Changer d'édition

Le LSAP joue la carte du changement
Luxembourg 6 5 min. 18.03.2019

Le LSAP joue la carte du changement

Marc Angel, Simone Asselborn-Bintz,  Elisha Winckel, Joanne Goebbels, Lisa Kersch et Nicolas Schmit.

Le LSAP joue la carte du changement

Marc Angel, Simone Asselborn-Bintz, Elisha Winckel, Joanne Goebbels, Lisa Kersch et Nicolas Schmit.
Photo: Laurent Blum
Luxembourg 6 5 min. 18.03.2019

Le LSAP joue la carte du changement

«Une politique différente pour l'Europe», telle était la devise des socialistes lundi soir, lors de leur congrès européen à Luxembourg.

Les candidats LSAP pour les élections européennes du 26 mai prochain étaient déjà connus: ils ont été officiellement confirmés lundi soir, lors du congrès européen du parti socialiste, qui vient conclure un weekend de présentation d'une grande partie de la classe politique luxembourgeoise.


Qui sont les candidats LSAP aux Européennes?
Les socialistes présentent leurs candidats aux élections européennes qui se tiendront le 26 mai prochain.

Marc Angel, Simone Asselborn-Bintz, Joanne Goebbels, Lisa Kersch, Nicolas Schmit et Elisha Winckel ont ainsi été approuvés à 89,9% par les 198 délégués ayant participé au vote.

La liste LSAP pour les européennes sera dirigée par une double direction: l'ancien ministre des affaires européennes et ministre du travail de longue date, Nicolas Schmit (65 ans), - qui a également renoncé à son mandat de député en faveur de Tess Burton et aspire au poste de commissaire européen -, et Lisa Kersch, étudiante politique de 24 ans.

Premier test pour la nouvelle direction du parti

Le programme électoral du parti pour ces élections européennes, intitulé «Europe. Clair. Autrement» se veut être un manifeste de sept pages à peine. Une Europe plus sociale, plus écologique et plus solidaire y est louée. Une vision partagée par les Verts ou encore le DP ce weekend lors de leurs propres congrès.

«C'est une tentative d'emprunter d'autres voies et c'est surtout le fruit de deux mois de travail pour la nouvelle équipe», a déclaré Franz Fayot, président du LSAP, dans son allocution de bienvenue. «Nous voulons la justice et la solidarité entre ceux qui ont beaucoup et ceux qui n'ont rien et entre les générations».

Pour lui, ces élections sont le premier test pour la nouvelle direction du parti.

L'eurodéputée Mady Delvaux, qui, après un bref discours sur son engagement au Parlement européen, a annoncé qu'elle se retirait de la politique active après plus de 30 ans, a reçu une standing ovation. «L'Europe a besoin de l'engagement constant de chacun d'entre nous - l'Europe ne fonctionne pas toute seule», a-t-elle déclaré à ses successeurs. Le Secrétaire général, Bob Jungen, a ensuite présenté les candidats individuellement.

Réduire les inégalités et lutter contre l'injustice

«Il n'y a pas d'alternative à l'Europe, mais il y a des alternatives à la politique européenne», telle est la devise du LSAP pour ces élections. Pour les socialistes, l'Europe est au cœur d'une crise sociale, écologique et démocratique et exprime un manque de justice. Selon eux, le système économique actuel ne voit qu'à court terme et tient peu compte des gens et encore moins de l'environnement.

Le LSAP vise une Europe juste, innovante, démocratique et pacifique, fondée sur la solidarité et les énergies renouvelables. Des propositions concrètes sont faites sur ces six points:

  • Derrière l'«Europe juste», le LSAP entend proposer un salaire minimum européen calculé sur la base d'un indice national; mettre en place une protection sociale pour tous les travailleurs, en particulier ceux qui travaillent sur des plateformes numériques; une agence européenne pour l'emploi, chargée de veiller au respect du droit du travail et de prévenir le dumping social et la possibilité pour les consommateurs d'engager des actions collectives partout en Europe.
  • Derrière l'«Europe fondée sur la solidarité», les sociales veulent inclure l'introduction d'un «passeport de durabilité de l'UE»,  avec des critères sociaux et écologiques réglementant l'accès des entreprises au marché intérieur de l'UE; un impôt européen sur les sociétés d'au moins 18% et un impôt sur les transactions financières qui favorise la transition écologique et numérique; une meilleure coopération entre les autorités fiscales nationales.
  • Pour ce qui est des énergies renouvelables, ils imaginent l'élaboration d'une stratégie énergétique et climatique pour 2050; l'élaboration de règles budgétaires pour les Etats membres, qui, outre les critères de dette et de déficit, poursuivront des objectifs socio-écologiques contraignants et une politique fiscale qui punit le facteur pollution et allège le facteur travail.
  • Du côté de l'«Europe innovante», le LSAP souhaite un droit européen à la formation et une garantie européenne de l'emploi pour les personnes dont le travail évolue du fait de la numérisation ou de la robotisation; la poursuite du démantèlement du géo-blocage afin de garantir le libre accès aux services en ligne partout en Europe et une coopération européenne efficace sur la cybersécurité.
  • Pour ce qui est du volet démocratique, ce sont des mesures telles que la mise en œuvre du droit accru des citoyens à prendre l'initiative et l'harmonisation du droit électoral de l'UE que les socialistes veulent mettre en place. Egalement, des processus décisionnels plus transparents, notamment au Conseil de l'UE, une protection européenne des dénonciateurs et le renforcement du droit aux conventions collectives ont été posés sur la table.
  • Enfin, derrière le terme «pacifique», le LSAP souhaite que l'unanimité dans les décisions de politique étrangère soit abolie, que tout soit fait pour préserver le Traité FNI et conclure de nouveaux traités de maîtrise des armements dans le but, à long terme, d'abolir les armes nucléaires; que des cadres juridiques soient créés pour traiter des armes autonomes meurtrières, ou interdisent l'émergence d'un nouveau plan d'aide au développement de l'UE, obligeant les États membres à investir 0,7 % de leur PIB dans l'aide au développement; et une réforme des règles de Dublin, répartissant plus équitablement le fardeau de la politique d'asile entre les États membres, grâce à un mécanisme de défense solidaire.

Par Annette Welsch, traduction Sophie Wiessler

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Déi Lénk briguent un siège aux Européennes
Le parti de gauche a présenté sa liste de candidats pour le 26 mai,conduite par David Wagner et Carole Thoma, en vue de se faire une place parmi les six sièges que le Luxembourg occupera au parlement européen.
David Wagner steht ganz oben auf der Kandidatenliste.
L’ADR attaque à tout-va
La tenue, dimanche, du congrès national du parti nationaliste a été non seulement l’occasion de dévoiler les ambitions européennes mais aussi et surtout celle de s’en prendre au gouvernement et au CSV.
ADR Nationalkongress/ Politik/ Useldange/ Am Tremel/ Foto : Caroline Martin
Le DP se veut social, libéral et européen
Lors de son congrès européen qui a eu lieu ce samedi, le parti libéral a confié vouloir se concentrer sur les opportunités et l'avenir de l'Union européenne. L'un des points centraux de son programme est la politique climatique.
IPO , DP Europakongress , Europawahlen 2019 , Centre Culturel Walferdingen , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort