Changer d'édition

Le leasing automobile tousse face aux nouvelles normes
Luxembourg 4 min. 22.01.2020

Le leasing automobile tousse face aux nouvelles normes

Gerry Wagner regrette le «coup de massue» du gouvernement.

Le leasing automobile tousse face aux nouvelles normes

Gerry Wagner regrette le «coup de massue» du gouvernement.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 4 min. 22.01.2020

Le leasing automobile tousse face aux nouvelles normes

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
A compter du 1er mars, de nouveaux critères de mesure de pollution s'appliqueront aux véhicules immatriculés au Luxembourg. De quoi faire fondre l'avantage fiscal lié à l'attribution d'une voiture de fonction dans de nombreuses sociétés.

Au Grand-Duché, près de 120.000 voitures de service ou de fonction sont en circulation. Un chiffre impressionnant dû, notamment, à l'ancien avantage en nature accordé par ce biais aux entreprises et à leur salarié. Mais en appliquant un nouveau mode de calcul des émissions de polluants, le système perd de son intérêt. Président de Mobiz, rassemblant les principaux acteurs du leasing opérationnel, Gerry Wagner s'en inquiète.

L'Autofestival qui démarre ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices pour les acteurs du leasing opérationnel.

Gerry Wagner: «Clairement, non. Alors que les conditions d'achat proposées seront toujours aussi alléchantes, je suis curieux de voir comment vont se comporter les acheteurs. Habituellement, ce sont près de 30% des ventes annuelles qui sont effectuées durant cette période de promotion. Mais là, je croise les doigts pour que 2020 soit une 56ème édition non catastrophique. Je dis cela sérieusement car l'application des nouvelles normes de pollution WLTP pour tous les véhicules immatriculés après le premier trimestre de cette année peut avoir un impact incroyable pour l'ensemble des professionnels liés au secteur de l'automobile, donc les enseignes de leasing comprises.»

En quoi cette norme WLTP va-t-elle affecter votre activité de fournisseur de voitures de fonction?

La nouvelle grille d'évaluation des véhicules est plus sévère. Mais, en parallèle, toute la fiscalité en lien avec cette classification aurait dû être revue. Mais ni le ministre de la Mobilité, François Bausch (Déi Gréng), ni celui des Finances Pierre Gramegna (DP) n'ont entendu notre appel. Résultat, demain, l'avantage fiscal qui rendait attractive l'offre de leasing va être considérablement réduit. 


«Consterné» et «choqué» par les critiques émises par la HOA, François Bausch parle de «cadeau ministériel»
Le «cadeau ministériel» de Bausch au secteur automobile
«Consterné» et «choqué» par les critiques émises par la House of Automobile sur la mise en œuvre des nouvelles normes de pollution, le ministre de la Mobilité contre-attaque et justifie sa décision qui entrera en vigueur le 1er mars.

La norme réévaluant la notation des véhicules à la hausse entraînera un taux d'imposition lui aussi à la hausse. Et ce sera pareil pour la taxe de circulation. On parle là d'une augmentation de 38% de la valeur CO2 qui s'appliquera à plus de 30.000 véhicules. »

Du coup, Mobiz et le secteur plaident donc pour un ajustement de cette fiscalité?

Exact. Il faut mettre en place une correction fiscale de transition. Ces dernières années, les sociétés de leasing et les entreprises clientes ont fait de gros efforts pour disposer d'une flotte «plus verte». Un effort supérieur à celui des particuliers. En 2015 encore, à peine 20% des véhicules de fonction en circulation entraient dans la catégorie basse émission 50-99 gr. En 2018, cela représentait 50% des immatriculations dans notre branche d'activité. Nous avions intérêt à suivre cette tendance green et étions incités à le faire.

Aujourd'hui, le coup de massue est d'autant plus difficile à assumer que la flotte des opérateurs de leasing est certainement plus propre que l'ensemble des véhicules des particuliers. Nous remplaçons, en moyenne, chaque voiture au bout de trois ans. Ce qui fait que notre parc dispose toujours des motorisations les plus efficientes.» 

Vous évoquez souvent un autre mode de taxation des véhicules de société…

Pourquoi ne pas partir sur une imposition basée sur l'utilisation de la voiture de fonction et non juste sa possession? Il faudrait une «gamification» de cette fiscalité particulière avec des bonus venant alléger le poids de l'impôt. Si le conducteur joue le jeu en choisissant un moteur peu polluant, pratique le covoiturage, mixe voiture et transports en commun ou modes alternatifs (vélo, trottinette, etc) pour ses déplacements quotidiens, se recharge sur les bornes électriques ou que la société mise sur l'autopartage, il verrait s'alléger son taux d'imposition. Je crains que si rien ne change, si les ministres n'accordent pas une mesure transitoire, le secteur va droit dans le mur.»

Quel est le risque?

«Les salariés refuseront la voiture proposée par leur employeur, pour une rémunération supérieure. Ils achèteront eux-mêmes leur véhicule, pas forcément au Luxembourg. Le changeront moins souvent, n'auront pas un entretien aussi fréquent qu'en leasing, ne feront pas obligatoirement leur vidange ou changer leurs pneus par un professionnel du Grand-Duché, ne souscriront pas une assurance nécessairement ici. Bref, au-delà de la dizaine de firmes spécialisées dans le leasing opérationnel et leurs 260 salariés, la House of Automobile estime qu'un millier d'emplois seraient menacés en contrecoup de la nouvelle norme pollution.


Les nouveaux véhicules luxembourgeois sont plus polluants que la moyenne européenne.
Le secteur automobile fête un nouveau record
Plus de 55.000 nouveaux véhicules ont été enregistrés au Luxembourg en 2019. Soit quatre pourcents de plus que l'année précédente, confirmant la bonne santé du marché grand-ducal.

Moins de ventes donc moins de vendeurs dans les concessions, moins de personnels dans les garages, moins de chiffres d'affaires pour les équipementiers, etc. Sans même parler de la réduction de l’empreinte carbone du parc roulant qui n'aurait pas lieu au final.

J'ai donc du mal à comprendre l'empressement du gouvernement à appliquer les normes, et à repousser à 2021 la prochaine grande réforme fiscale pour tout autre changement.»


Sur le même sujet

Les voitures font surchauffer les portefeuilles
La part des dépenses des ménages affectée au transport poursuit sa hausse des trois dernières années, selon une étude d'Eurostat publiée mercredi. La gratuité des transports et la hausse des accises pourraient faire évoluer la donne.
AUTOFESTIVAL 2019: Citroen, Etoile Garage, foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Le secteur automobile fête un nouveau record
Plus de 55.000 nouveaux véhicules ont été enregistrés au Luxembourg en 2019. Soit quatre pourcents de plus que l'année précédente, confirmant la bonne santé du marché grand-ducal.
Les nouveaux véhicules luxembourgeois sont plus polluants que la moyenne européenne.
Le «cadeau ministériel» de Bausch au secteur automobile
«Consterné» et «choqué» par les critiques émises par la House of Automobile sur la mise en œuvre des nouvelles normes de pollution, le ministre de la Mobilité contre-attaque et justifie sa décision qui entrera en vigueur le 1er mars.
«Consterné» et «choqué» par les critiques émises par la HOA, François Bausch parle de «cadeau ministériel»
Le secteur automobile dénonce une injustice
A moins de six semaines de l’Autofestival, la mise en œuvre par le gouvernement des nouvelles normes de pollution préoccupe fortement la House of Automobile. Selon elle, un même véhicule subira un traitement fiscal différent en fonction de sa date d’immatriculation.
Le parc automobile «branché» comme jamais
Les frémissements de l'ère électrique se font ressentir sur le marché automobile. En neuf mois, 2,5 fois plus de voitures électriques ont été immatriculées au Luxembourg qu'un an auparavant. Prime incitative, achat plus propre, offre élargie... le phénomène s'explique.