Changer d'édition

Le Johnson&Johnson n'échappe pas à la piqûre de rappel
Luxembourg 2 min. 18.10.2021
Pandémie de covid-19

Le Johnson&Johnson n'échappe pas à la piqûre de rappel

Si jusqu'à présent les personnes vaccinées avec le vaccin Janssen n'avaient eu qu'une seule dose, le Conseil de gouvernement a validé vendredi la mise en place d'un «booster vaccinal» pour les 38.168 personnes concernées.
Pandémie de covid-19

Le Johnson&Johnson n'échappe pas à la piqûre de rappel

Si jusqu'à présent les personnes vaccinées avec le vaccin Janssen n'avaient eu qu'une seule dose, le Conseil de gouvernement a validé vendredi la mise en place d'un «booster vaccinal» pour les 38.168 personnes concernées.
Photo: AFP
Luxembourg 2 min. 18.10.2021
Pandémie de covid-19

Le Johnson&Johnson n'échappe pas à la piqûre de rappel

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Les quelque 38.000 personnes ayant reçu le vaccin Janssen devront recevoir une nouvelle dose, a décidé vendredi le Conseil de gouvernement. Toutes devront recevoir une deuxième injection du vaccin Pfizer/BioNTech ou Moderna afin de bénéficier d'un «booster vaccinal».

Si, jusqu'à présent, les 38.128 personnes ayant reçu le vaccin mis au point par le laboratoire Johnson&Johnson étaient dispensées d'une deuxième dose, la situation changera. Vendredi, le Conseil de gouvernement a officiellement adopté la recommandation du Conseil supérieur des maladies infectieuses (CSMI) qui plaide pour la mise en place d'un «booster vaccinal» pour ces patients «au vu des données d'efficacité du vaccin contre le variant Delta».

Si une étude «contre l’infection sévère, l’hospitalisation et le décès dans la population générale au Luxembourg» est en cours, le CSMI recommande «d’optimiser la protection» des personnes vaccinées avec le vaccin Janssen via une deuxième dose d'un vaccin à ARN messager. Autrement dit, d'une injection de Pfizer/BionTech ou Moderna en application du principe de mix vaccinal. Pour les experts du Grand-Duché, cette nouvelle injection peut intervenir «à partir de quatre semaines» après la première dose. 

Dans son communiqué officiel, publié lundi après-midi, le ministère de la Santé indique que «les personnes qui remplissent les critères recevront un courrier» pour leur demander de prendre rendez-vous. Soit chez leur médecin traitant, soit dans un centre de vaccination. Selon les données publiées lundi dans une réponse parlementaire, les fonctionnaires de la Villa Louvigny indiquent que le Luxembourg dispose d'un stock total pour l'heure de quelque 184.000 doses de vaccin.

A noter que cette décision intervient dans un contexte particulier, marqué par la volonté du gouvernement non seulement d'accélérer le taux de vaccination de la population, mais aussi d'améliorer le taux de protection. Raison pour laquelle l'exécutif encourage l'essor de la troisième injection, destinée d'abord aux personnes avec un système immunitaire affaibli - patients sous dialyse ou greffés notamment -, puis aux plus de 75 ans

Les quelque 38.100 personnes concernées ne devraient en tout cas pas être touchées par les mesures plus contraignantes du futur régime CovidCheck, puisque leur schéma vaccinal restera considéré comme complet. Idem en ce qui concerne ceux qui ont déjà reçu deux doses, même s'ils sont en attente d'une troisième. Pour mémoire, la possibilité de devoir justifier de son état sanitaire sur son lieu de travail doit entrer en vigueur le 1er novembre prochain.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La rencontre entre CGFP, OGBL et LCGB et ministres de la Fonction publique, de la Santé et du Travail, vendredi, n'aura pas permis de trouver un compromis quant à l'introduction du régime élargi du CovidCheck. Ce qui pousse les organisations à brandir la menace «d'actions syndicales».
Lokales,Présentation du certificat CovidCheck numérique (EU Digital COVID Certificate) et de l’application mobile CovidCheck.lu. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Une centaine voilà un mois, un millier il y a deux semaines, et maintenant plus de 3.500 participants. Aucun doute : les opposants aux mesures sanitaires ou sociales liées à l'épidémie se fédèrent de plus en plus.
Au lendemain de l'annonce par le Premier ministre de menaces de mort proférées à son encontre, le directeur de la Santé indique vendredi être la cible de «messages de plus en plus agressifs», signe d'une crispation depuis les annonces autour du futur régime CovidCheck.
Digitaler Impfpass, Impfung, Corona, München, Bayern, Deutschland
Suite à la recommandation du Conseil d'Etat sur l'extension à venir du régime CovidCheck, la ministre de la Santé indique jeudi que des bons gratuits seront mis à disposition des personnes qui auront reçu une première injection avant le 18 octobre.