Changer d'édition

Le lac de la Haute-Sûre et sa clientèle problématique
Luxembourg 7 9 min. 21.06.2022
Situation chaotique samedi

Le lac de la Haute-Sûre et sa clientèle problématique

Serrés comme des sardines, on consomme de l'alcool partout et des feux de barbecue fument entre les groupes. Voilà à quoi ressemblait la journée de samedi au Fuussefeld, près d'Insenborn.
Situation chaotique samedi

Le lac de la Haute-Sûre et sa clientèle problématique

Serrés comme des sardines, on consomme de l'alcool partout et des feux de barbecue fument entre les groupes. Voilà à quoi ressemblait la journée de samedi au Fuussefeld, près d'Insenborn.
Photo: Jean-Luc Linster / Facebook
Luxembourg 7 9 min. 21.06.2022
Situation chaotique samedi

Le lac de la Haute-Sûre et sa clientèle problématique

Steve REMESCH
Steve REMESCH
La grande foule qui s'est précipitée samedi au lac du barrage de la Haute-Sûre ne pose pas seulement un problème pour la circulation et l'environnement mais aussi pour la sécurité.

Samedi, le chaos régnait sans conteste autour du lac du barrage de la Haute-Sûre. Le nombre de visiteurs était tel que toutes les voies d'accès étaient bloquées. Le stationnement sauvage, même devant les barrières et les casernes de pompiers, aurait pu avoir des conséquences catastrophiques en cas de situation d'urgence, car les chemins d'accès pour les secours n'étaient plus garantis. Après leur passage, les visiteurs ont laissé des montagnes de déchets et d'ordures - et tout cela au milieu d'un parc naturel. Pour éviter que cela ne se reproduise à l'avenir, il faut trouver des solutions.


An gewöhnlichen Tagen ist der Stausee ein Ort der Erholung.
Chaos dû à une forte affluence de visiteurs au lac de la Haute-Sûre
La police a dû intervenir du côté du lac de la Haute-Sûre. Des piscines ont également dû fermer dans le sud du pays.

«Les prévisions météorologiques laissaient présager la venue de nombreuses personnes», explique Tom Schmit. Il est le garde-forestier du barrage de la Haute-Sûre depuis un an et a travaillé tout le week-end autour du lac. «Tout ne s'est pas déroulé de manière optimale ce week-end», reconnaît-il dès le début de l'entretien. «Bien que de très nombreuses possibilités de parking aient été mises à disposition des visiteurs, il s'est avéré lors de week-ends comme celui-ci que ces infrastructures n'étaient pas à la hauteur d'une telle affluence». 

Pas de visibilité malgré le manque de place

Trop de personnes ont eu la même idée de venir passer la journée au lac du barrage. «Le problème, c'est qu'ils veulent rester même s'il n'y a plus de place depuis longtemps, au lieu de simplement faire demi-tour», poursuit Tom Schmit. «Ils garent leur voiture à n'importe quel endroit et cela entraîne alors un certain nombre de problèmes». 

Depuis juin 2021, Tom Schmit travaille comme ranger dans le Parc Naturel de la Haute-Sûre.
Depuis juin 2021, Tom Schmit travaille comme ranger dans le Parc Naturel de la Haute-Sûre.
Photo d'archive: Nico Muller

Si l'on considère que chaque voiture peut accueillir quatre ou cinq personnes, il est clair que si les parkings sont pleins, il n'y aura plus de place sur les plages. A cela s'ajoutent les nombreux visiteurs qui, ce week-end-là, ont utilisé les transports publics pour se rendre au lac du barrage, ce qui est louable. En fin de compte, il y avait tout simplement eu trop de monde.

Parmi ces personnes, il y en a beaucoup qui ne respectent pas la nature.

Tom Schmit, Ranger

«Le pire, c'est que parmi ces personnes, il y en a beaucoup qui ne respectent pas la nature», regrette le ranger. «Beaucoup ne veulent pas seulement se détendre sur les plages et passer du bon temps, mais faire la fête».

La mission de Tom Schmit en tant que ranger est d'entrer en contact avec les gens et de les informer sur la région. «Mais je dois honnêtement admettre qu'il m'est impossible de parler à 15.000 personnes en une journée», explique-t-il. Certes, les visiteurs promettent toujours de repartir avec leurs déchets le soir. Mais en réalité, il en reste beaucoup à la fin de la journée. 

C'est pourquoi les villages environnants s'inquiètent, comme à Insenborn par exemple. Les habitants ne sont pas très contents de l'état dans lequel leurs plages sont laissées, ce qui est compréhensible.

Grave problème de sécurité

Mais le problème va bien au-delà. «Nous devons regarder la réalité en face : si un incident majeur se produit sur une plage - un incendie par exemple -, il est quasiment impossible pour les sauveteurs d'y intervenir rapidement dans ces conditions», confirme Tom Schmit. Et ce, quelle que soit la plage concernée.


Neuerungen für die Badesaison 2022 am Stausee / Foto: Nico MULLER
Voici les nouveautés pour cet été au lac du barrage
La saison de la baignade a commencé. Des nouveautés ont été introduites afin que tout se déroule correctement au lac de barrage de la Haute-Sûre, même les jours de grande affluence.

Lundi, des images diffusées sur les réseaux sociaux montraient de nombreux foyers non sécurisés qui, en raison de la sécheresse, auraient manifestement pu déclencher à tout moment des feux de végétation dévastateurs.

«Nous avons de toute façon une situation qui pose problème, à savoir que la plage du Fuussefeld à Insenborn se trouve au bout d'une longue impasse», ajoute Frank Richarz, de la gestion du barrage du Parc Naturel de la Haute-Sûre. «Nous avons eu des entretiens à ce sujet avec la police et le CGDIS afin de chercher ensemble des solutions. Il appartient aux administrations de clarifier ce point. Nous informons et sensibilisons. Mais la question de la sécurité nous préoccupe chaque année». Si les visiteurs se garent mal, le comportement fautif de certains individus peut rendre l'intervention des secours beaucoup plus difficile, voire impossible. 

La billetterie n'est pas la panacée

Le système de billetterie et de réservation mis en place pendant la pandémie n'est cependant pas considéré comme la panacée par les forces locales. «Le contrôle est presque impossible», explique Tom Schmit. «Il y a tout simplement trop de possibilités d'accès. Je ne vois pas comment nous pourrions faire en sorte que seules les personnes munies d'un ticket puissent accéder aux plages ces jours-là». 

A cela s'ajoute le fait que «les gens qui respectent les règles ne viennent alors pas au lac de barrage parce qu'ils n'ont plus de réservation. Et ceux qui de toute façon ne respectent rien, c'est-à-dire laissent leurs déchets et se garent mal, viennent quand même et trouvent toujours un moyen d'accéder à une plage».

Pendant la pandémie, on a vu que la zone de protection des eaux 2A était également très fréquentée, alors que personne n'y avait vraiment rien à faire. «S'il y a une chose que nous ne voulons pas, c'est que le problème s'étende à toute la zone du lac du barrage», affirme le ranger. Selon lui, cela conduit à une quantité de déchets qu'il n'est plus possible de gérer.


Lokales,Stausee Insenborn,Anmeldekontrolle,Polizeikontrolle. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Dix piscines en plein air pour se rafraîchir
Parce qu'on se croirait presque à la mer, se baigner en plein air est deux fois plus amusant. Le week-end sera ensoleillé, un moment idéal pour piquer une tête dans les eaux de baignade extérieures du pays.

La billetterie ne concerne de toute façon que les plages, objecte Frank Richarz. Les communes ont d'ailleurs réglé ce système par le biais d'un règlement communal. Mais pour aborder le problème dans sa globalité, il faut un règlement grand-ducal : une base légale qui réglemente clairement le trafic touristique et de loisirs au barrage de la Haute-Sûre et qui prévoit également des possibilités d'action en cas d'infraction.

L'administration des routes, les communes et la police ont pourtant fait beaucoup d'efforts ces dernières années pour s'attaquer au problème, ajoute Frank Richarz. La police était également présente ce week-end. Mais le nombre de personnes était tout simplement trop important. Si tout le monde respectait les règles, les choses iraient déjà mieux, estime-t-il. Mais on ne peut pas compter là-dessus.

Quel avenir pour le parc naturel ?

«En fait, tout se passe bien en temps normal», reconnaît le ranger Tom Schmit. «Mais s'il n'y a plus de place pour garer correctement sa voiture, il n'y a plus de place non plus sur la plage, et il n'y a plus de place non plus pour que les services de secours puissent faire leur travail en cas de besoin».

«En tant que parc naturel, nous nous posons naturellement aussi des questions sur la manière dont il faudra gérer le tourisme balnéaire à l'avenir», conclut Frank Richarz. «Nous sommes heureux que les gens viennent dans la région. Aussi bien ceux qui restent plusieurs jours que les touristes d'un jour qui veulent se promener, faire du vélo ou même piquer une tête dans le lac sont les bienvenus. Mais nous n'avons pas les capacités pour un tourisme balnéaire comme celui de ce week-end». 

A cela s'ajoute une évolution qui se dessine depuis 20 ans déjà : «Il y a des week-ends où presque personne ne vient. Lorsque les prévisions météorologiques annoncent un temps plus nuageux», explique Frank Richarz. «Mais lorsque les prévisions sont telles que ce week-end, c'est toute la Grande Région qui se rend au lac de retenue. Et créer des infrastructures pour 20.000 personnes qui ne viennent que trois fois par an n'est probablement pas la bonne solution».

Cet article a été publié pour la première fois sur www.wort.lu/de

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Uniquement accessibles les samedis et dimanches sur réservation, les six plages du lac de la Haute-Sûre accueilleront 5.000 visiteurs, soit le maximum permis, ces deux prochains jours. Plus la peine donc d'espérer aller s'y dorer au soleil.
Lokales, Insenborn,  Stausee, Urlaub in Luxemburg, Online-Reservierung,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort