Changer d'édition

Le LCGB plus que méfiant face au CovidCheck
Luxembourg 3 min. 12.10.2021
Contrôle covid

Le LCGB plus que méfiant face au CovidCheck

Patrick Dury ne veut pas que les salariés présentant un CovidCheck invalide soit sanctionnés par leur employeur.
Contrôle covid

Le LCGB plus que méfiant face au CovidCheck

Patrick Dury ne veut pas que les salariés présentant un CovidCheck invalide soit sanctionnés par leur employeur.
Photo : Gerry Huberty
Luxembourg 3 min. 12.10.2021
Contrôle covid

Le LCGB plus que méfiant face au CovidCheck

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'arrivée souhaitée d'un contrôle de la situation covid des salariés du Luxembourg fait grincer le syndicat. Son président Patrick Dury craint que cette surveillance à la porte des bureaux et des usines ne détériore le climat social.

Un par un, les syndicats luxembourgeois font savoir le peu de bien qu'ils pensent de l'introduction du CovidCheck au secteur professionnel. La CGFP a ouvert le bal pour la fonction publique, et voilà le LCGB qui lui emboîte le pas ce mardi. Car si le gouvernement a signifié son intention d'offrir la possibilité aux employeurs de contrôler le statut ''TGV'' de leurs employés (testés, guéris ou vaccinés), l'organisation de Patrick Dury voit se pointer un élément de «détérioration des conditions de travail ou salariales de la main-d’œuvre luxembourgeoise».


Lokales, Politik,  Corona Virus Covid-19, Large Scale  Testing, Corona Test, Teststation Hollerich, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Les tests PCR resteront gratuits pour certains
Alors que la nouvelle version de la loi covid, en vigueur depuis le 15 septembre, rend payants les examens pour les personnes non vaccinées, le gouvernement annonce ce vendredi que quelque 43.300 résidents ne pouvant pas se faire vacciner recevront des bons.

Et le président du LCGB ne mâche pas ses mots pour commenter cette nouvelle orientation dans la gestion de la crise covid. Estimant que Xavier Bettel «refile la patate chaude» aux entreprises et aux syndicats, à défaut d'avoir fixé un modus operandi à ce possible monitoring. «Piètre attitude», commente Patrick Dury que l'on n'avait pas connu aussi dur avec les choix de l'exécutif depuis longtemps. 

Alors, avant que les députés n'étudient les propositions gouvernementales qui s'appliqueront à compter du 18 octobre prochain, le LCGB pose ses revendications. Et notamment que «conformément au code du travail, l’introduction du CovidCheck doit obligatoirement se faire via l’information et la consultation de la délégation du personnel et le délégué à la santé et à la sécurité» de l'entreprise souhaitant introduire ce dispositif.

Mais plus que tout, le LCGB tape du poing pour que le futur texte adopté stipule qu'«aucune sanction des salariés (renvoi à la maison, congé sans solde, licenciement, etc.)» ne puisse tomber pour les salariés qui ne pourraient pas se présenter à leur poste de travail avec une situation vaccinale optimale ou sans résultat de test valide négatif. Selon le syndicat, le salarié non vacciné devrait d'ailleurs pouvoir passer son dépistage covid sur son temps de travail. 

Enfin, le syndicat insiste pour que la généralisation envisagée du CovidCheck ne mène pas «à un traitement de données personnelles» par l'employeur. Un point sur lequel les services du ministère de la Digitalisation ont déjà veillé. Ainsi, depuis le début de cette semaine, lors du contrôle de la validité du certificat, la nouvelle version de l’application n’affiche comme seules données que les nom et prénoms de la personne.

Du coup plus aucune information sur l'état de l'individu présentant son certificat électronique ou papier n'apparaît. Chacun peut donc montrer patte blanche (au restaurant, à la salle de concert, au stade, ou possiblement à l'avenir dans sa société), sans que soit visible le fait qu'il soit vacciné ou juste dépisté négatif au covid. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La vaccination contre le covid-19 réduit de 90% le risque d'hospitalisation et de décès chez les plus de 50 ans et semble aussi efficace face au variant Delta, selon une analyse réalisée en France portant sur 22 millions de personnes.
A health worker gives a vaccine shot against Covid-19 to a man in Ultrecht on October 8, 2021. - The vaccination location at the Jaarbeurs has been put back into use. (Photo by Sem van der Wal / ANP / AFP) / Netherlands OUT
L'accès au vaccin retrouve une facilité pour relancer une campagne qui, après dix mois, se cherche un nouveau souffle. Actuellement, 408.000 personnes disposent toutefois d'un schéma vaccinal complet au Luxembourg. Il en faut plus pour lever les dernières restrictions.
Geimpft, Impfpflaster, Impfung - Foto: John Schmit
Le Premier ministre et la ministre de la Santé ont présenté les nouvelles mesures sanitaires applicables dès le 19 octobre. Parmi elles, la fin des tests rapides gratuits à l'entrée des bars et des restaurants et la généralisation du CovidCheck à compter du 1er novembre.
IPO , PK Xavier Bettel und Paulette Lenert ,Corona , Covid-19 , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Oui, le virus reste impactant même après l'injection d'une dose ou de deux doses anti-covid. Très faiblement toutefois, comme vient de le rapporter le ministère de la Santé alors que plus de 408.000 personnes disposent d'un schéma vaccinal complet au Luxembourg.
Familljendag  - Esch/Alzette -  - 18/09/2021 - photo: claude piscitelli
Le Luxembourg a mis en place depuis plusieurs mois un suivi des mamans ayant reçu un vaccin anti-covid, avant et après la naissance de leur enfant. A ce jour, aucun effet secondaire n'a été repéré.
Repoussé à l'entrée des lycées du Luxembourg, le fameux pass électronique pourrait bien être contrôlé dès cet automne à l'entrée de certains bureaux ou certaines usines. Les négociations sont en cours, avec une proposition attendue avant mi-octobre.
sdr