Changer d'édition

Le LSAP prépare les législatives
Luxembourg 3 min. 22.03.2021

Le LSAP prépare les législatives

Près de 1.000 personnes ont suivi le congrès annuel du parti derrière leur écran.

Le LSAP prépare les législatives

Près de 1.000 personnes ont suivi le congrès annuel du parti derrière leur écran.
Photo: Claude Piscitelli
Luxembourg 3 min. 22.03.2021

Le LSAP prépare les législatives

Lors du congrès de son parti ce dimanche, Dan Kersch a posé les bases en vue des prochaines élections de 2023. Le vice-Premier ministre et ministre du Travail, a notamment plaidé en faveur d’un impôt sélectif, qui toucherait ceux qu’il appelle les «gagnants de la crise».

(ASdN avec Annette Welsch) - 890 participants derrière leur écran, mais une salle vide. Dimanche matin s'est tenu le premier congrès numérique du LSAP lors duquel Yves Cruchten a fait le bilan d'une année marquée par la pandémie pour préparer au mieux les prochaines élections législatives de 2023.


52 nouveaux cas covid en 24 heures
Le ministère de la Santé indique que le taux de positivité est passé sous la barre des 1%, tandis que le nombre d'infections actives augmente légèrement. Aucun décès supplémentaire n'est à déplorer.

S'il a souligné la grande solidarité existante en ces temps de crise, les inégalités restent, juge-t-il, encore trop nombreuses. A ses yeux, il est donc désormais important de faire le point et de tirer les leçons de la crise, notamment en ce qui concerne le système de santé public qui doit «être renforcé» à l'avenir. Un constat qui n'a pas empêché le président du parti de louer le travail du gouvernement, en particulier celui de ses deux confrères Paulette Lenert et Dan Kersch qui ont su, selon lui, faire preuve «d'empathie et d'une patience d'ange».  

Lors de l'année écoulée, le LSAP aurait ainsi veillé à l'équilibre social, contre les politiques «trop libérales» de l'économie, du marché du travail ou encore du logement. Le groupe socialiste a regroupé ses forces pour défendre l'augmentation du salaire minimum et l'équilibre social de la taxe CO2, a rappelé le président du parti. 


Banque - Bank - Place Financière - Finanzplatz - Photo : Pierre Matgé
«Cette année va être très difficile sur la Place»
Dix jours après l'annonce officielle de la perte de sa représentativité sectorielle, le président de l'Aleba monte au créneau pour assurer l'avenir de sa structure. Et indique que plusieurs autres plans sociaux doivent être annoncés dans les semaines à venir.

Dan Kersch s'est quant à lui tourné vers l'avenir, posant les premières bases en vue des prochaines législatives. Le vice-Premier ministre a ainsi promis qu'après la crise, «les cartes seront redistribuées». Un élément indispensable à ses yeux pour éviter «quelques gagnants et beaucoup de perdants». Pour lui, les charges doivent ainsi être réparties équitablement, mais en aucun cas peser sur les seules épaules des jeunes générations, qui ont le plus souffert des nombreuses occasions manquées.

A ces fins, Dan Kersch a demandé l'introduction d'une taxe covid sélective. Plus concrètement, le ministre souhaite voir un allègement fiscal pour le travail et une taxation plus élevée des gains en capital et de la consommation des ressources. «Nous souhaiterions voir une baisse sensible de l'impôt sur les salaires que tout le monde paie, et une imposition plus élevée sur les revenus locatifs, les ventes de biens immobiliers, les gains en actions...», a-t-il par ailleurs suggéré avant d'appeler à des mesures plus radicales en matière de logement. 


Le parquet se mêle de l'affaire «CSV Frëndeskrees»
Peu de temps après l'annonce officielle, par le CSV, de la démission de Frank Engel, les autorités judiciaires indiquent vendredi après-midi qu'une enquête préliminaire a été lancée. Une perquisition au siège de l'asbl a eu lieu vendredi matin.

Dan Kersch s'est également penché sur les polémiques internes au CSV, en particulier du cas Frank Engel. A ses yeux, le parti est en train «d'euthanasier activement son président intérimaire». Déplorant le comportement «politiquement puéril de l'opposition», le vice-Premier ministre assure que ce dernier ne pourra se relever indemne de cette crise. 

Un an avant les prochaines élections, le vice-Premier ministre ne cache par ailleurs pas ses ambitions. «Nous veillerons à ce qu'il y ait une concurrence claire entre les idées et les concepts», souligne-t-il avant d'ajouter que le LSAP ne se présentera pas «pour devenir la deuxième ou troisième force» du pays, mais bien pour «gagner les élections». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pour compenser les coûts engendrés par la crise sanitaire sans devoir réaliser une hausse généralisée des impôts pour les ménages, le vice-Premier ministre socialiste réaffirme sa volonté de voir appliquer une taxation des «gagnants de la crise».
Luxtimes,WI,PK Strategie Verteilung der Covid Schnelltests an Betriebe.Dan Kersch.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Peu de temps après l'annonce officielle, par le CSV, de la démission de Frank Engel, les autorités judiciaires indiquent vendredi après-midi qu'une enquête préliminaire a été lancée. Une perquisition au siège de l'asbl a eu lieu vendredi matin.
Mis au pilori par les propres membres de son parti, le président du CSV a annoncé vendredi qu'il quittait son poste. Il sera remplacé par les deux vice-présidentes Elisabeth Margue et Stéphanie Weydert.
Conséquence directe de la fermeture des restaurants, le développement des offres vouées à déposer les commandes à domicile pose la question du cadre légal pour ce type de service. La crainte d'une «ubérisation» du droit des coursiers se fait jour.
Bicycle courier for the "Deliveroo" delivery service, Roberto Urso (29), on his way to deliver a customer's order in Berlin, Germany, 18 November 2015. PHOTO: GREGOR FISCHER/
Inédite, la décision de Dan Kersch de retirer la représentativité sectorielle de l'Aleba se veut «une application de la loi et certainement pas une décision politique», assure vendredi le ministre du Travail. Car ce dernier redoute déjà les conséquences pour le dialogue social.
IPO. Arbeitsminister Dan Kersch, Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Pour assurer le versement du chômage partiel, de (généreuses) avances ont été versées en début de crise. Et sur les 396 millions de trop-perçu, plus de 1.300 entreprises tardent à rembourser.
Arbeitsminister Dan Kersch - Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort