialistes de poursuivre : «Nous n'avons pas d'austérité et ne voulons pas équilibrer le budget, comme le souhaite mordicus le CSV. Nous allons maintenir un investissement élevé de 4% du PIB sur l'ensemble de la législature». 

2020 année de la constitution

Le leader socialiste a également souligné le niveau élevé des dépenses sociales, qui représentaient plus de 50% du budget chaque année. À ses yeux, c'est là «une situation extraordinaire». 

Mais Alex Bodry a également commenté, de manière critique cette fois, le travail parlementaire passé: «Les débats d'orientation n'étaient pas bien préparés. Ils offraient peu de profondeur et d'élan, de sorte que l'impact sur le travail du gouvernement restait faible.» Cela doit changer.


Fernand Etgen, président de la Chambre des députés: «Une campagne de sensibilisation sur la future Constitution va être préparée dans les semaines à venir».
2019, l'année du référendum sur la Constitution... ou pas
Les Luxembourgeois pourraient se rendre deux fois aux urnes en 2019. Directement après l'élection des 6 représentants luxembourgeois au Parlement européen en mai, «démarrera une vaste campagne de sensibilisation sur la nouvelle Constitution». Un référendum sera organisé mais «pas forcément en 2019», prévient Fernand Etgen, président de la Chambre.

Grand soutien d'une réforme constitutionnelle, le meneur des élus LSAP n'a pas manqué de tacler l'attitude des opposants du CSV. «L'année 2020 devrait être l'année de la constitution, je ne sais pas quoi dire maintenant, nous avons convenu que la campagne d'information commencerait en octobre, je suis stupéfait du retournement du CSV et choqué par son ultimatum. C'est inacceptable et irresponsable.» 

Un dernier bilan

Le responsable du groupe a également listé l'ensemble des projets à venir, et notamment les initiatives inscrites dans le programme électoral LSAP. À commencer par les transports en commun gratuits qui seront introduits le 1er mars 2020. «Il ne s'agit pas seulement d'une mesure sociale, mais cela augmente également l'attractivité des transports en commun.» 

Dans son propos, le chef de file a évoqué la mise en œuvre de la réforme des services d'urgence, qui doit désormais être complétée par deux autres lois : une protection accrue des équipes de secours contre les agressions criminalisées et l'introduction de détecteurs de fumée obligatoires dans tous les appartements. Les deux lois seront adoptées à la fin de l'année. 

Deux réformes fiscales à mener

Utilisant l'exemple de la loi sur la protection de la jeunesse et de la loi sur le contrôle des armes, Alex Bodry a souligné que «la politique est réactive lorsque les commentaires viennent de la population». 

Parmi les autres projets à venir figurent le plan d'action pour la bio-agriculture, la loi sur la protection collective des consommateurs, la loi sur le placement des étudiants, la légalisation du cannabis et les énormes projets de réforme qui prendront, eux, plus de temps. Il s'agit, par exemple, de la réforme fiscale avec l'individualisation et l'abolition des classes d'imposition ainsi que la réforme de la fiscalité immobilière. 

Tout cet élan a permis à Alex Bodry de conclure: «Je suis heureux de diriger cette équipe». Mais c'était sans doute là le dernier bilan qu’il traçait en tant que chef de la fraction. En effet, à compter du 1er janvier 2020, Georges Engel assumera la présidence du groupe.   


Sur le même sujet

«Vite fait, bien fait» pour le DP
Six mois après l'arrivée au pouvoir du gouvernement bleu-rouge-vert, le groupe parlementaire du DP a fait le point lundi et s'est félicité de la rapidité et de l'efficacité avec lesquelles des mesures ont déjà été mises en place.
IPO,PK DP Bilan parlementaire. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort.