Changer d'édition

Le LCGB réclame une meilleure égalité des genres
Luxembourg 2 min. 07.03.2022 Cet article est archivé
Droits des femmes

Le LCGB réclame une meilleure égalité des genres

En ce qui concerne le recours au travail à temps partiel des femmes, le Luxembourg se classe uniquement en 15e place au sein de l’Union européenne.
Droits des femmes

Le LCGB réclame une meilleure égalité des genres

En ce qui concerne le recours au travail à temps partiel des femmes, le Luxembourg se classe uniquement en 15e place au sein de l’Union européenne.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 2 min. 07.03.2022 Cet article est archivé
Droits des femmes

Le LCGB réclame une meilleure égalité des genres

Le 8 mars marque la journée internationale des droits des femmes, l'occasion pour le LCGB de réclamer davantage d'égalité.

Alors que le Luxembourg se classe plutôt bon élève au niveau de l’égalité des salaires entre femmes et hommes avec un écart de 1,4 % contre une moyenne de 14,4 % au niveau de l’Union européenne, le LCGB estime que des mesures supplémentaires doivent être prises pour une meilleure conciliation entre vie professionnelle et familiale.


«Depuis #MeToo, on est en train de crever un abcès géant»
Avec 206.000 abonnés sur Instagram, le compte «Préparez-vous pour la bagarre» de Rose Lamy est l’un des plus connus de la sphère francophone. Rencontre avec celle qui a fait de la lutte contre le sexisme son combat.

Il ressort du global Gender Gap Report de 2021, publié par le Forum économique mondial, qu’il faudra attendre encore plus d’une génération supplémentaire pour atteindre une égalité des genres. Au Luxembourg, les plus grands problèmes persistent en matière de recours au travail à temps partiel et les droits de pension. La monoparentalité reste également un phénomène largement féminin avec 82,7 % des ménages monoparentaux. Ces derniers ont d’ailleurs le risque de pauvreté le plus important au Luxembourg, notamment à cause de nombreuses situations de travail partiel involontaire.

Les femmes représentent 38% des salariés

En ce qui concerne le recours au travail à temps partiel des femmes, le Luxembourg se classe uniquement en 15e place au sein de l’Union européenne. D’après les derniers chiffres du STATEC, 36 % des femmes occupent des postes à temps partiel contre seulement 6 % des hommes. Avec un temps de travail mensuel d’environ 25 heures en moins par rapport aux hommes, le Luxembourg se doit de faire des efforts pour lutter contre la sous-représentation des femmes sur le marché de travail. En effet, les femmes représentent seulement 38 % des salariés au Luxembourg. Parmi l’ensemble des femmes et des hommes, 6 % des femmes occupent un poste de direction ou de cadre contre 11 % pour les hommes.


ACHTUNG: SPERRFRIST 7. MÄRZ 11:00 UHR. ACHTUNG: BITTE BEACHTEN SIE DIE SPERRFRIST: 07.03.2022 UM 11:00 UHR !! - ARCHIV - 13.07.2021, Berlin: ILLUSTRATION - Eine Frau steht in ihrer Wohnung an einem Fenster. (gestellte Szene - zu dpa: «Die Corona-Pandemie macht Frauen unglücklicher als Männer») Foto: Fabian Sommer/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La pandémie a détérioré les conditions de vie des femmes
Selon une enquête de l'ONU Femmes publié en novembre 2021, quelque 45% de ces femmes dans 13 pays étudiés disent avoir été victimes, ou connaître une femme, qui a été victime de violences depuis le début de la pandémie.

Alors que la dernière réforme du congé parental visait à garantir aux parents une meilleure conciliation entre vie familiale et vie professionnelle, le recours volontaire au temps partiel des femmes reste largement justifié pour des raisons familiales, soit l’éducation des enfants ou les soins d’un adulte dépendant. Ce choix n’est pourtant pas sans conséquences puisque le retour à un travail à temps plein reste compliqué ce qui se répercutera en fin de carrière sur les droits et indemnités de pension.

Une participation égale

Pour le LCGB, on ne doit pourtant plus attendre et il est plus que temps d’agir en la matière avec des actions ciblées afin que les mœurs s’adaptent à la réalité. Afin d’atteindre une participation égale des genres sur le marché du travail et un meilleur partage au niveau des tâches quotidiennes de la vie entre les femmes et les hommes, le LCGB revendique l’introduction du droit au temps partiel avec un droit de retour au travail à temps plein. Le LCGB demande en outre le développement d’un plan national de sensibilisation.

En effet, une meilleure sensibilisation des citoyens au sujet des inégalités toujours existantes s’impose et le gouvernement se doit d’en fixer les moyens. Pour le LCGB, la sensibilisation doit se faire dès le jeune âge, au niveau de la formation scolaire ainsi que tout au long de la carrière professionnelle afin de mettre un terme au niveau des inégalités persistantes entre femmes et hommes. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La confiance des Luxembourgeois dans l'Union européenne n'a pas entièrement résisté à la pandémie. Ainsi, quatre résidents sur dix conservent une image positive de l'UE, tandis que 41% se disent pessimistes face à l'avenir.
La plate-forme JIF (Journée internationale des Femmes) se dit choquée ce lundi que la manifestation pour le droit des femmes le 8 mars doit se tenir dans le périmètre attribué aux manifestations anti-covid.
Juste après avoir reçu un vaccin contre le covid-19, le cycle menstruel des femmes, soit la période séparant le premier jour de deux règles, est rallongé de moins d'une journée en moyenne.
A l'occasion de la journée internationale pour les droits des femmes, retour sur les avancées réalisées au Luxembourg et les progrès qu'il lui reste à faire face à ses voisins de la Grande Région.