Changer d'édition

Le Limpertsberg tient sa première piste pour vélos
Luxembourg 2 min. 26.02.2020

Le Limpertsberg tient sa première piste pour vélos

La piste vélo avalisée par le conseil communal en ce début de semaine ira du nord au sud du Limpertsberg et permettra à ses riverains de traverser des zones engorgées aux heures de pointe.

Le Limpertsberg tient sa première piste pour vélos

La piste vélo avalisée par le conseil communal en ce début de semaine ira du nord au sud du Limpertsberg et permettra à ses riverains de traverser des zones engorgées aux heures de pointe.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 2 min. 26.02.2020

Le Limpertsberg tient sa première piste pour vélos

Maurice FICK
Maurice FICK
Bien qu'il se prête topographiquement au trafic des deux-roues, le quartier résidentiel n'a toujours pas de piste cyclable digne de ce nom. Mais ça va changer. Le conseil communal vient d'avaliser le tracé un peu sinueux qui traversera tout le quartier, du nord au sud. Le voici.

La mobilité douce sur deux roues, déjà testée en pointillés par le passé, arrive enfin en trait plein au Limpertsberg. Les riverains du quartier résidentiel densément construit et peuplé de 11.000 habitants (ce qui en fait le 4e le plus habité) vont pouvoir, à leur tour, se rendre au travail, au centre-ville ou à la gare, via une piste dédiée. Elle slalomera à travers tout le quartier en passant par ses deux axes principaux. 

«L'itinéraire démarrera au square Edouard André, au nord de l'avenue Victor Hugo, pour rejoindre l'avenue Pasteur via la rue Antoine Zinnen et la rue Henri VII, devant le Lycée des garçons. Les cyclistes pourront ensuite rejoindre en ligne droite l'allée Scheffer», résume Robert Roth, secrétaire du  «Lampertsbierger Syndicat». 

Plan: Lampertsbierger Syndicat

«Cela fait des années que nous militons pour la création d'une piste au Limpertsberg. Raison pour laquelle, il nous importe qu'elle soit réalisée au plus vite désormais», s'impatiente le président de l'asbl, Romain Diederich dans les colonnes du Luxemburger Wort. L'idée est de créer au plus vite la dynamique vélo dans le quartier via la piste, «seule voie pour apaiser le trafic automobile d'un côté et pour fournir aux cyclistes intéressés un moyen de regagner leur lieu de travail dans un temps acceptable».


Une passerelle pour l'avenir du Limpertsberg
Lundi soir, le «Lampertsbierger Syndicat» a dévoilé une idée destinée à relier le quartier au Bambësch et qui favoriserait la mobilité douce. Un projet dont la réalisation coûterait 6,1 millions d'euros.

Voilà douze ans que les riverains sont engagés dans ce combat pour développer la mobilité douce. Autant dire que l'approbation du règlement de la circulation créant la piste cyclable Victor Hugo/Pasteur par le conseil communal, était très attendue. Tant la situation est dangereuse pour ceux qui ont le courage de s'y déplacer à vélo: «Les cyclistes doivent se frayer un chemin entre les voitures et les bus», sait trop bien Romain Diederich.

Les critiques des opposants politiques émises au conseil sur la sinuosité du tracé n'ont pas refroidi Patrick Goldschmidt (DP), échevin en charge de la mobilité qui avoue être «conscient que ce n'est pas la solution parfaite». 

Plan: Lampertsbierger Syndicat

Le syndical planche depuis plusieurs années sur une autre idée de piste cyclable pour favoriser les déplacements à vélo. C'est le projet de la «Westpist», un chemin cyclo-pédestre qui permettrait d'échapper au trafic routier en passant par un ensemble d'espaces naturels dont le parc Tony Neumann. 

Aussi bien utilisable pour aller au travail que pour prendre un bon bol d'air, le tracé longe toute la périphérie ouest du Limpertsberg. A partir du Glacis, le cycliste longe le cimetière Notre-Dame sur le côté Rollingergrund, via la rue Nic Ries, le parc Neuman, le campus de l'Université, la rue Siggy et la rue de l'Avenir.

La passerelle imaginée pour favoriser la mobilité douce et présentée mai 2019, ne prendra tout son sens qu'à partir du moment où elle sera raccordée aux deux pistes cyclables que préconise l'asbl. Le premier jalon est posé.

Crédit: InCA Ingénieurs Conseils



Sur le même sujet

La capitale toujours bien en selle
Avec ses quelque 170 km de pistes cyclables, ses pompes à vélo en libre-service ou ses espaces de stationnement, la Ville de Luxembourg joue la carte de la mobilité douce. Un élément qu'elle a souhaité remettre en avant, mercredi, lors de son traditionnel «city breakfast».
Inauguration de la passerelle pour cyclistes et piétons au ban de Gasperich  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Les nouvelles pistes cyclables en salle d'attente
Plusieurs municipalités, en Europe comme de l'autre côté de l’Atlantique, ont profité du virus pour accélérer la mise en place d'infrastructures dédiées à la mobilité douce. Si le Luxembourg prône habituellement les alternatives à la voiture, le silence semble toutefois de mise au sein du gouvernement. Du moins, pour le moment.
Radweg Kirchberg, Verkehr, Mobilität, Transport, fahrrad, Mobilité, piste cylable,  Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le nouveau visage du Rollingergrund se dessine
La dernière partie du site de l'ancienne usine Villeroy & Boch vient d'être vendue. A charge maintenant pour le consortium ICN Development, BesixRED et Tralux Immobilier d'assurer le développement de ce secteur.
Lokales - Baustelle Villeroy & Boch, Rollingergrund  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Une passerelle pour l'avenir du Limpertsberg
Lundi soir, le «Lampertsbierger Syndicat» a dévoilé une idée destinée à relier le quartier au Bambësch et qui favoriserait la mobilité douce. Un projet dont la réalisation coûterait 6,1 millions d'euros.