Changer d'édition

Le LNS suit le virus pas à pas
Luxembourg 17.12.2020 Cet article est archivé

Le LNS suit le virus pas à pas

Le Laboratoire national de santé réussit désormais à séquencer près de 300 échantillons covid par semaine.

Le LNS suit le virus pas à pas

Le Laboratoire national de santé réussit désormais à séquencer près de 300 échantillons covid par semaine.
AFP
Luxembourg 17.12.2020 Cet article est archivé

Le LNS suit le virus pas à pas

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le Laboratoire national de santé a réussi à déterminer la diffusion géographique des trois souches du coronavirus circulant actuellement au Luxembourg. Et dans la plupart des cas, le virus est déjà passé par le Royaume-Uni

Depuis début octobre, les équipes du Laboratoire national de santé en charge d'étudier le Sars-Cov-2 sont passées à la vitesse supérieure dans leurs travaux. Si, depuis début février, le département de microbiologie a séquencé 2.550 échantillons positifs au covid, près de 1.800 ont pu être ajoutés au pool de séquençage ces six dernières semaines. Aucun doute : la méthode développée à Dudelange par le LNS progresse.


A staff member from the Israeli Sheba Medical Center shows a reagent of rapid test for the coronavirus at the Herzliya Hebrew Gymnasium Hight School in the coastal city of Tel Aviv on November 8, 2020, as part of a special program that could enable students to return to school faster than planned. - The program that was launched today, involves as a first step, the screening of students and staff members with a serological test, in search for antibodies. 
After that, they will be screened three times per week using a rapid antigen test to determine if they are positive for coronavirus. (Photo by JACK GUEZ / AFP)
Le LNS met son nez dans les tests rapides
Le Luxembourg a commandé 900.000 kits de dépistage antigénique du covid. Mais les évaluations du Laboratoire national de santé (LNS) sur ce type d'accessoires invitent à la prudence sur l'exploitation des résultats.

Et tout ce travail a notamment pour finalité «d'identifier les lignées des virus circulant au Luxembourg mais aussi leur évolution dans le temps comme indicateur du succès des mesures de lutte», indique le Dr Abdelrahman, chef du département de microbiologie. Tout comme les analyses permettent de détecter l'apparition de nouvelles souches virales en provenance d'autres zones géographiques. 

Déjà, le LNS a pu déterminer un changement dans la circulation des variantes entre les deux vagues de covid-19 signalées au Luxembourg. Et le Dr Wienecke-Baldacchino, responsable bio-informatique, de préciser que trois souches sévissent principalement dans le pays. Des lignées parfaitement identifiées et localisables au Grand-Duché, mais dont des échanges entre scientifiques ont permis de retrouver la trace par ailleurs en Europe.

Ainsi, la lignée la plus courante (33% des échantillons) concerne aujourd'hui un ensemble de pays allant du Royaume-Uni, la Belgique, la France et l'Allemagne. Vient ensuite la lignée néerlandaise, dans 26% des cas. Un cas positif sur cinq, par contre, provient d'une lignée apparue au début de l'été dernier, vraisemblablement originaire d'Espagne.

Sans doute par l'effet des brassages de populations durant les vacances, celle-ci s'est très largement répandue sur le continent et sévit encore actuellement au Luxembourg et dans les Etats voisins.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le dernier rapport du Laboratoire national de santé confirme la progression de la souche B.1.1.7 au Luxembourg. Elle a doublé en importance en une semaine, selon le séquençage de la dernière semaine de janvier.
ARCHIV - 01.02.2021, Rheinland-Pfalz, Ingelheim: Kunststoffröhrchen mit Corona-Abstrichen stehen nach dem PCR-Test im Großlabor von Bioscientia. (zu dpa «Ein Risiko für Lockerungen: «Große Sorgen» wegen Corona-Varianten») Foto: Andreas Arnold/dpa +++ dpa-Bildfunk +++