Changer d'édition

Le LSAP en soutien ferme de Carole Dieschbourg
Luxembourg 5 min. 07.10.2019

Le LSAP en soutien ferme de Carole Dieschbourg

Le président du parti Franz Fayot, le président de faction Alex Bodry et le futur chef des députés du LSAP Georges Engel étaient réunis lundi pour commenter l'actualité de cette rentrée politique.

Le LSAP en soutien ferme de Carole Dieschbourg

Le président du parti Franz Fayot, le président de faction Alex Bodry et le futur chef des députés du LSAP Georges Engel étaient réunis lundi pour commenter l'actualité de cette rentrée politique.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 5 min. 07.10.2019

Le LSAP en soutien ferme de Carole Dieschbourg

Annette WELSCH
Annette WELSCH
La réforme fiscale et la conservation du climat et de la nature constituent les dossiers les plus importants de la prochaine session parlementaire, selon le LSAP.

Hausse du salaire minimum, mise en place des jours de congés supplémentaires et nomination de Nicolas Schmit au poste de commissaire européen. Autant d'éléments entrés en vigueur depuis le début de la nouvelle législature qui ravissent Alex Bodry, chef du groupe parlementaire LSAP.

Pourtant, d'autres «dossiers épais» restent au programme de la coalition au cours de cette session parlementaire. Au premier rang desquels se trouvent la réforme fiscale, la loi sur le climat et son plan énergétique et climatique mais aussi la loi sur la descendance et l'adoption sans oublier le texte sur la protection des données.

Le CSV a toujours été un facteur de stabilité, maintenant il est volatil, arbitraire, sans plan et divisé.

Alex Bodry n'a pas hésité à s'en prendre frontalement aux chrétiens-sociaux, le CSV étant présenté comme un parti qui «ne tient plus sa parole». Notamment sur la réforme constitutionnelle, en cours depuis une décennie. Une situation inédite car jusqu'à présent, le consensus dans ce domaine était la règle. «Le CSV a toujours été un facteur de stabilité. Mais aujourd'hui, il est volatil, arbitraire, sans plan et en désaccord - ce qui rend difficile la recherche de compromis», assène le chef de fraction LSAP.

En ce qui concerne l'affaire Traversini, Alex Bodry estime que le député démissionnaire et l'ancien bourgmestre de Differdange avait pris «les seules mesures qui s'imposaient» et que le pouvoir judiciaire doit maintenant «faire son travail». Pour le chef de file LSAP à la Chambre, le CSV devrait demander des sanctions contre la ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg (Déi Gréng), «sinon il se ridiculiserait avec ses accusations».

Retour en force «des règles déontologiques»

Un soutien apporté à la ministre puisque les socialistes affirment n'avoir reçu aucune preuve que Carole Dieschbourg était intervenue auprès de l'administration de la Forêt ou de tout fonctionnaire pour le mettre sous pression. «Nous ne voyons pas d'erreur personnelle de la part de la ministre et nous lui apporterons notre soutien jeudi», affirme Alex Bodry qui entend tout de même tirer certaines leçons.

«Nous devons reparler des règles de déontologie, comme nous l'avons déjà fait dans une résolution parlementaire. Nous avons besoin de règles pour les fonctionnaires et les représentants de la communauté et nous devons porter un regard critique sur nous-mêmes», assure-t-il.

Photo: Gerry Huberty

Sujet très attendu, la future réforme fiscale qui doit aboutir à une réduction de trois à une le nombre de catégories fiscales. Tout en restant neutre par rapport à l'état civil du contribuable et éviter d'éventuels impacts négatifs. Pour ce faire, il sera nécessaire de «prolonger la transition sur une plus longue période ou de travailler avec deux systèmes en parallèle», avance Alex Bodry.

Sans surprise, le principal casse-tête reste la gestion des parents isolés ainsi que  la prise en compte des enfants dans le calcul des impôts des ménages. «Les exonérations fiscales ne devraient pas être privilégiées, parce que ceux qui paient peu d'impôt en bénéficient moins, mais plutôt passer par des crédits d'impôt. Après tout, la politique fiscale constitue toujours une politique sociale et de redistribution», assure le chef de fraction LSAP.

Depuis 1971, toute loi sur la protection des données est restée lettre morte

Autre grand chantier à venir, celui de la politique climatique, présentée comme un «point central de la politique nationale». «Nous avons besoin d'un dosage de politiques, non seulement fiscales, mais aussi d'investissements, en particulier dans les transports publics. Après tout, 60% des émissions de CO2 proviennent de la mobilité», assure Alex Bodry. Mais il y a aussi un besoin de sensibilisation, de subventions et de mesures juridiques, qui doivent toutefois être amorties socialement.

En outre, les réformes sociopolitiques doivent se poursuivre. Comprenez l'ascendance, l'adoption et la tutelle, mais aussi l'accès à la justice, qui ne doit pas être une question d'argent. En ce qui concerne la protection des données, il a déclaré que toute loi sur la protection des données depuis 1971 était restée «lettre morte». «Je ne veux pas savoir combien de bases de données sont non autorisées et connectées. Il y a une responsabilité collective à cet égard et il y a des questions non seulement avec la police et la justice, mais avec toutes les autorités.»

Il n'y a tout simplement pas de culture de la protection des données. Il est maintenant nécessaire d'écrire de nouveaux textes plus précis en termes d'accès et d'archivage et qui «n'accablent pas désespérément les responsables de la protection des données lors de la mise en œuvre».


Sur le même sujet

Le CSV doute de la parole de Carole Dieschbourg
Le parti d'opposition reproche notamment à la ministre de l'Environnement Déi Gréng d'avoir accordé un régime de faveur dans le traitement réservé aux demandes de Roberto Traversini. L'ancien bourgmestre de Differdange avait demandé (et obtenu) des autorisations à rebours d'un chantier litigieux.
IPO,CdP, CSV Martine Hansen & Claude Wiseler.Affaire Gardenhäischen Traversini. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort.
Déi Gréng retrouve le sourire... un temps
A 97%, les membres du parti écologiste ont donné leur feu vert jeudi soir à la nomination d'Henri Kox comme nouveau ministre du Logement. Un soutien massif à l'heure où la fraction vit des heures difficiles.
IPO , Tramsschapp , Kongress Dei Greng , Wechsel in der Regierung , Kox  Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le LSAP se satisfait du début de législature
Le groupe socialiste a fait le point sur la première année parlementaire de la législature. Le chef de fraction, Alex Bodry, n'a pas caché sa joie de voir nombre d'idées du LSAP devenir réalité.
LSAP Pressekonferenz Bilan parlementaire 2019. Marc Angel, Tess Burton, Franz Fayot, Alex Bodry, Dan Biancalana, Yves Cruchten, Lydia Mutsch, Mars Di Bartolomeo, Georges Engel und Parlamentarische Sekretärin Brigitte Chillon (v.l.n.r.). (Foto: Alain Piron)