Changer d'édition

Le loup de retour en province de Luxembourg
Luxembourg 2 min. 08.03.2019

Le loup de retour en province de Luxembourg

Les résultats des analyses effectuées sur les moutons de Stijn Vandyck seront connus dans six mois.

Le loup de retour en province de Luxembourg

Les résultats des analyses effectuées sur les moutons de Stijn Vandyck seront connus dans six mois.
Photo: Nadia Lallemant
Luxembourg 2 min. 08.03.2019

Le loup de retour en province de Luxembourg

Un éleveur a officiellement introduit une demande de protection de son cheptel au ministre de l'Agriculture wallon. Un geste qui intervient après une nouvelle attaque attribuée à l'animal.

Par Nadia LALLEMANT, correspondante en province de Luxembourg

Le loup est bel et bien de retour en Wallonie. En février, des photos prises par Roger Herman, membre du collectif Réseau Loup, attestaient de sa présence dans les Hautes Fagnes. Une nouvelle attaque de moutons, à La Roche-en-Ardenne, donne à penser qu’il est présent également en province de Luxembourg. 

Les moutons de Stijn Vandyck, éleveur à Regné (Vielsalm), en auraient une nouvelle fois été la cible. «Lundi après-midi, un villageois m’a prévenu par téléphone que mes moutons étaient sortis de l’enclos à La Roche-en-Ardenne », explique-t-il. « Il y en avait 40 à cet endroit. Lorsque je suis arrivé sur place, j’ai tout de suite pensé à une attaque de loup. Une brebis avait été tuée, trois autres étaient blessées. Il manquait environ 15 kg de viande à la carcasse découverte sur le sol. Les brebis blessées présentaient de profondes morsures au niveau de l’abdomen.» 

Six mois d'attente

Il rappelle qu’en 2016, son cheptel a été attaqué trois fois, et que deux ans plus tard, il a reçu la confirmation qu’il s’agissait bien d’un loup. «A l’époque de la première attaque, le Réseau Loup n’existait pas encore », se souvient-il. « En 2018, le réseau m’a confirmé que mes moutons avaient bel et bien été attaqués par un loup. En effet, l’ADN prélevé sur mes ovins était semblable à celui du loup aperçu dans les Hautes Fagnes et dont les déjections avaient été analysées. » 

Lundi, des agents du Département Nature et Forêts et du Département de l’Étude du Milieu Naturel et Agricole (DEMNA) se sont rendus à La Roche-en-Ardenne. Les échantillons prélevés ont été envoyés à l’analyse. « En Wallonie, il faut attendre six mois avant d’avoir les résultats des analyses ADN alors qu’en Flandre, elles sont réalisées en deux semaines », déplore l’éleveur.  «Le Réseau Loup devrait collaborer avec "Welkom Wolf" afin de mutualiser les moyens. »

Demande de conseils

Inquiet, Stijn Vandyck a écrit au ministre wallon de l’agriculture, de la nature et de la forêt, René Collin. Il souhaite le rencontrer. «Mon cheptel de 350 moutons est réparti sur une dizaine de parcelles. Je vis dans un stress permanent car il est difficile de les surveiller tous. J’ai écrit au ministre d’une part pour être indemnisé, d’autre part pour qu’il m’aide à protéger mes moutons. »

 L’éleveur précise qu’il n’est pas opposé au retour du loup mais qu’il souhaite être conseillé pour pouvoir y faire face


Sur le même sujet

Le loup aperçu en Belgique
C'est dans les Hautes-Fagnes, une région wallonne à l'est de la Belgique, que le loup a été photographié il y a quelques jours. De très beaux clichés révélés jeudi soir par le ministre wallon de l'Agriculture.
Le loup à nouveau repéré au Luxembourg
Après avoir laissé ses traces l'an passé au Luxembourg - pour la première fois depuis 124 ans - le loup serait de retour au Grand-Duché. De nouveaux indices viennent d'être trouvés dans le secteur de Koerich-Simmern, dans l'ouest du pays.
Timber Wolf extreme closeup on black background, Canada
Pas loin de 500 loups en France
Réapparu il y a moins de 30 ans en France et régulièrement présent dans une zone entre Vosges et Meurthe-et-Moselle, le loup continue à étendre son territoire et devrait dépasser les 500 individus cet hiver. Un seuil critique pour la viabilité de cette espèce protégée mais redoutée d'une partie des éleveurs.
Le loup est de plus en plus présent dans les régions alpines et provençales en France. Il explore aussi des territoires moins familiers, comme l'Occitanie (Aude, Aveyron, Gard, Lozère) et des communes constatent une présence régulière du loup dans une zone entre Vosges et Meurthe-et-Moselle.