Changer d'édition

Le logement abordable pourrait l'être de moins en moins
Luxembourg 3 min. 07.06.2021

Le logement abordable pourrait l'être de moins en moins

Le logement abordable pourrait l'être de moins en moins

Photo: Anouk Antony
Luxembourg 3 min. 07.06.2021

Le logement abordable pourrait l'être de moins en moins

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Comme l'ensemble des acteurs de la construction au Luxembourg, la SNHBM et le Fonds du logement se voient contraints de s'adapter à la pénurie et à la hausse de prix des matériaux de construction. Avec pour conséquence directe une hausse potentielle des prix de vente et des délais de livraison.

Si, pour l'heure, la pénurie de matériaux de construction n'impacte que les entreprises du secteur, l'effet domino devrait prochainement atteindre les particuliers. Notamment ceux ayant entamé des démarches auprès du Fonds du logement et de la Snhbm, pour la simple et bonne raison que les deux principaux promoteurs publics proposent des devis sur base d'une équation relativement simple. 


(FILES) This file photo taken on April 27, 2021 shows a worker sweeping inside a still-under-construction replica of the Titanic ship in Daying County in China's southwest Sichuan province. - The ill-fated Titanic which sank over a hundred years ago is being resurrected as the centrepiece of a theme park in southwest China, where tourists can splash out for a night on the true-to-size vessel. (Photo by NOEL CELIS / AFP) / TO GO WITH China-society-tourism-Titanic,FOCUS by Noel Celis and Qian Ye
Faute de ravitaillement, le bâtiment tire la langue
Onze entreprises luxembourgeoises du secteur de la construction admises au chômage partiel alors que les carnets de commande sont pleins : voilà la réalité d'un secteur dynamique mais terriblement fragilisé par la crise des matières premières.

A savoir que le prix de vente correspond aux coûts de construction plus une marge destinée à financer les frais de fonctionnement des établissements publics. Si le premier élément est amené à évoluer, «bien évidemment nous devrons augmenter nos prix», indique Guy Entringer, directeur de la Snhbm, qui précise que cette hausse potentielle ne pourra être réalisée «que sur les contrats qui n'ont pas été signés». En clair, les futurs propriétaires de biens réalisés pour le compte de l'Etat et dont la construction a été entamée ne devront pas débourser davantage. 

En revanche, ces derniers doivent s'attendre à ce que le délai de livraison annoncé ne soit pas forcément respecté. «A ce stade, il est impossible d'avancer une estimation du retard potentiel», assure de son côté Dirk Kintzinger, directeur adjoint du Fonds du logement, qui se veut prudent en précisant n'avoir «que des échos de la part de nos fournisseurs qui indiquent qu'ils pourraient ne pas être en capacité d'achever les travaux en temps et en heure». Le principal point d'interrogation porte donc sur la valeur des futurs biens vendus par les deux promoteurs publics qui se basent «sur les derniers prix disponibles» pour réaliser leurs devis. 

Et la tendance à la hausse s'observe d'ores et déjà puisqu'un chantier de 32 appartements planifiés par la Snhbm à Belvaux a vu son prix subventionné au mètre carré augmenter «de plus de 200 euros», indique Guy Entringer. Si ce dernier assure que cette revalorisation «est liée à plusieurs raisons», dont notamment la flambée des prix des matériaux, le phénomène pourrait se généraliser en cas de maintien des tensions actuelles sur le marché de la construction. Une hypothèse jugée crédible par la Chambre des métiers qui table sur un statu quo jusqu'à la fin de l'année.


Lokales, Pariser Platz, place de Paris, Baumpflanzaktion, Bäume werden gepflanzt, Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Un manque de matériaux attendu «jusqu'en fin d'année»
Conséquence de la pandémie et de la forte demande aux Etats-Unis et en Chine, la crise actuelle des matières premières pourrait ne pas s'estomper avant plusieurs mois, à en croire la Chambre des métiers. Avec d'importantes conséquences sur l'ensemble des acteurs du pays.

«Si tel était le cas, nous devrions changer certains de nos projets, que ce soit pour certains éléments, voire pour certains concepts pour nous adapter», assure Dirk Kintzinger. Autrement dit, pallier le manque d'acier nécessaire pour les constructions en béton armé par le bois par exemple. Sauf que ces deux éléments, au même titre que les matériaux d'isolation ou les éléments en polypropylène utilisés pour la tuyauterie, sont en passe de devenir des éléments rares. «Ce qui va nous obliger à accepter certains compromis qui, en temps normal serait des no-go absolus, en fonction des matériaux disponibles pour faire avancer nos chantiers», avance Guy Entringer qui précise «que cela ne se fera jamais au détriment de la qualité vendue à nos clients».

A noter que le marché privé, lui, ne devrait être, en théorie, que peu impacté par la hausse des prix de la construction. Et ce, pour la simple et bonne raison que ce dernier ne représente qu'une partie réduite du prix de vente, la plus grande partie étant liée à la valeur du terrain et à la marge du promoteur. Un acteur qui cherchera toujours à vendre au plus offrant. Pour mémoire, en 2020, les prix de l'immobilier ont augmenté de 14,5% sur un an, contre une hausse de 3,7% sur la même période en 2011.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Entre octobre 2020 et avril 2021, l'indice des prix de la construction a augmenté de 4,3%, soit «la plus forte évolution semestrielle» observée depuis avril 1992, indique le Statec ce mercredi. En cause: la pénurie de matériaux.
Bauarbeiter, Neubau, Arbeiter, Chantier, Ouvriers, Foto Lex Kleren
Conséquence de la pandémie et de la forte demande aux Etats-Unis et en Chine, la crise actuelle des matières premières pourrait ne pas s'estomper avant plusieurs mois, à en croire la Chambre des métiers. Avec d'importantes conséquences sur l'ensemble des acteurs du pays.
Lokales, Pariser Platz, place de Paris, Baumpflanzaktion, Bäume werden gepflanzt, Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Avec une hausse de 14,5% du prix des logements en 2020, le Luxembourg poursuit sa progression à deux chiffres dans l'immobilier, entamée depuis 2018. Visible ailleurs en Europe, ce phénomène prend toutefois une ampleur spécifique au Grand-Duché et pourrait impacter l'attractivité du pays.
Bauen in Luxemburg, Bauboom,Immobilien,Baustellen,Place Guillaume. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort