Changer d'édition

Le LCGB adresse 11 revendications au Premier ministre
Luxembourg 3 min. 16.09.2014 Cet article est archivé
En vue des mesures d'économies à venir

Le LCGB adresse 11 revendications au Premier ministre

Patrick Dury, président du LCGB: "Nous avons besoin d'une Tripartite nationale pour discuter des mesures à prendre pour lutter contre le chômage et atteindre l'équilibre des finances publiques".
En vue des mesures d'économies à venir

Le LCGB adresse 11 revendications au Premier ministre

Patrick Dury, président du LCGB: "Nous avons besoin d'une Tripartite nationale pour discuter des mesures à prendre pour lutter contre le chômage et atteindre l'équilibre des finances publiques".
Photo: Maurice Fick
Luxembourg 3 min. 16.09.2014 Cet article est archivé
En vue des mesures d'économies à venir

Le LCGB adresse 11 revendications au Premier ministre

Juste avant la réunion des partenaires sociaux le 18 septembre, le LCGB a "fait ses devoirs"  et adressé une lettre au gouvernement Bettel dans laquelle figurent 11 revendications. Pour combattre le chômage des jeunes et dire son refus de voir peser les mesures d'économies de demain sur les seuls salariés et les familles.

Juste avant la réunion des partenaires sociaux ce jeudi 18 septembre, le LCGB a "fait ses devoirs" comme l'avait demandé le Premier ministre Xavier Bettel lors de la dernière réunion des partenaires sociaux le 11 juillet.

La réponse du LCGB -qui se place résolument dans une optique constructive en prévision des discussions sur les mesures d'économies à prendre pour assainir les finances de l'Etat- a pris la forme d'une longue lettre de 13 pages adressée lundi 15 septembre au Premier ministre et dans laquelle figurent 11 revendications et propositions du syndicat.

Rappelons que le gouvernement Bettel planche en ce moment sur les futures mesures d'économie à mettre en place mais le paquet n'est pas encore ficelé avait expliqué vendredi, le Premier ministre.

"L'index est la seule garantie contre l'érosion du pouvoir d'achat des citoyens et une garantie pour la paix sociale", pose d'emblée le président du LCGB, Patrick Dury, dans la lettre. Et note que selon les dernières prévisions du STATEC datées d'août, le taux d'inflation se tasserait de 0,9% cette année, de sorte que le gouvernement "entend revenir au système normal de l'indexation". Mais qu'en cas de dérapage de l'inflation, l'index sera de facto modulé à nouveau mais "sans concertations préalables" avec les partenaires sociaux.

Dans le contexte des mesures d'assainissement budgétaire à hauteur de 1 milliard d'euros - Le gouvernement s'est fixé de rétablir l'équilibre d'ici 2018- la hausse de la TVA de 2% à compter de janvier 2015 n'est pas sans risques, craint fort le LCGB. "Il faut poser la question si les problèmes qui pourraient naître de la hausse de la TVA ne dépassent pas les recettes budgétaires qu'elles génèreront (300 millions d'euros, ndlr)", souffle Patrick Dury.

Selon lui, la hausse des prix qui s'en suivra "est susceptible de ralentir la croissance intérieure", tout comme la suppression du taux super-réduit de la TVA de 3% pour les résidences secondaires  "aura vraisemblablement des répercussions négatives" sur l'investissement immobilier et le secteur de la construction.

Quant aux 700 millions d'euros manquants, les efforts à faire "risquent de peser lourdement sur les transferts sociaux et les prestations familiales". Le LCGB réclame, du coup, que soit ficelé un "concept fiscal global et cohérent".

Une revendication forte du LCGB est de prendre des mesures pour lutter contre le chômage dont "la progression est alarmante" (le taux de chômage est passé de 2,5% en janvier 2000 à 7,3% en juillet 2014 au Luxembourg) et qui "risque de devenir aujourd'hui un problème structurel dans le pays", estime Patrick Dury.

Le LCGB propose un "modèle de sauvegarde de l'emploi des salariés à quatre niveaux hiérarchiques qui s'articule autour de la mise en place de structures de "gestion de sureffectifs" comparables à la cellule de reclassement".

Pour lutter contre le chômage des jeunes, le LCGB revendique "la mise en place d'un nouveau contrat d'initiation-emploi (CIE) " dont l'objectif est de permettre à des jeunes peu qualifiés d'accéder à un CDI. Un stage d'apprentissage avec une formation pratique "sur le tas" qui sera d'un an minimum et durant lequel les jeunes toucheraient le salaire social minimum pour travailleurs non qualifiés, subventionné à 50% pas le Fonds pour l'emploi.

Le LCGB aimerait aussi que soit renforcé l'outil que représente la formation continue pour assurer l'employabilité du salarié dans un monde professionnel de plus en plus exigeant en terme de qualifications. Il propose de créer un "Centre de coordination qui puisse hiérarchiser et structurer toute l'offre de formation continue" à l'avenir au Luxembourg.

Maurice Fick


Sur le même sujet

A quelques heures de l'allocution du Premier ministre quant à la probable mise en oeuvre de nouvelles restrictions destinées à lutter contre la pandémie, OGBL et LCGB demandent au gouvernement un réunion avancée par rapport au calendrier initial.
Politik, Tripartite, Chateau de Senningen, Xavier Bettel, Nora Back, Patrick Dury, Sylvain Hoffmann, Dan Kersch, Francois Bausch, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort