Changer d'édition

Le «Klimabonus», un outil pour la transition écologique
Luxembourg 4 min. 10.05.2022 Cet article est archivé
Rénovation énergétique dans le logement

Le «Klimabonus», un outil pour la transition écologique

Première conférence de presse en tant que ministre de l'Environnement: Joëlle Welfring (Déi Gréng) lors de la présentation du bonus climatique dans le secteur du logement.
Rénovation énergétique dans le logement

Le «Klimabonus», un outil pour la transition écologique

Première conférence de presse en tant que ministre de l'Environnement: Joëlle Welfring (Déi Gréng) lors de la présentation du bonus climatique dans le secteur du logement.
Photo: Luc Deflorenne
Luxembourg 4 min. 10.05.2022 Cet article est archivé
Rénovation énergétique dans le logement

Le «Klimabonus», un outil pour la transition écologique

Bonus climatique plutôt que crise climatique: des messages positifs et des incitations financières doivent permettre de réussir la transition écologique dans la construction de logements.

(tb avec Marc SCHLAMMES) - Pour sa première conférence de presse depuis sa nomination en tant que nouvelle ministre de l'Environnement Joëlle Welfring (Déi Gréng) a présenté ce mardi le nouveau programme dit «Klimabonus» (bonus climat). Il s'agit d'une série de mesures pour faire face au changement climatique, alors que le dernier rapport de l'Organisation météorologique mondiale indique que la température moyenne de la planète pourrait dépasser d'ici à 2026 pour la première fois plus de 1,5 degré Celsius de l'ère préindustrielle. 


Ces dernières années, les arbres ont beaucoup souffert de la sécheresse et des parasites.
2021, année de désastres climatiques en Europe
Eté le plus chaud de l'histoire, thermomètre qui s'affole, incendies exceptionnels, inondations dévastatrices: l'Europe a vécu en 2021 une avalanche d'événements extrêmes qui soulignent la nécessité d'agir contre le réchauffement, souligne le rapport annuel sur le climat européen.

En compagnie de ses deux collègues du gouvernement et du parti Déi Gréng, Henri Kox (logement) et Claude Turmes (énergie), elle a détaillé le programme de subventions qui vise à encourager la transition écologique et cela passe aussi par la rénovation énergétique des nouveaux logements. Mais aussi par la construction de logements axés sur les énergies renouvelables et l'efficacité. 

Nous voulons faire en sorte qu'il soit aussi facile que possible pour chaque citoyen de participer à la transition écologique.

Joëlle Welfring, ministre de l'Environnement

Un défi dont l'ordre de grandeur peut se résumer à un chiffre: la répartition sectorielle de l'effort prévoit que le Luxembourg devra économiser 64% de CO2 dans la construction de logements d'ici 2030; de même dans les transports, qui produisent avec environ deux tiers de la part du dioxyde de carbone nuisible au climat, ce chiffre n'est «que» de 57%. 

Quatre alternatives dans la construction de logements

Attractif, simple, écologique, autonome, social: c'est avec ces cinq adjectifs que la ministre de l'Environnement décrit le bonus climatique pour le logement, avant d'enchaîner sur l'objectif: «Nous voulons faire en sorte qu'il soit le plus facile possible pour chaque citoyen de participer à la transition écologique». 

L'Agence pour le climat, nouvellement créée, est un acteur important du dispositif. Elle assure la promotion du «Klimabonus» et offre la possibilité de simuler des mesures énergétiques et d'obtenir une idée concrète de la subvention. 


Die Logement-Krise beschäftigt die Politik seit Jahren.
Quels leviers les communes doivent-elles actionner?
L'exemple du ministère de l'Intérieur montre à quel point le défi du logement est difficile à relever. Dernièrement, le Conseil d'État a freiné la ministre Taina Bofferding dans l'achèvement d'un de ses projets de loi.

Un autre acteur important est l'artisanat. Tom Oberweis félicite les ministres d'avoir été entendus en ce qui concerne la marche à suivre. Le président de la Chambre des métiers souligne également que les entreprises sont préparées - tout en reconnaissant que la période est «compliquée pour la mise en œuvre» et en évoquant les difficultés d'approvisionnement qui n'épargnent pas l'artisanat. 

Pour se détourner des énergies fossiles, le ministre Claude Turmes mise sur quatre alternatives dans la construction de logements: les réseaux de chaleur, comme il en existe déjà dans la capitale, les pompes à chaleur (géothermie et air/eau), qu'il présente comme une «technologie de référence», et la biomasse, combinée à des normes plus strictes pour les filtres à particules qui y sont associés. Turmes estime que les possibilités de transition écologique dans la construction de logements ne sont «pas si compliquées». 

«Nous voulons faire en sorte qu'il soit le plus facile possible pour chaque citoyen de participer à la transition écologique», a déclaré Joëlle Welfring.
«Nous voulons faire en sorte qu'il soit le plus facile possible pour chaque citoyen de participer à la transition écologique», a déclaré Joëlle Welfring.
Photo: Luc Deflorenne

Le ministre explique comment l'État entend promouvoir l'indépendance énergétique en prenant l'exemple du photovoltaïque: celui qui utilise l'installation sur son toit pour sa propre consommation reçoit un soutien à hauteur de 50% des coûts; celui qui alimente le réseau peut compter sur une aide de 20%. 

L'investissement peut représenter un obstacle important, en particulier pour les citoyens aux revenus les plus faibles. Le «top-up» social doit leur permettre de franchir plus facilement cet obstacle. La tripartite s'est mise d'accord pour que les aides puissent être doublées en fonction des revenus. Même si le projet de loi correspondant se trouve encore sur le chemin de l'instance, la composante sociale doit s'appliquer rétroactivement au 1er janvier de cette année.


Maurice Bauer, hier in einer Chambre meublée in Grund: "Der Druck auf dem Wohnungsmarkt ist enorm."
Maurice Bauer: «L’audace de certains propriétaires est écœurante»
L'échevin social de la Ville de Luxembourg veut des sanctions plus élevées pour les brebis galeuses qui coupent notamment le chauffage des locataires.

Il s'agit de pratiquer une politique socialement équitable et de prévenir la précarité énergétique, souligne le ministre du Logement Henri Kox. Le même objectif est poursuivi avec la réforme de la banque climatique, qui est également en cours d'instance et dont l'orientation initiale a été couronnée d'un succès modeste. 

Il n'en reste pas moins que le mécanisme «top-up» ne prévoit pas de préfinancement. Les ministres Henri Kox et Claude Turmes comptent cependant sur la collaboration des banques et des entreprises pour que la rénovation énergétique n'échoue pas à cause du porte-monnaie d'un demandeur.

www.klimabonus.lu

www.klima-agence.lu

Cet article est paru pour la première fois sur wort.lu/de

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet